Centre MLM de belgique

Friedrich Engels : Lettre à August Bebel − 1873

Friedrich Engels
Lettre à August Bebel
20 juin 1873

Je réponds d’abord à votre lettre, parce que celle de Liebknecht est encore chez Marx qui ne peut la retrouver pour le moment. Ce qui nous a fait craindre qu’à l’occasion de votre emprisonnement les dirigeants − par malheur entièrement lassalléens − du parti n’en profitent pour transformer le Volksstaat en un « honnête » Neuer Sozial-demokrat [1], ce n’est pas Hepner, mais bien plutôt la lettre du comité directeur signée par Yorck. Celui-ci a manifesté clairement son intention, et comme le comité se targue de nommer et de démettre les rédacteurs, le danger était certainement assez grand. L’expulsion imminente de Hepner ne pouvait que faciliter encore cette opération. Dans ces conditions, il nous fallait absolument savoir où nous en étions, d’où cette correspondance [2].

Vous ne devez pas oublier que Hepner et, à un degré beaucoup moindre, Seiffert, Blos, etc., n’ont pas du tout la même position face à Yorck que vous et Liebknecht, les fondateurs du parti, sans parler du fait que si vous ignorez purement et simplement leurs appréhensions, vous ne faites que leur rendre les choses plus difficiles. La direction du parti a de toute façon un certain droit formel de contrôle sur l’organe du parti. Or, l’exercice de ce droit dépend toujours de vous, mais l’on a tenté indubitablement cette fois-ci de l’orienter dans un sens nuisible au parti. Il nous est donc apparu qu’il était de notre devoir de faire tout notre possible afin de contrecarrer cette évolution [3].

Hepner peut avoir fait, dans les détails, quelques fautes tactiques, dont la plupart faites après réception de la lettre du comité, mais en substance nous devons résolument lui donner raison. Je ne peux pas davantage lui reprocher des faiblesses, car si le comité lui fait clairement entendre qu’il doit quitter la rédaction et ajoute qu’il devra travailler sous les ordres de Blos, je ne vois pas quelle résistance il puisse encore opposer. Il ne peut se barricader dans la rédaction pour tenir tête au comité. Après une lettre aussi catégorique des « autorités » qui sont au - dessus de lui, je trouve même que sont excusables les remarques de Hepner dans le Volksstaat, remarques que vous m’avez citées et qui m’avaient fait, déjà avant cela, une impression désagréable [4].

De toute façon, il est certain que, depuis l’arrestation de Hepner et son éloignement de Leipzig, le Volkstaat est devenu bien plus mauvais : le comité, au lieu de se quereller avec Hepner, aurait mieux fait de lui apporter tout le soutien possible.

Le comité est allé jusqu’à demander que le Volksstaat soit rédigé autrement, que les articles les plus théoriques (scientifiques) soient écartés, afin d’être remplacés par des éditoriaux à la Neuer Sozial-demokrat : il envisagea un éventuel recours à des mesures directes de contrainte. Je ne connais absolument pas Blos, mais si le comité l’a nommé à ce moment-là, on peut bien supposer qu’il a choisi un homme cher à son cœur.

Maintenant, en ce qui concerne la position du parti face au lassalléanisme, vous pouvez certainement juger mieux que nous de la tactique à suivre, notamment dans les cas d’espèce. Mais il faut tout de même tenir compte d’une chose qui mérite réflexion. Quand on se trouve comme vous, d’une certaine manière, en posture de concurrent face à l’Association générale des ouvriers allemands, on est trop facilement porté à tenir compte de ce concurrent, et l’on s’habitue à penser avant tout à lui. En fait, l’Association générale des ouvriers allemands aussi bien que le Parti ouvrier social-démocrate, et même tous deux pris, ensemble, ne forment encore qu’une infime minorité de la classe ouvrière allemande. Or, d’après notre conception, confirmée par une longue pratique, la juste tactique dans la propagande n’est pas d’arracher ou de détourner çà et là à l’adversaire quelques individus, voire quelques - uns des membres de l’organisation adverse, mais d’agir sur la grande masse de ceux qui n’ont pas encore pris parti. Une seule force nouvelle que l’on tire à soi de son état brut vaut, dix fois plus que dix transfuges lassalléens qui apportent, toujours avec eux le germe de leur fausse orientation dans le parti.

Et encore, si l’on pensait attirer à soi les masses sans que viennent aussi les chefs locaux, le mal ne serait pas si grave ! Mais il faut toujours reprendre à son compte toute la masse de ces dirigeants qui sont liés, par toutes leurs déclarations et manifestations officielles du passé, sinon par leurs conceptions actuelles, et qui doivent prouver avant tout qu’ils n’ont pas abjuré leurs principes, mais qu’au contraire le Parti ouvrier social-démocrate prêche le véritable lassalléanisme.

Tel a été le malheur à Eisenach. Peut-être n’était-ce pas facile d’éviter alors ; mais il est incontestable que ces éléments ont nui au parti. Je ne sais pas si nous ne serions pas au moins aussi forts aujourd’hui si ces éléments n’avaient pas adhéré à notre organisation ? Mais, en tout cas, je tiendrais pour un malheur que ces éléments trouvent un renfort.

Il ne faut pas se laisser induire en erreur par les appels à l’ « Unité ». Les plus grands facteurs de discorde, ce sont justement ceux qui ont le plus ce mot à la bouche. C’est ce que démontrent les Jurassiens bakouninistes de Suisse, fauteurs de toutes les scissions, qui crient maintenant le plus fort pour avoir l’unité.

Ces fanatiques de l’unité sont ou bien des petites têtes qui veulent que l’on mélange tout en une sauce indéterminée dans laquelle on retrouve les divergences sous forme d’antagonismes encore plus aigus dès qu’on cesse de la remuer, ne serait-ce que parce qu’on les trouve ensemble dans une seule marmite (en Allemagne, vous en avez un bel exemple chez les gens qui prêchent la fraternisation entre ouvriers et petits bourgeois), ou bien des gens qui n’ont aucune conscience, politique claire (par exemple, Mühlberger), ou bien des éléments qui veulent sciemment brouiller et fausser les positions. C’est pourquoi, ce sont les plus grands sectaires, les plus grands chamailleurs et filous, qui crient le plus fort à l’unité dans certaines situations. Tout au long de notre vie, c’est toujours avec ceux qui criaient le plus à l’unité que nous avons eu les plus grands ennuis et reçu les plus mauvais coups.

Toute direction d’un parti veut, bien sûr, avoir des résultats − et c’est normal. Mais il y a des circonstances où il faut avoir le courage de sacrifier le succès momentané à des choses plus importantes. Cela est surtout vrai pour un parti comme le nôtre, dont le triomphe final doit être complet et qui, depuis que nous vivons, et, sous nos yeux encore, se développe si colossalement que l’on n’a pas besoin, à tout prix, et toujours, de succès momentanés. Prenez, par exemple, l’Internationale après la Commune, elle connut un immense succès, Les bourgeois, comme frappés par la foudre, la croyaient toute-puissante. La grande masse de ses membres crut que cela durerait toujours. Nous savions fort bien que le ballon devait crever. Toute la racaille s’accrochait à nous. Les sectaires qui s’y trouvaient devenaient insolents, abusaient de l’Internationale dans l’espoir qu’on leur passerait les pires bêtises et bassesses. Mais nous ne l’avons pas supporté. Sachant fort bien que le ballon crèverait tout de même, il ne s’agissait pas pour nous de différer la catastrophe, mais de nous préoccuper de ce que l’Internationale demeure pure et attachée à ses principes sans les falsifier, et ce jusqu’à son terme.

Le ballon creva au congrès de la Haye, et vous savez que la majorité des membres du congrès rentra chez elle, en pleurnichant de déception. Et pourtant, presque tous ceux qui étaient si déçus, parce qu’ils croyaient trouver dans l’Internationale l’idéal de la fraternité universelle et de la réconciliation, n’avaient-ils pas connu chez eux des chamailleries bien pires que celles qui éclatèrent à la Haye ! Les sectaires brouillons se mirent alors à prêcher la réconciliation et nous dénigrèrent en nous présentant comme des intraitables et des dictateurs. Or, si nous nous étions présentés à la Haye en conciliateurs, et si nous avions étouffé les velléités de scission, quel en eût été le résultat ? Les sectaires − notamment les bakouninistes − auraient disposé d’un an de plus pour commettre, au nom de l’Internationale, des bêtises et des infamies plus grandes encore ; les ouvriers des pays les plus avancés se seraient détournés avec dégoût. Le ballon au lieu d’éclater se serait dégonflé doucement sous l’effet de quelques coups d’épingles, et au congrès suivant la crise se serait tout de même produite, mais au niveau le plus bas des querelles personnelles, puisqu’on avait déjà quitté le terrain des principes à la Haye. C’est alors que l’Internationale avait effectivement péri, péri à cause de l’unité ! Au lieu de cela, à notre honneur, nous nous sommes débarrassés des éléments pourris. Les membres de la Commune qui ont assisté à la dernière réunion décisive ont dit qu’aucune réunion de la Commune ne leur avait laissé un effet aussi terrible que cette séance du tribunal jugeant les traîtres au prolétariat européen. Nous les avions laissés pendant dix mois se dépenser en mensonges, calomnies et intrigues − et qu’en est-il résulté ? Ces prétendus représentants de la grande majorité de l’Internationale déclarent eux-mêmes à présent qu’ils n’osent plus venir au prochain congrès. Pour ce qui est des détails, ci-joint mon article destiné au Volksstaat [5]. Si c’était à refaire, nous agirions en somme de la même façon, étant entendu qu’on peut toujours commettre des erreurs tactiques.

En tout cas, je crois que les éléments sains parmi les Lassalléens viendront d’eux-mêmes à vous au fur et à mesure, et qu’il ne serait donc pas sage de cueillir les fruits avant qu’ils soient mûrs, comme le voudraient les partisans de l’unité.

Au reste, le vieil Hegel disait déjà : un parti éprouve qu’il vaincra en se divisant − et supportant la scission. Le mouvement du prolétariat passe nécessairement par divers stades de développement. A chaque stade, une partie des gens reste accrochée et ne réussit pas à passer le cap. Ne serait-ce que pour cette raison, on voit que la prétendue solidarité du prolétariat se réalise en pratique par les groupements les plus divers de parti qui se combattent à mort, comme les sectes chrétiennes dans l’Empire romain, et ce en subissant toutes les pires persécutions...

De même, nous ne devons pas oublier que si, par exemple, le Neuer Sozial-demokrat a plus d’abonnés que le Volksstaat, toute secte est forcément fanatique et obtient, en raison même de ce fanatisme, des résultats momentanés bien plus considérables, surtout dans des régions où le mouvement ne fait que, commencer (par exemple, l’Association générale des ouvriers allemands au Schleswig-Holstein). Ces résultats dépassent ceux du parti qui, sans particularités sectaires, représente simplement le mouvement réel. En revanche, le fanatisme ne dure guère.

Je dois finir, car le courrier va partir. En hâte simplement ceci : Marx ne peut s’occuper de Lassalle [6] tant que la traduction française du Capital n’est pas achevée (vers fin juillet), sans compter qu’il a besoin de repos, car il est très surmené.

Fort bien que vous ayez stoïquement tenu le coup en prison et même étudié. Nous nous réjouissons tous de vous revoir ici l’année prochaine.

Salutations cordiales à Liebknecht. Sincèrement à vous.

Friedrich Engels.


[1Cette lettre porte sur la série d’événements qui conduisirent à l’unification proprement dite du parti social-démocrate allemand. La fusion entre les Eisenachiens, proches de Marx-Engels, et les Lassalléens détermina dans une très forte mesure tout le cours ultérieur de la social-démocratie allemande et, partant, tout le mouvement ouvrier de l’époque. Ce n’est qu’après la guerre de 1914 - 1918 que nous aurons de véritables partis communistes.
La distinction établie par Marx entre parti formel et parti historique (celui-ci étant représenté par Marx-Engels) subsistera donc encore largement, et alimentera les différentes polémiques entre la direction officielle de la social-démocratie allemande et Marx-Engels.

[2A cette occasion, Engels avait également envoyé une lettre à Liebknecht. Mais celle-ci, comme tant d’autres, a été égarée.

[3Depuis 1871, le comité exécutif du parti d’Eisenach se trouvait à Hambourg. Geib et Yorck y disposaient d’une influence croissante, et Yorck fit de tels compromis avec les Lassalléens que Hepner s’insurgea. Il écrivit à Engels, le 11 avril 1873 : « Yorck est d’un lassalléanisme si borné qu’il hait tout ce qui ne ressemble pas au Neuer Sozial-demokrat... Liebknecht, par « sa tolérance bienveillante » − qui le plus souvent est déplacée −, n’est pas le moins responsable du fait que Yorck émerge à ce point. Or, lorsque j’en parle à Liebknecht, il prétend que je vois des fantômes, que la chose n’est pas si grave. Mais en réalité, c’est comme je le dis. »
La menace lassalléenne dans le parti devait s’aggraver du fait que les meilleurs éléments eisenachéens étaient pourchassés par la police. En raison de son « activité en faveur de l’Internationale » et de sa participation au Congrès de La Haye, Hepner fut emprisonné, puis persécuté par la police, et dut s’installer à Breslau, à l’autre bout de l’Allemagne ; Liebknecht fut emprisonné du 15 juin 1872 au 15 avril 1874, et Bebel du 8 juillet 1872 au 14 mai 1874.

[4Bebel lui-même s’efforçait alors de convaincre Marx-Engels que toute l’affaire avait été gonflée par des informations erronées de Hepner : « Il saute aux yeux que Hepner a fortement noirci le tableau de la situation de nos affaires de parti, et notamment l’influence et les intentions de Yorck. Cela ne m’étonne pas de la part de Hepner, qui est, certes, un camarade parfaitement fidèle et brave, mais facilement obstiné... Il vous est impossible à distance de juger vraiment de nos conditions, et Hepner manque absolument de sens pratique... L’influence de Yorck est insignifiante, à n’est rien moins que dangereux, de même que le lassalléanisme n’est pas du tout répandu dans le parti. S’il faut prendre des égards, c’est uniquement à cause des nombreux ouvriers honnêtes, mais fourvoyés, qui, si l’on agit avec adresse, seront sûrement de notre côté... J’espère qu’après ces différends vous n’hésiterez pas à poursuivre votre collaboration au Volksstaat. Rien ne serait pire que de vous retirer. »
Cette lettre permet de situer l’action de Marx-Engels face à la social-démocratie allemande. Même leurs partisans les plus fidèles − Bebel, Liebknecht, etc. −, sur lesquels ils devaient agir pour exercer une influence sur le parti, étaient loin d’avoir une conception aussi rigoureuse qu’eux, et c’est le moins qu’on puisse dire. Cependant ; il était difficile de leur faire la leçon, les conseils arrivant toujours après les gaffes et les susceptibilités devant être ménagées.

[5Engels fait allusion à son article « Nouvelles de l’Internationale » publié le 2 août 1873 dans le Volksstaat, après la lettre de Hepner (Volksstaat, 7-05-1873).
Engels tout seul, devant la défaillance de la rédaction du Volksstaat et de la direction du parti eisenachéen, poursuivit la polémique en Allemagne contre les éléments anarchistes de l’Internationale, puisque pour plaire aux Lassalléens, les Eisenachéens avaient interrompu cette lutte.

[6Liebknecht avait écrit le 16 mai 1873 à Marx : « Lassalle t’a pillé, mal compris et falsifié − c’est à toi de le lui démontrer : nul autre ne peut le faire aussi bien que toi, et personne ne saurait en prendre ombrage parmi les éléments honnêtes du lassalléanisme (que nous devons ménager). C’est pourquoi, je t’en prie, écris vite les articles en question pour le Volksstaat, et ne te laisse pas arrêter par d’autres considérations, par exemple, le fait que Yorck en soit le rédacteur. »
De même, Bebel écrivit à Marx, le 19 mai 1873 : « Je partage entièrement le souhait de Liebknecht, à savoir que vous soumettiez les écrits de Lassalle à une analyse critique. Celle-ci est absolument nécessaire. » Le même jour, Bebel écrivait à Engels : « Le culte de Lassalle recevrait un coup mortel, si l’ami Marx réalisait le souhait de Liebknecht − que je partage entièrement − et mettait en évidence les erreurs et les lacunes des théories de Lassalle dans une série d’articles présentés objectivement. »