Centre MLM de belgique

Dix critères + trois pour caractériser la crise générale du mode de production capitaliste

[Article publié dans le n°4 de la nouvelle revue « Crise »]

Le principe des signes annonciateurs est connu ; la science est très peu avancée à ce niveau, mais on sait qu’il y en a pour les migraines, pour les séismes, pour les accouchements, etc. La raison qui fait que la science souffre en ce domaine est qu’elle s’appuie le principe cause-conséquence et qu’elle ne comprend pas qu’une « conséquence » peut se produire avant sa « cause ».

Les interrelations dialectiques sont extrêmement nombreuses, leurs rapports sont si puissants qu’il n’est pas possible de saisir les choses de manière linéaire. Il ne s’agit pas d’une ligne droite et ce n’est pas parce que la crise générale du mode de production capitaliste éclate avec le covid-19 que ce qui va avec n’apparaît pas « avant » celle-ci, tout en étant celle-ci.

Il faut raisonner ici en termes de cascade, de vague, de marée, en ayant en tête que le mouvement commence de manière interne et entraîne ensuite le reste, les différents autres aspects.

Il est pour cette raison très important de procéder à la recherche des phénomènes relevant de la crise générale du mode de production capitaliste, mais qui se sont produits « avant » son irruption en tant que tel. Ce n’est qu’ainsi qu’on est en mesure de cerner la crise générale.

Les interrelations dialectiques sont extrêmement nombreuses, leurs rapports sont si puissants qu’il n’est pas possible de saisir les choses de manière linéaire. Il ne s’agit pas d’une ligne droite et ce n’est pas parce que la crise générale du mode de production capitaliste éclate avec le covid-19 que ce qui va avec n’apparaît pas « avant » celle-ci, tout en étant celle-ci.

Il faut raisonner ici en termes de cascade, de vague, de marée, en ayant en tête que le mouvement commence de manière interne et entraîne ensuite le reste, les différents autres aspects.

Il est pour cette raison très important de procéder à la recherche des phénomènes relevant de la crise générale du mode de production capitaliste, mais qui se sont produits « avant » son irruption en tant que tel. Ce n’est qu’ainsi qu’on est en mesure de cerner la crise générale.

Les dix critères dans le cadre de l’Internationale Communiste

Pour procéder à cela, on peut essayer de distinguer les phénomènes généraux de la (première) crise générale. Eugen Varga, dans La période de déclin du capitalisme, publié en 1922 dans le cadre de l’Internationale Communiste, fournit dix critères, que voici :

1. L’étalement géographique du mode de production capitaliste se réduit en raison de l’apparition de pays socialistes.

2. Dans les pays capitalistes il y a des tendances à un retour aux formes économiques pré-capitalistes.

3. La division internationale du travail se réduit, le caractère relativement unifié de la production au niveau international est ébranlé.

4. La valeur de la monnaie vacille, la parité-or est remplacée par la planche à billets.

5. L’accumulation du capital cède la place à une désaccumulation.

6. La production se réduit.

7. Le système de crédit s’effondre.

8. Le niveau de vie des masses chute, en raison de l’inflation, du chômage, etc.

9. Une lutte aiguë se produit dans les couches dominantes de la bourgeoisie, ce qui se caractérise par une instabilité politique, l’émergence de nouveaux partis, l’incapacité à disposer d’une majorité parlementaire pour le gouvernement, etc.

10. Le consensus en faveur d’un capitalisme inébranlable commence à disparaître.

Eugen Varga ne prétendait pas ici dresser une liste exhaustive ; de fait, les dimensions psychologique et culturelle, idéologique et militaire ne sont pas ici soulignés.

On a cependant une bonne base de comparaison avec la seconde crise générale du mode de production capitaliste.

Les dix critères dans le contexte de la seconde crise générale

Regardons quelle est la situation aujourd’hui, en rapport avec ces dix critères.

1. L’étalement géographique du mode de production capitaliste se réduit en raison de l’apparition de pays socialistes.

Ce point n’est pas valable aujourd’hui. Cependant, dialectiquement, il montre que la formation de pays socialistes est à l’ordre du jour.

2. Dans les pays capitalistes il y a des tendances à un retour aux formes économiques pré-capitalistes.

Cela est tout à fait le cas. Il y a ici trois exemples tout à fait parlant. On a en effet le mouvement des « ZAD », qui est une utopie artisanale-réactionnaire visant à former des villages à la Astérix et Obélix. Ce « zadisme » a eu un écho très puissant en France, en profitant de l’idéologie de Proudhon et de la petite propriété. On doit mettre cela en parallèle avec la multiplication des initiatives de « circuits courts » dans l’agriculture, de l’apparition administrative du régime de micro-entrepreneurs pour les impôts, etc.

On a également le mouvement des gilets jaunes, qui affirmait l’exigence de « geler » le mode de production capitaliste, tout en exigeant sans en avoir conscience de retourner en arrière. Et de manière encore plus marquée, on a eu le développement de l’État islamique comme utopie coloniale de formation d’une société conforme aux principes de l’époque du prophète musulman Mahomet reflète une tentative de faire tourner la roue de l’histoire en arrière.

L’influence de l’État islamique a été mondial et accompagne le développement d’un esprit littéral, borné, incapable d’analyse, de complexité, à l’instar de toute musique à part d’un chant monophonique totalement tourné vers la religion. Mais en France il reflète toute une volonté d’aller vivre selon une manière « pré-capitaliste », avec même tout le discours romantique allant avec (à l’arrivée un mariage était organisé, une maison fournie pour le couple ainsi qu’un travail pour les hommes).

3. La division internationale du travail se réduit, le caractère relativement unifié de la production au niveau international est ébranlé.

Toute une série de pays semi-féodaux semi-coloniaux ont connu un développement immense de leurs forces productives malgré la nature bureaucratique de leur capitalisme. Des pays comme la Corée du Sud reflètent que le cadre impérialiste enserrant les pays dominés perd toujours plus ses fondements et amène un processus valable toujours plus mondialement. La Corée du Sud a ainsi été en mesure d’affronter la crise sanitaire de manière relativement efficace comparé à la France.

Il y a ainsi un déclassement de la France et une rupture en cours dans la division internationale du travail.

La réaction capitaliste française doit être comprise en ce sens. Lorsque les hommes politiques français exigent un retour de la production, une réindustrialisation, la question des masques et des médicaments n’est qu’un prétexte. Il s’agit d’un esprit de repli, en prévision des batailles à venir.

On a la preuve de cela avec deux phénomènes relevant de la crise générale du mode de production capitaliste, tout en s’étant exprimé avant : le Brexit britannique et l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Le repli national est en cours, cassant l’élan capitaliste allant dans le sens de la mondialisation.

4. La valeur de la monnaie vacille, la parité-or est remplacée par la planche à billets.

Il n’existe plus de parité-or en économie, mais effectivement la planche à billets tourne à fond, par l’intermédiaire des banques centrales. Cela demande un aperçu approfondi.

5. L’accumulation du capital cède la place à une désaccumulation.

Cette thèse d’Eugen Varga est très mal définie et laisse la place à son révisionnisme, comme au prolongement par Paul Boccara, l’économiste historique du P« C »F. Il serait plus juste de parler de non-accumulation, car sinon on a des monopoles subsistant au moyen d’un capitalisme organisé par l’État et un capitalisme « normal » vivotant à ses côtés mais en perdition.

De plus, il faut savoir de quel capital on parle. Si la planche à billets fonctionne à plein, on a en apparence un capital investi, mais c’est en réalité une bulle spéculative. Il faut parler plus concrètement d’incapacité du capital à réaliser son auto-expansion, ce qui s’exprime par une surproduction de capital : un vaste capital toujours plus grand, incapable de trouver où se placer.

L’analyse de ce phénomène est à mener, mais on voit déjà que c’est le cas non seulement depuis mars 2020, mais même avant : les investissements démentiels dans le football sont à eux seuls un exemple de comment le capital cherche à forcer l’ouverture de voies, coûte que coûte. Le transfert du joueur Neymar pour 222 millions d’euros échappe à toute rationalité et ne s’explique que par du capital en surplus, incapable de trouver mieux.

6. La production se réduit.

On a ici la surproduction de marchandises. En raison de la crise sanitaire, on n’a pas encore un aperçu précis de cet aspect, mais sa réalité se fait déjà sentir. Il était déjà clair, même avant mars 2020, que le capitalisme se heurtait à une limite, qu’il avait fait le tour de ce qu’il pouvait faire, et que la formation de nouveaux marchés passait par de l’idéalisme largement diffusé (sans gluten et halal dans l’alimentation, produits Apple avec « style » pour les plus aisés, luxe toujours plus décadents, collaborations dans l’habillement pour provoquer une « hype » ainsi qu’au moyen des « drops », etc.).

7. Le système de crédit s’effondre.

Il faut être ici subtile : le système de crédit ne s’est pas effondré, en raison d’une intervention généralisée des États. Cela ne fait que repousser le problème, car soit les crédits ne sont pas solvables, soit ils le sont mais la garantie étatique provoque alors une désorganisation structurelle. C’est un sujet complexe à analyser, mais qui sera facile à saisir quand les choses se décanteront avec les bilans comptables, les factures à payer, les échéances retardées refaisant surface, etc.

8. Le niveau de vie des masses chute, en raison de l’inflation, du chômage, etc.

Ici encore il faut être subtile, puisque l’État est intervenu pour geler la situation. On a toutefois la même situation. Soit l’État a maintenu artificiellement des entreprises en vie et cela va être un double chaos avec les licenciements plus le coût du maintien artificiel réalisé pour rien, soit l’État a assuré une continuité mais au prix d’une désorganisation et d’une lourde facture.

9. Une lutte aiguë se produit dans les couches dominantes de la bourgeoisie, ce qui se caractérise par une instabilité politique, l’émergence de nouveaux partis, l’incapacité à disposer d’une majorité parlementaire pour le gouvernement, etc.

Il ne faut pas se leurrer : les révélations du Canard enchaîné sur les affaires de François Fillon en pleine campagne présidentielle relève de la manipulation, ce qui se lit très bien avec le parti politique d’Emmanuel Macron né du jour au lendemain grâce à d’importantes puissances financières à l’arrière-plan. On a assisté au coup de force de la bourgeoisie moderniste sur la bourgeoisie traditionnelle. Et pourtant, en raison de la crise, le parti d’Emmanuel Macron ne cesse de se fracturer, de se diviser, etc. On n’a pas encore une situation à la belge, pays où l’implosion politique est absolument exemplaire d’une instabilité chronique tout à fait caractéristique de la crise générale. On ne l’aura sans doute jamais non plus, car de par la force de l’impérialisme français, on aura plutôt un coup d’État militaire pour rétablir la centralisation, dans l’esprit néo-gaulliste. Néanmoins, centralisation et déstructuration relèvent d’un seul et même processus dialectique.

On l’a d’ailleurs bien vu au Royaume-Uni, avec un Brexit sans cesse retardé, avec une incroyable instabilité au sein des partis eux-mêmes, une paralysie gouvernementale. Il en va de même aux États-Unis où les républicains ont vacillé sous l’effet de l’arrivée de Donald Trump et les démocrates avec le développement des forces autour de Bernie Sanders, etc.

10. Le consensus en faveur d’un capitalisme inébranlable commence à disparaître.

C’est le point le plus difficile à saisir et cela en raison de la nature du 24 heures sur 24 du capitalisme. D’un côté, l’apparition de moyens de communication de masse de niveau élevé tels que Facebook, Twitter, Tumblr, Instagram… a permis une accélération de l’unification mondiale des masses à l’échelle planétaire, bousculant très largement les conceptions étroitement nationales.

Les masses s’unifient toujours plus par l’exigence de l’accès universel à une consommation de qualité et au niveau planétaire. Cela s’exprime grandement dans le domaine de l’habillement où la revendication d’avoir à sa disposition de quoi avoir du style est sous-jacent au mode de vie prolétarien, notamment de la jeunesse. On le retrouve également dans le large mouvement vers les meubles (comme avec Ikea), les objets du quotidien en général.

En fait, l’expérience de l’accès direct à la culture, aux biens culturels, de manière gratuite parfois qui plus est comme au moyen du téléchargement illégal et du streaming, a puissamment fait s’exprimer le besoin du communisme mondial dans les masses, comme partage universel et convivial.

D’un autre côté, le non-accès aux produits de qualité a imposé une incroyable aliénation aux masses avec une fascination servile pour l’argent facile et le grand luxe, déchirant littéralement les habitudes sociales et défigurant les mœurs. Il est difficile pour les masses de s’extirper de ce puissant rapport dialectique, car elles ne disposent pas de suffisamment d’orientation idéologique, sont corrompues à bien des niveaux et ne profitent pas de luttes de classe assez solides, assez franches.

Trois autres critères à prendre en compte

De par le passage de l’idéologie communiste du marxisme-léninisme au marxisme-léninisme-maoïsme, on peut et on doit ajouter cinq autres critères pour caractériser la crise générale. Encore une fois il ne s’agit pas d’être exhaustif, pas plus aujourd’hui qu’en 1922, mais de déterminer des orientations, des rapports internes propres à la crise générale.

1. L’abandon de toute prétention universaliste caractérise un échec du projet civilisationnel.

Le mode de production capitaliste n’a plus de projet, plus d’utopie autre qu’individuelle. Toute dimension collective est gommée ; même l’Europe unifiée se présente, comme projet, comme paradis du consommateur.

Il est évident ici que, dans ce processus d’atomisation générale, l’idéologie « LGBT+ » correspond à un phénomène réactionnaire, expression anticipée de la crise générale du capitalisme. Cette négation de la différence naturelle entre hommes et femmes, au profit d’un « choix », accompagne un processus de définition à la fois totalement individualisée et entièrement identitaire, par l’intermédiaire d’un jeu sur le principe communautaire. L’idéologie LGBT+, appuyée par les grands monopoles d’importance transnationale, a été le fer de lance de cette idéologie de la citoyenneté de type « consommatrice », mais celle-ci ne se résume pas à cela : on a également les religions et tous les communautarismes identitaires particularistes (les bikers, les motards, les cyclistes, les ultras au football, les ethno-différentialistes, etc.).

Le phénomène est par ailleurs général : en France, le baccalauréat universel a été rejeté au profit d’options « personnalisées » à choisir, l’art contemporain a anéanti tout principe universel de beauté et d’harmonie, de synthèse et de réalisme, etc.

2. La contradiction villes-campagnes a atteint un stade destructeur.

On doit faire un parallèle strict entre les gilets jaunes, qui a représenté la France des ronds-points, cette horreur absolue, et le covid-19 comme fruit du conflit villes-campagnes en Chine à Wuhan. Dans tous les pays, la contradiction villes-campagnes devient intenable, les déséquilibres se généralisent et le capitalisme ne parvient pas, au moyen des « écologistes » gestionnaires, à maîtriser quoi que ce soit, ne serait-ce qu’en apparence, à part dans une poignée de pays encore endormis de par le caractère encore peu exprimé de la crise (l’Autriche, la Suède, la Suisse, ces pays de neutralité hypocrite et de médiocrité authentique, de néant consensuel).

La destruction des Sundarbans au Bangladesh et l’étalement urbain français relèvent d’un seul et même phénomène, relevant de la crise générale ; dans chaque pays, il faut en analyser en détail les modalités, sans quoi aucune intervention révolutionnaire n’est possible.

3. La tendance à la guerre se généralise.

Eugen Varga n’a pas placé cet aspect dans sa liste, mais c’était sous-entendu et tout le monde le savait dans l’Internationale Communiste. Il était cependant pensé, en 1922, que la vague révolutionnaire triompherait suffisamment rapidement pour empêcher la guerre impérialiste. À partir de la fin des années 1920, l’Internationale Communiste s’aperçoit que ce ne sera pas le cas et le thème ne devient plus tant la crise générale que son expression par la guerre impérialiste.

Il faut ici s’appuyer sur la définition de Mao Zedong comme quoi « trois mondes se dessinent » et prendre en compte que les deux principales forces impérialistes, la superpuissance impérialiste américaine et la superpuissance impérialiste en devenir chinoise, forment une contradiction qui consiste en l’aspect principal pour la tendance à la guerre. Celle-ci se développe parallèlement à l’approfondissement de la crise générale et ici des pays comme la Belgique et la France apparaissent comme des maillons faibles de la chaîne impérialiste.

Une liste qui se fonde sur le primat de la pratique à travers la crise

Il ne s’agit, encore une fois, pas de considérer comme exhaustive cette liste. Il faut bien saisir que tout phénomène est caractérisé par un faisceau de contradictions, avec des tendances et des contre-tendances, qu’aucun phénomène n’est unilatéral. Décrire un phénomène, c’est malheureusement le poser comme fixe, unilatéral : là est le grand danger. Voilà pourquoi la dignité du réel prime dans l’analyse, qui doit se fonder sur le primat de la pratique, sur l’intervention révolutionnaire au plus haut niveau, celui de l’État, pour avoir un aperçu adéquat, une base réelle.

Crise est ici le média essentiel comme source d’analyses et comme lieu d’échanges productifs. C’est un point d’appui à toute activité révolutionnaire.

dimanche 12 juillet 2020


Déclarations et communiqués du Centre MLM [B]