Centre MLM de belgique

Un membre du Parti communiste doit être un élément avancé du prolétariat – 1970

Pour le 49e anniversaire de la fondation du Parti communiste de Chine

Editorial du Renmin Ribao, du Hongqi et du Jiefangjun Bao, Ier juillet 1970

Alors que la lutte des peuples du monde contre l’impérialisme américain connaît un nouvel essor, que dans notre pays, la Grande Révolution culturelle prolétarienne progresse victorieusement et que le mouvement pour la consolidation et l’édification du Parti continue à se développer en profondeur, tous les camarades du Parti et tout le peuple du pays célèbrent avec enthousiasme le 49e anniversaire de la fondation du grand, glorieux et juste Parti communiste chinois.

En près d’un demi-siècle de tempêtes révolutionnaires, le Parti communiste chinois, éduqué et dirigé par notre grand dirigeant le président Mao lui-même, a mené une longue lutte contre les ennemis de l’intérieur et de l’extérieur et, en armant les masses, a remporté une suite de grandes victoires dans la prise du pouvoir et la consolidation de la dictature du prolétariat.

La brillante histoire de combat du Parti communiste chinois montre qu’il est digne du nom de noyau dirigeant de la classe ouvrière et de tout le peuple révolutionnaire chinois, qu’il est à juste titre une brigade de choc du prolétariat mondial dans la lutte poursuivie à notre époque contre l’impérialisme américain, contre le révisionnisme moderne représenté par le social-impérialisme et contre toute la réaction.

Le président Mao nous enseigne :

« Le Parti doit être composé d’éléments avancés du prolétariat ; il doit être une organisation d’avant-garde, dynamique, capable de diriger le prolétariat et les masses révolutionnaires dans leur combat contre l’ennemi de classe. »

Le mouvement pour la consolidation et l’édification du Parti vise précisément à poursuivre l’édification et la consolidation de notre détachement d’avant-garde révolutionnaire du prolétariat, à poursuivre, l’édification et la consolidation de notre détachement d’avant-garde révolutionnaire du prolétariat à poursuivre, par notre rejet de ce qui est altéré et l’absorption du nouveau, l’édification des organisations du Parti à tous les échelons pour en faire des bastions de combat dans la continuation de la révolution sous la dictature du prolétariat, et à continuer à forger les membres du Parti pour qu’ils deviennent des éléments avancés dans la continuation de cette révolution.

Quels sont les critères requis pour être un élément avancé du prolétariat ? Ce sont les cinq conditions mises en lumière par le président Mao et stipulées dans les nouveau Statuts du Parti adoptés par le IXe Congrès, et auxquelles les membres du Parti communiste doivent se conformer.

1. Etudier et appliquer de façon vivante le marxisme, le léninisme, la pensée-maotsétoung. Il s’agit là de notre pensée directrice, de notre orientation politique.

Le président Mao nous enseigne :

« Il faut éduquer les cadres pour qu’ils comprennent quelque chose au marxisme-léninisme, plus ils comprennent, mieux cela sera. C’est-à-dire, faire en sorte qu’ils pratiquent le marxisme-léninisme, et non le révisionnisme. »

Les éléments avancés du prolétariat se forment dans l’étude et l’application vivantes du marxisme, du léninisme, de la pensée-maostétoung. Les nouveaux membres du Parti et les militants désireux d’adhérer au Parti doivent l’étudier, les vieux membres du Parti aussi ; en particulier, les cadres dirigeants aux divers échelons doivent l’étudier consciencieusement et avec assiduité, et mettre en pratique ce qu’ils auront appris. L’essence du marxisme, du léninisme, de la pensée-maotsétoung, c’est faire la révolution, mener la lutte de classes, exercer la dictature du prolétariat.

Etudier et appliquer de façon vivante, c’est lier la théorie à la pratique, c’est, dans la révolution et l’édification socialistes, s’en tenir à la ligne révolutionnaire prolétarienne du président Mao et aux divers principes et mesures politiques définis par lui, c’est oser lutter contre les ennemis de classe, oser lutter contre les tendances erronées « de gauche » et de droite, et contre les idées non-prolétariennes dans son propre esprit.

2. Lutter pour les intérêts de l’immense majorité de la population de la Chine et du monde.

Le président Mao nous enseigne :

« Il faut lutter pour les intérêts de la grande majorité de la population, de la grande majorité de la population de la Chine et du monde, et non pas en faveur des classes exploiteuses, de la bourgeoisie, des propriétaires fonciers, paysans riches, contre-révolutionnaires, mauvais éléments et droitiers. »

Luttant pour les intérêts de l’immense majorité de la population, les communistes doivent poursuivre la lutte de classes, abattre l’impérialisme américain et tous ses laquais, combattre jusqu’au dernier souffle pour renverser la bourgeoisie et toutes les autres classes exploiteuses, et émanciper l’humanité tout entière.

Certains disent vouloir servir le peuple, en réalité, ils travaillent pour leur chapelle, pour leur groupe, pour eux seuls. Ces gens-là ne sont pas des communistes authentiques, il ne faut pas les laisser entrer dans les équipes dirigeantes et encore moins y tenir le premier rôle.

3. Etre capable de s’unir avec le plus grand nombre, y compris ceux qui, à tort, se sont opposés à lui mais qui se corrigent sincèrement de leurs erreurs. Cependant, il faut être particulièrement vigilant afin d’empêcher les arrivistes, les comploteurs et les individus à double face d’usurper la direction du Parti et de l’Etat, à quelque échelon que ce soit, et de garantir que la direction du Parti et de l’Etat soit à jamais entre les mains des révolutionnaires marxistes.

Le but, en s’unissant avec le plus grand nombre et en empêchant les mauvais éléments d’usurper, à quelque échelon que ce soit, la direction du Parti et de l’Etat, est de consolider la dictature du prolétariat.

Le président Mao nous enseigne :

« S’unir avec l’immense majorité des masses et des cadres, avec les 95 pour cent des masses et des cadres. »

Les membres du Parti communiste, en particulier les cadres dirigeants du Parti, doivent avoir le large horizon du prolétariat et ne pas faire preuve de petitesse d’esprit. Il faut qu’ils aient en vue l’intérêt général et l’ensemble de la situation et comprennent que « l’homme peut se transformer ». « Nous devons convaincre ceux qui ont commis des erreurs de se corriger. Et les aider dans ce sens. Quand ils se seront consciencieusement corrigés, on ne devra plus leur adresser sans cesse les mêmes critiques. »

4. Consulter les masses pour tout problème.

Le président Mao nous enseigne :

« Les communistes doivent : pratiquer un style démocratique et non patriarcal. » « Il faut qu’ils consultent leurs camarades pour tout problème, procèdent à d’amples échanges de vues, sachent écouter toutes les opinions et laissent aussi s’exprimer celles qui sont opposées aux leurs. »

Ce qui veut dire qu’il faut «  permettre à tout le monde de parler » et non « monopoliser le droit à la parole ». « Il ne faut pas qu’ils se montrent d’accord à la réunion pour ensuite tout remettre en question en marquant leur désaccord. » Les communistes doivent de bonne grâce se faire les modestes élèves des masses, s’identifier avec elles, et observer le principe dit : « Partir des masses pour retourner aux masses. »

Les cadres du Parti, plus que tout autre, doivent aller parmi les masses, effectuer enquêtes et recherches, ériger des cas typiques en exemple et bien accomplir le travail concernant l’ensemble en commençant par en assurer le succès sur un tiers. Il y a beaucoup de choses que nous ne comprenons pas, et quand les masses les mentionnent, nous devons apprendre auprès d’elles et généraliser leur expérience d’avant-garde.

5. Pratiquer courageusement la critique et l’autocritique. C’est une excellente tradition de notre Parti. C’est dans la critique et l’autocritique que les membres du Parti communiste peuvent se forger et élever leur niveau de conscience.

Le président Mao a dit :

« On doit pas croire qu’on a toujours raison, comme si l’on détenait seul toute la vérité, ni estimer qu’on est seul capable et que les autres ne sont bons à rien, comme si la Terre allait cesser de tourner dès qu’on ne sera plus là. »

Au cours de la consolidation du Parti et après, tout membre du Parti communiste doit exposer largement ses pensées et faire bon accueil aux commentaires des masses. Celui qui a commis des erreurs, qui consent à se critiquer, invite en outre les autres à le critiquer et redresse ses erreurs, celui-là est un bon camarade.

Les membres du Parti communiste doivent emplir les cinq conditions, qui se ramènent à ce qui suit : etre fidèle au marxisme, au léninisme, à la pensée-maotsétoung, à la ligne révolutionnaire prolétarienne du président Mao ; avoir confiance dans les masses et s’appuyer sur elles ; avoir une attitude correcte envers soi-même. Pour résoudre les trois questions énumérées ci-dessus, il faut, et c’est cela le plus important, refondre consciemment sa conception du monde et s’efforcer d’adhérer totalement au Parti sur le plan idéologique.

Un élément avancé du prolétariat digne de ce nom doit nécessairement acquérir une conception prolétarienne du monde et se conformer strictement aux cinq conditions exigées des membres du Parti communiste. Plus les éléments avancés de ce genre sont nombreux, mieux nos organisations du Parti peuvent jouer leur rôle de bastion de combat et ainsi, notre grande tâche historique, la continuation de la révolution sous la dictature du prolétariat, pourra être victorieusement accomplie.

Dans la Grande Révolution culturelle prolétarienne, notre Parti, à la lumière de son IXe Congrès, est plus que jamais uni sur la base du marxisme, du léninisme, de la pensée-maotsétoung, autour de son Comité central ayant comme chef le président Mao, notre grand dirigeant, et comme chef adjoint le vice-président Lin Piao. Notre Parti avance à pas de géant. Forgé par le mouvement de consolidation et d’édification, il sera encore plus puissant, plus solide, plus dynamique.

Etudions et appliquons consciencieusement les cinq conditions exigées des membres du Parti communiste, les nouveaux Statuts du Parti, la théorie du président Mao sur l’édification du Parti, et saluons le 50e anniversaire du Parti avec de grands succès dans le mouvement pour la consolidation et l’édification du Parti, avec de grandes réalisations dans la révolution et l’édification socialistes !

Vive le grand, glorieux et juste Parti communiste chinois !

Vive le grand marxisme, le grand léninisme, la grande pensée-maotsétoung !

Vive le président Mao, notre grand dirigeant !