Centre MLM de belgique

Ulrike Meinhof : 7/10 1934 - 2012

Ulrike-MeinhofCe 7 Octobre 2012, nous célébrons l’anniversaire d’Ulrike Meinhof, la grande révolutionnaire allemande, née en 1934 et assassinée en 1976.

Comme cette figure est un exemple important de la question de la formation d’une Pensée révolutionnaire dans un pays, il faut la comprendre du mieux que nous pouvons.

 1. La formation d’Ulrike Meinhof dans les luttes de classes en Allemagne de l’Ouest

Initialement, Ulrike Meinhof est le produit du mouvement révisionniste de l’Allemagne dans les années 1950-1960. Elle a participé en tant qu’étudiante au mouvement anti-guerre, elle est devenue la porte-parole de la section locale du Anti-Atomtod-Ausschuss (Comité contre la mort atomique).

Elle a pu rencontrer un intellectuel espagnol comme Manuel Sacristán, un post-léniniste dans l’esprit du révisionnisme de Lukacs, et elle a été profondément influencée par l’école post-marxiste de Francfort (Marcuse, Adorno, Horkheimer), qui a tenté de formuler une théorie critique de la culture dans la société capitaliste.

Elle est devenue membre du Parti communiste d’Allemagne (KPD), interdit, en 1959, le quittant en 1964 ; en 1968, le KPD devint légal sous le nom de Parti communiste allemand, sous une forme légaliste et révisionniste.

Parallèlement à cela, les luttes de classe en Allemagne de l’Ouest ont été portées par le mouvement étudiant, notamment contre la guerre du Vietnam, c’est-à-dire pour le succès du FNL.

Comme brillante intellectuelle, Ulrike Meinhof est également devenue une journaliste de Konkret, la revue intellectuelle mensuelle de l’extrême gauche, où elle a écrit pendant 10 ans.

Dans cette revue, le 11 avril 1968, elle a écrit un article qui est devenu célèbre. C’était juste après une attaque fasciste où Rudi Dutschke, le leader étudiant d’extrême gauche, voire de l’extrême gauche en Allemagne de l’Ouest en général, a été grièvement blessé.

Meinhof y expliquait : « La protestation c’est quand je dis cela ne me plaît pas. La résistance, c’est quand je m’assure qui ce qui ne me plaît pas n’arrive plus. »

Une autre fois, elle a également salué l’incendie d’un grand magasin par un groupe dont était membre Andreas Baader. Elle a également écrit le scénario pour le téléfilm « Bambule », décrivant une révolte d’adolescentes dans une foyer de redressement.

 2. Le rôle et la pensée d’Ulrike Meinhof

Ulrike Meinhof venait d’un milieu révisionniste. Néanmoins, elle est parvenue à comprendre d’une manière profonde la situation en Allemagne de l’Ouest.

Tout d’abord, elle a compris que les traditions nazies étaient encore présentes. C’est pourquoi l’apathie devait être combattue et les traditions révolutionnaires soutenues.

C’est pourquoi il est devenu une tradition de journalistes bourgeois « de gauche » d’expliquer que la Fraction Armée Rouge fondée par Meinhof était une « résistance rattrapant » ce qui aura été « l’absence » d’une résistance à grande échelle en Allemagne nazie.

C’est une façon pour les journalistes bourgeois de nier la continuité des méthodes hiérarchiques et ultra-brutales nazies dans les formes sociales de l’Allemagne de l’Ouest.

Ulrike Meinhof a également compris le plan impérialiste des Etats-Unis d’utiliser l’Allemagne de l’Ouest, comme une base économique pour son propre développement, mais aussi en tant que base militaire, que ce soit contre le Vietnam ou, bien sûr, contre le « bloc de l’Est. »

Le régime d’Allemagne de l’Ouest a été compris comme une marionnette de l’impérialisme américain ; ce n’était pas seulement le gouvernement, mais la nature même du régime devait être comprise comme ayant une nature soumise.

En raison de ces deux aspects, Ulrike Meinhof clairement produit une pensée, un guide pour l’action révolutionnaire en Allemagne de l’Ouest.

 3. Construction et faiblesse idéologiques

Ulrike Meinhof, malheureusement, n’a pas eu en sa possession les armes idéologiques nécessaires à sa fonction. Elle a dû bricoler toute sa pensée.

Elle avait besoin d’une arme idéologique pour promouvoir la lutte contre l’impérialisme américain et mobiliser contre les institutions de l’Allemagne.

Pour cette raison, elle a utilisé les éléments qu’elle avait. Ces éléments étaient les suivants :

- le Guévarisme, comme la possibilité d’organiser immédiatement un « foco » ;

- les Tupamaros d’Uruguay, comme exemple de la possibilité de la guerilla urbaine ;

- le Linpiaoisme, comme possibilité de lutter contre l’impérialisme dans n’importe quelle partie du monde ;

- la théorie critique de l’Ecole de Francfort, comme appel à la lutte contre les institutions d’Allemagne de l’Ouest ;

- le tendance révisionniste « de gauche » italienne appelée « Il Manifesto », pour expliquer la crise capitaliste en général ;

- les expériences de la Gauche Prolétarienne française et des Black Panthers des Etats-Unis afin de justifier la position d’illégalité.

En fait, Ulrike Meinhof était une maoïste. Et en effet, tous les chapitres du document fondamental « Sur la conception de la guérilla urbaine » d’avril 1971, au début des chapitres, alternent des citations de Mao Zedong et de Il Manifesto, et se conclut par « Soutenir la lutte armée ! Victoire dans la guerre populaire ! »

Malheureusement, Ulrike Meinhof n’a pas compris que sa pensée appartenait à l’époque de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne.

C’est pourquoi sa pensée a été troublée par les influences révisionnistes. Par exemple, l’Allemagne de l’Ouest a été considéré comme soumise à l’impérialisme US et que la défaite de l’impérialisme nord-américain était l’étape finale contre l’impérialisme, comme c’était sa force principale, et donc rien ne comptait jusqu’à cette étape.

Il n’y avait pas d’étapes, tout cela était une toute une longue période de lutte armée nécessaire en Allemagne de l’Ouest, jusqu’à la défaite de l’impérialisme américain. Il n’était pas tenu compte du cadre national de la lutte des classes.

Un autre problème était que l’URSS était considérée comme un arrière-pays passif pour la lutte anti-impérialiste mondiale. Meinhof a considéré que la Révolution d’Octobre a ouvert un processus et l’URSS était coincée avec son propre problème, mais qu’elle était encore une partie (passive) du mouvement historique.

Un autre problème était que cette lutte, parce qu’elle n’avait pas de cadre réel, a été considérée comme une partie d’une lutte à l’échelle mondiale ; il y avait un besoin pour une fraction de cette lutte, et non pas un Parti Communiste.

 4. La Fraction Armée Rouge

La Fraction Armée Rouge a donc été basée sur la construction de Meinhof (alors que le dirigeant pratique était Andreas Baader, qui de son côté est celui qui a théorisé la nécessité de la lutte armée).

Des membres de la RAF ont été formés en Cisjordanie et à Gaza dans les camps du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) ; en Allemagne, la RAF fait de nombreuses attaques à la bombe, notamment à l’encontre l’ordinateur militaire des États-Unis à Heidelberg, qui planifiait les bombardements au Vietnam.

La RAF a eu un impact énorme en Allemagne de l’Ouest. C’est pourquoi aussi l’État ouest-allemand a mis les prisonniers de la RAF dans la prison de haute sécurité de Stammheim, en isolement carcéral, Meinhof a écrit une très célèbre lettre à ce sujet et son combat cela, pour ne pas devenir folle à cause de la torture blanche.

Ce processus a culminé finalement avec Ulrike Meinhof se pendant prétendument en 1976 ; en fait, Meinhof a été liquidée par l’État ouest-allemand, pour ce qu’elle représentait. Andreas Baader se « suicida » également en 1977.

La principale conséquence de cette erreur est que la Fraction Armée Rouge a continué dans la même perspective anti-impérialiste (« La stratégie révolutionnaire ici, c’est la stratégie contre leur stratégie », affirme le document stratégique de 1982 : Guérilla, résistance et front anti-impérialiste).

En outre, toute la gauche radicale en Allemagne occidentale, même lorsqu’elle n’était pas sur la ligne de la RAF – a accepté la ligne selon laquelle l’Allemagne en tant qu’Etat national n’était pas le cadre de la lutte.

La chute du mur de Berlin a tué stratégiquement la gauche : le cadre national était plus clair que jamais, et l’impérialisme allemand était également en mesure de jouer de plus en plus en solo sur la scène internationale.

C’était la fin d’une période historique, et cela montre la grandeur et les limites de la pensée d’Ulrike Meinhof.

dimanche 7 octobre 2012


La Fraction Armée Rouge