Centre MLM de belgique

Tempête hussite et révolution taborite - 4e partie : Prague, ville dorée

Le royaume des pays tchèques est issu d’une Grande Moravie formée à l’ombre de l’empire fondé par Charlemagne, à la fin du 9e siècle.

Se livrant au christianisme avec Rastislav puis Sventopluk, le royaume englobait les actuelles Moravie, Bohême, Slovaquie, Hongrie nord-occidentale et une partie orientale de l’Allemagne.

La Grande Moravie s’est effondrée sous le poids des dissensions internes pour le pouvoir et des raids magyars, mais la Bohême prit le relais avec Venceslas et Boleslav, de la dynastie des Přemyslides, rentrant en concurrence avec ce qui deviendra l’Autriche et la Bavière.

C’est ainsi un grand royaume qui put se fonder. Un royaume qui rassemble pratiquement deux millions de personnes et qu’on peut appeler tchèque était alors imbriqué dans les pays allemands (qui formeront bien plus tard l’Allemagne et l’Autriche) : il était tellement puissant qu’il fut en mesure de prendre la direction du Saint Empire Romain germanique.

Au début du 14e siècle, la ville de Prague était ainsi la capitale d’un des États les plus puissants d’Europe, composé de la Bohême, de la Moravie, de la Basse et de la Haute Lusace, de la Basse et la Haute Silésie, ainsi qu’une ceinture de fiefs à l’ouest de la Bohême.

En 1348 commença son agrandissement de 180%, faisant de cette ville la troisième en superficie en Europe après Rome et Constantinople. Une centaine de villages existaient également autour de Prague.

La fondation d’une université la même année symbolisa le tournant culturel et intellectuel en Bohême. Prague devint un important centre humaniste et un grand centre commercial, avec des échanges avec Regensbourg, Nuremberg, Linz, Vienne, Breslau, Cracovie.

Les villes tchèques ont fleuri précisément pendant le 14e siècle, au point qu’il n’y en aura pas de nouvelles avant 400 ans. Voltaire, évoquant le voyage de Charles IV à Paris en 1377, parle de « ce roi des rois, ce Germain fastueux », et le chapitre XIV de Zadig fait allusion à une anecdote où Venceslas IV ouvrit ses légendaires coffres à Nicolas Puchník.

A la fin du 14e siècle, la Bible fut également traduite en tchèque, alors que l’Université de Prague avait comme professeurs de théologie des membres des ordres mendiants actifs en Bohême : le franciscain Adalbert Bludow, le dominicain Johannes von Dambach, l’ermite augustinien Nikolaus von Laun.

La ville de Prague avait alors une grande importance religieuse, au moins 5 % des 40 000 personnes y vivant étant des religieux, dans un pays en pleine expansion économique et relativement épargné par l’épisode de la Peste Noire de 1348.

Des élévateurs commençaient également à être utilisés dans les mines, ce fut l’apparition du système bielle-manivelle. Le mot pistolet vient également par exemple du mot tchèque « píšťala » qui désigne un petit canon portatif alors inventé, émettant un sifflement pour effrayer les chevaux d’une cavalerie.

Les plaques gravées en creux, de poinçons ou de caractères métalliques, commençaient à être utilisées par les monnayeurs et les orfèvres pour trouver des techniques de reproduction.

Christian de Prachatice écrivit un Traité de construction de l’astrolabe, Jean Sindel calcula la latitude de Prague et l’obliquité de l’écliptique, ce qui servira aux astronomes Tycho Brahé et Johannes Kepler.

L’horloge astronomique de Prague, construite en 1410, est également un chef d’oeuvre technique et artistique.

Jan Hus, qui fut aidé financièrement par Christian de Prachatice – administrateur de l’Église dite hussite en 1437 –, proposa même alors une réforme de l’orthographe, par l’intermédiaire de son ouvrage De Orthographica bohemica (le polonais conservera l’ancienne pratique, le tchèque se modernisant de son côté avec l’apparition des lettres comme á, č, ď, é, ě, í, ň, ó, ř, š, ť, ú, ů, ý, ž).

Cependant, les contradictions étaient nombreuses. Le pays était parsemé de châteaux forts, de châteaux, de monastères, et la puissante noblesse était très mécontente de l’Église catholique qui possédait plus de la moitié des terres arables, avec des représentants au conseil de la couronne, dans les administrations, dans les diètes provinciales : les archevêques possédaient les 17 plus grands domaines de Bohême.

La noblesse était également en conflit avec le roi tentant d’instaurer la monarchie absolue. Elle entretenait elle-même des bandes armées, bandes pouvant se fondre en un regroupement considérable et constituant une menace importante de pillage pour la région, allant jusqu’à attaquer des bourgs et des petites villes.

Dans ce cadre, Venceslas IV, qui régna de 1378 à 1419, en pleine période de crise donc, fut à plusieurs reprises capturé et emprisonné par la haute aristocratie. Il y avait ainsi une guerre civile entre factions aristocrates entre 1394 et 1404.

Le roi lui-même était victime de la concurrence au sein du Saint Empire Romain germanique, ses adversaires allemands parvenant même à le déposer en 1400. Son propre frère Sigismond, roi de Hongrie et successeur désigné au trône de Bohème, fomentait des incursions armées afin de piller les réserves d’argent du centre minier de Kutna Hora.

À l’inverse, la petite noblesse était particulièrement appauvrie, au point, dans certains cas, de basculer dans le brigandage et, en tout cas, dans une mesure certaine, d’être prête à rejoindre un soulèvement.

De même, la bourgeoisie était mécontente : elle payait le prix fort à l’Église, sous forme de rentes appelés taxes perpétuelles, car les maisons et les terrains urbains appartenaient pour beaucoup à celle-ci.

De plus, les villes voyaient en leur sein dominer une mince couche, un patriciat d’origine allemande, s’arrogeant la main-mise sur le pouvoir urbain, sur les conseils et tribunaux urbains. Les bourgeois, les artisans, les boutiquiers, étaient quant à eux d’origine tchèque.

Haute négoce et industries aux capitaux les plus importants étaient allemandes, comme la main d’œuvre des mines d’argent de Kutna Hora. Le commerce des draps était le monopole des marchands de Francfort et Cologne, les beaux draps étaient importés des Flandres.

À côté de cela, la grande croissance de la ville de Prague avait donné naissance à une large plèbe, composé de journaliers, de travailleurs à la tâche, d’artisans appauvris.

Enfin, dans les campagnes, le peuple serf devait payer à l’Église non seulement la dîme (le dixième de ce que rapporte l’étable et le champ), mais également le baptême d’un enfant, le mariage, la bénédiction des œufs et du sel, etc.

La situation était ainsi marquée par de nombreuses contradictions. Il ne manquait plus que le fait que la contradiction principale devienne un moteur.

lundi 14 décembre 2015


Tempête hussite et révolution taborite