Centre MLM de belgique

Septembre Noir : Réponse au président Nixon − 1972

Communiqué de Septembre Noir (Ayloul al-Aswad) diffusé par l’agence palestinienne Wafa

Cette organisation s’est constituée après les massacres de Jordanie en septembre 1970, d’où le nom de « Septembre Noir ». Elle s’est fait connaitre par des opération aussi audacieuses que fracassantes. Exécution du Premier ministre jordanien, Wasfi Al-Tall (un des principaux responsables des massacres d’Amman), en novembre 1971, détournement d’un avion de la Sabena sur Lod, en mai 1972, opération de Munich en septembre 1972, etc.

SEPTEMBRE NOIR
RÉPONSE AU PRÉSIDENT NIXON

« Le président Nixon a été profondément « éprouvé » par ce malheur et a présenté ses ce condoléances aux familles des victimes innocentes ». C’est en ces termes que la Maison blanche a réagi au lendemain de la trahison des autorités allemandes à la suite de laquelle sont tombés cinq martyrs de l’organisation Septembre noir.

La Maison blanche a ajouté que Nixon a parlé durant 8 minutes avec Golda Meir et, dans une interview accordée aux journalistes, il a traité les fedayine arabes de « gangsters internationaux de la pire espèce qui ne reculent devant rien pour réaliser leurs buts. »

De toute façon, les paroles haineuses et démentes de Nixon ne peuvent nullement cacher les réalités suivantes :

1. Les fedayine de Septembre noir qui ont pris en otage l’équipe israélienne ne sont pas des « criminels assoiffés de sang » comme le prétend le président Nixon, sinon comment ce dernier peut-­il expliquer qu’ils aient gardé vivants les otages durant des heures jusqu’à ce que la supercherie des autorités allemandes soit apparue (et à laquelle ont participé des Israéliens transportés par avion afin de capturer les fedayine et de les emmener à l’aéroport de Lod, comme l’espérait Dayan).

Comment Nixon peut-­il expliquer le refus opposé par les fedayin palestiniens aux offres de sommes illimitées proposées par les autorités de Bonn ?

Les demandes de fedayine étaient précises et leur but était humanitaire, puisqu’il s’agissait de libérer des prisonniers détenus dans les geôles nazies sinistres de l’ennemi israélien. Sans la trahison allemande et le refus des autorités de Tel­-Aviv, il ne se serait rien passé de tel.

2. Nous pourrions comprendre que l’on parle de « gangstérisme international » si l’on ne bombarde pas au napalm les enfants vietnamiens, si l’on ne lâche pas de bombes sur l’école de Bahr­ el ­Bakar en Egypte pour y exterminer des enfants, et si l’on n’est pas considéré par l’opinion internationale comme étant le plus grand criminel et le pire tortionnaire dans le monde entier.

Nixon dont les mains sont pleines du sang du peuple vietnamien et qui est le premier responsable des horreurs et des destructions causées par les bombes à billes américaines au Vietnam.

De plus, il est responsable du massacre du peuple palestinien à Amman, à Jérach et à Ajloun. Il n’est aucunement habilité à parler de « gangstérisme international » ; il en est le chef.

3. Nous ne comprenons pas comment le sieur Nixon ose demander une campagne mondiale contre ce qu’il appelle « terrorisme », alors que des manifestations ont éclaté de toutes parts dans le monde pour condamner l’assassin et le tortionnaire Nixon, exigeant la cessation de la sale guerre menée par les forces américaines contre le peuple vietnamien. C’est le comble de la dérision que le criminel, condamné unanimement de par le monde, demande à ce dernier de mener une campagne hostile à Septembre noir (dont les combattants ont été assassinés par les autorités allemandes et sionistes).

4. Nous n’avons jamais entendu Nixon, durant son mandat présidentiel ou auparavant, condamner les massacres perpétrés à l’encontre du peuple palestinien à Deïr­ Yassin en 1948, à Kafr­ Kassem en 1956, et à Amman en septembre 1970, et alors que les colonialistes nazis sionistes ont éventré des femmes enceintes et exterminé des vieillards et des enfants innocents. Nixon condamne une action qui n’aurait eu aucune suite sans la trahison des autorités allemandes et sionistes.

Il eût suffi de libérer les Palestiniens prisonniers des sionistes. Par contre, il applaudit toujours aux crimes israéliens et les appuie en fournissant des bombes au napalm et autres engins de destruction !

5. Le pavillon de la délégation israélienne aurait dû être, en principe, celui de la délégation palestinienne, sans les crimes et les complots des impérialo­-sionistes en général, et en particulier de l’impérialisme américain dirigé par Nixon, auxiliaire principal du racisme et du nazisme sionistes. Les crimes de Nixon et autres dirigeants impérialistes ont abouti à empêcher le peuple palestinien de participer aux Jeux olympiques, en le privant de tous ses droits.

De même, ils ont empêché la libération des prisonniers palestiniens des prisons sionistes. Ni Nixon ni personne ne pourrait empêcher le peuple palestinien de retourner dans son cadre naturel, et cela pour des motifs autrement importants que les Jeux.

6. Le comportement insensé et enragé de Nixon, tant au Vietnam qu’ailleurs, et son attitude à l’égard des martyrs de Septembre noir, victimes d’une supercherie à l’aéroport militaire américain de Munich, ne peuvent que nuire au peuple américain et le plonger dans l’abîme. Nixon complote contre les intérêts réels du peuple américain.