Centre MLM de belgique

Précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik) : Présentation historique

Le précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik) est le document le plus important produit par l’Union Soviétique de la période socialiste. Publié en 1938, il fut réalisé sous supervision d’une Commission du Comité Central du Parti, avec comme but de devenir l’ouvrage principal de référence idéologique.

Racontant les luttes internes au sein du Parti bolchévik, avec une présentation de l’idéologie officielle de l’État – le matérialisme dialectique, dans un chapitre directement rédigé par Staline -, il parut tout d’abord en différentes parties dans dix numéros différents successifs de la Pravda à partir du 9 septembre 1938, étant présenté de la première publication comme « une arme idéologique puissante ».

Il parut ensuite dans l’organe pour les cadres Bolchevik, et fut officialisé comme documents de base pour la connaissance par une résolution du Comité Central, le 14 novembre 1938, soulignant l’importance d’éviter des interprétations arbitraires, avant d’être publié comme ouvrage indépendant.

Il devint également jusqu’en 1953 le manuel de formation des cadres pour les communistes, notamment des pays de l’Est de l’Europe.

Au sujet du précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik), Mao Zedong dit dans Réformons notre étude, un rapport lors d’une réunion de cadres à Yenan en mai 1941 :

« Conformément aux vues énoncées ci-dessus, je fais les propositions suivantes :

1) Poser comme tâche, devant tout le Parti, l’étude systématique et complète de la réalité environnante (…).

2) Réunir des personnes compétentes pour faire des études sur l’histoire de la Chine des cent dernières années (…).

3) Établir pour l’éducation des cadres en fonction comme pour l’enseignement dans les écoles de cadres, le principe selon lequel les études doivent être centrées sur les questions pratiques de la révolution chinoise et guidées par les principes fondamentaux du marxisme-léninisme ; abandonner la méthode consistant à étudier le marxisme-léninisme d’un point de vue statique et en-dehors de la réalité.

Adopter, comme principal matériel d’étude du marxisme-léninisme, l’Histoire du Parti Communiste (bolchévik) de l’URSS.

Cet ouvrage est la meilleure synthèse et le meilleur bilan du mouvement communiste mondial des cent dernières années, c’est le modèle de l’union de la théorie et de la pratique, l’unique modèle achevé qu’on trouve actuellement dans le monde.

En voyant comment Lénine et Staline ont uni la vérité universelle du marxisme à la pratique concrète de la révolution en Union soviétique et ont, sur cette base, développé le marxisme, nous comprendrons comment nous devons travailler chez nous en Chine. »

A ce titre, s’il fut publié à l’origine à un million d’exemplaires à la fin de 1938, le précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik) connut jusqu’en 1956 301 éditions, pour 42 816 000 exemplaires, en 67 langues.

En République Démocratique Allemande par exemple, un million d’exemplaires de cet ouvrage avaient été publié, en Hongrie 530 000 exemplaires, en Tchécoslovaquie 652 000 exemplaires, mais leur utilisation disparu du jour au lendemain à la suite du 20e congrès du PCUS (le terme bolchévik ayant enlevé du nom du Parti au XIXe congrès, en 1952).

En URSS même, un précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique fut publié en 1962, afin de définitivement nier le précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik), afin d’accompagner le coup d’État révisionniste.

Le précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik) formait, en effet, la base idéologique du pouvoir d’État de l’URSS de Staline ; le réfuter, le nier, était inévitable pour les révisionnistes ayant modifié la base sociale du pays en renversant la classe ouvrière.

L’objectif du précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik) avait justement été, inversement, de renforcer le pouvoir de la classer ouvrière. Le développement du socialisme avait permis l’avènement d’une couche sociale éduquée, composée d’environ dix millions de personnes ; il s’agissait d’encadrer de manière adéquate cette émergence.

Une anecdote est rapportée au sujet de cette importance, Staline constatant :

« Aucune classe ne peut conserver le pouvoir et guider l’État si elle ne parvient pas à former sa propre intelligentsia, c’est-à-dire des gens ayant abandonné le travail physique et vivant du travail intellectuel.

Le camarade Khrouchtchev pense qu’il est encore un ouvrier, et entre-temps, c’est un intellectuel [agitation amusée dans la salle]. »

Staline abordait la question de la manière suivante dans son rapport présenté au XVIIIe congrès du PCUS(b), le 10 mars 1939 :

« Un léniniste ne peut être uniquement un spécialiste de la science qu’il a choisie ; il doit être en même temps un homme politique, un homme public qui s’intéresse vivement aux destinées de son pays, qui connaît les lois du développement social, qui sait s’inspirer de ces lois et entend prendre une part active à la direction politique du pays.

Ce sera là, évidemment, un supplément de travail pour les spécialistes bolcheviks.

Mais ce travail donnera des résultats qui compenseront largement l’effort fourni. La propagande du Parti, l’éducation marxiste-­léniniste des cadres, a pour tâche d’aider nos cadres dans toutes les branches d’activité à assimiler la science marxiste-léniniste des lois du développement de la société.

Les mesures à prendre pour améliorer la propagande et l’éducation marxiste-léniniste des cadres ont été maintes fois envisagées au Comité central du Parti communiste de l’U.R.S.S., avec la participation des propagandistes des différentes organisations régionales du Parti.

On a fait état de la parution du Précis d’histoire du P.C. (b) de l’U.R.S.S. en septembre 1938. On a constaté que la parution du Précis d’histoire du P.C. (b) de l’U.R.S.S. donne une nouvelle ampleur à la propagande marxiste-léniniste dans notre pays. Les résultats du travail du Comité central ont été publiés dans sa décision que l’on connaît sur réorganisation de la propagande du Parti à la suite de la publication du Précis d’histoire du P.C. (b) de l’U.R.S.S. ».

Partant de cette décision et compte tenu des décisions prises par l’Assemblée plénière du Comité central du P.C. (b) de l’U.R.S.S., en mars 1937, sur « Les défauts du travail du Parti », le Comité central du Parti communiste, afin de remédier aux insuffisances dans le domaine de la propagande du Parti et pour améliorer l’éducation marxistes-léninistes des membres et des cadres du Parti, a élaboré les principales mesures que voici :

1. Concentrer en un seul point le travail de propagande et d’agitation du Parti et fusionner les sections de propagande et d’agitation avec les sections de la presse en un seul service de propagande et d’agitation près le Comité central du P.C. (b) de l’U.R.S.S. ; créer une section de propagande et d’agitation dans chaque organisation du Parti — de République, de territoire et de région.

2. Considérant comme une erreur notre engouement pour le système de la propagande par les cercles, et estimant plus rationnelle la méthode de l’étude individuelle des principes du marxisme-­léninisme par les membres du Parti, le Parti doit concentrer son attention sur la propagande dans la presse et sur l’organisation du système de propagande au moyen de conférences.

3. Organiser dans chaque centre régional des cours annuels de perfectionnement pour nos cadres de base.

4. Organiser dans une série de centres de notre pays des écoles léninistes de deux ans, pour nos cadres moyens.

5. Organiser une école supérieure de marxisme-­léninisme près le Comité central du P.C. (b) de l’U.R.S.S. pour la formation de cadres théoriques hautement qualifiés du Parti. Durée des études, trois ans.

6. Créer dans une série de centres de notre pays, des cours annuels de perfectionnement pour propagandistes et journalistes.

7. Créer près l’école supérieure de marxisme-­léninisme, des cours de six mois pour le perfectionnement des professeurs de marxisme-­léninisme dans les écoles supérieures. Il est hors de doute que l’application de ces mesures qui sont déjà mises en oeuvre, mais ne le sont pas encore à un degré suffisant, ne tardera pas à donner de bons résultats. »

Les constatations de ces faiblesses témoignent de l’analyse minutieuse qu’avait la direction du PCUS(b) du niveau de ses cadres. Malheureusement, il est évident que l’irruption de la seconde guerre mondiale a contribué à amoindrir l’implantation réellement profonde des leçons du précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik), sans parler de la mort de nombreux cadres.

A cela s’ajoute une certaine faiblesse sur le plan idéologique et culturel, que Mao Zedong corrigera, notamment avec la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne.

dimanche 20 mai 2018


Précis d’histoire du Parti Communiste d’Union Soviétique (bolchévik)