Centre MLM de belgique

Parti Communiste d’Inde (maoïste) - Commission militaire centrale - 2013

Traduction J. Adarshini pour le Centre MLM [B]

- Combattre les offensives violentes des classes dirigeantes indiennes !

- Intensifier la Guerre Populaire et vaincre l’‘Opération Green Hunt’ - ‘Guerre contre le Peuple !

- Combattre et résister au déploiement de l’armée indienne au Bastar sous prétexte de mettre en place un camp d’entraînement pour la répression du mouvement révolutionnaire !

Appel de la Commission Militaire Centrale - CPI(maoïste)

A l’occasion des célébrations du 12ème anniversaire de la PLGA

Chers camarades, peuple bien-aimé !

La People’s Liberation Guerilla Army (PLGA) a été formée le 2 décembre 2000 pour la victoire de la Nouvelle Révolution Démocratique Indienne dans le cadre de la Révolution Socialiste Mondiale et en tant que détachement de l’Armée Internationale du Prolétariat selon la voie indiquée par les grands professeurs révolutionnaires de la révolution indienne, les camarades Charu Mazumdar et Kanhai Chatterjee. Le 2 décembre 2012, elle complètera sa 12ème année depuis sa formation. A cette occasion, la Commission Militaire Centrale (CMC) lance un appel pour que soit menée une semaine de célébrations pour le 12ème anniversaire de la PLGA dans toutes les zones de guérilla et régions de résistance rouge. Elle appelle au développement en intensifiant la guérilla pour vaincre, par la Guerre Populaire, l’‘Opération Green Hunt’ (OGH) (Guerre contre le Peuple) dirigée par les classes dirigeantes exploiteuses.

Au cours de l’année écoulée, près de cent filles et fils bien-aimés des masses opprimées et du peuple ont sacrifié leur vie les plus précieuses. Le dirigeant du mouvement révolutionnaire indien, Général de la Guerre Populaire, membre de notre Politburo et fils bien-aimé des masses opprimées - le camarade Mallojual Koteswarlu alias Kishenji a perdu la vie dans une fausse rencontre suite à un complot des gouvernements du Centre et de l’état du Bengale et des agences de renseignements centrales, y compris la Bengal SIB. Le camarade Harak (Srikant), membre du Dandakarany Special Zone Committee est mort en martyr en raison de son mauvais état de santé, le camarade Gundeti Sankar (Seshanna), membre du North Telengana Special Zone Committee est mort en martyr en raison d’une morsure de serpent et le camarade Ajay Ganju, dirigeant de la Bihar-Jharkhand-North Chhattisgarh Special Area est mort en martyr entre les mains de l’ennemi dans les forêts de Kunda du district de Chhatra au Jharkhand. Le camarade Siddarth Burgohain, membre dirigeant de l’équipe (niveau du Regional Committee) de l’Assam est mort en martyr dans une fausse rencontre en compagnie de trois camarades. Au Dandakaranya, le camarade Vijay (membre du South Regional Committee) est mort en martyr dans un accident et le camarade Swaroopa (Sunita), activiste haut placé du parti, est mort en martyr en raison de son mauvais état de santé. Le camarade BSA Satyanarayana, dirigeant des mouvements de la classe ouvrière et avocat du peuple, le camarade Goru Madhava Rao, vétéran de la lutte au Srikakulam et exemple même de l’engagement communiste loyal, le camarade Penduru Bhim Rao, dirigeant adivasi, ont rendu leur dernier soupir cette année. Près de 60 personnes ordinaires et activistes d’organisation de masse et de Comités Populaires Révolutionnaires ont perdu la vie en raison de la violence policière. 19 personnes non armées ont été tuées de sang froid au cours du massacre de Sarkinguda dans la région de Basaguda du district de Bijapur au Dandakaranya. Rendons un hommage rouge à chacun de ces martyrs et jurons de réaliser leurs rêves.

Les classes dirigeantes indiennes mettent en oeuvre, de manière structurée, la stratégie contre-révolutionnaire du Low Intensity Conflict sous les conseils des impérialistes américains dans le but d’anéantir le mouvement révolutionnaire indien. Les diverses campagnes de contre-offensive tactique et actions militaires menées par la PLGA dans le cadre de la résistance au cours de l’année écoulée dans différentes zones de guérilla pour s’opposer à cela ont eu un bon impact politique. Un total de 114 policiers sont morts et plus de 101 ont été blessés dans diverses actions uniques, opérations et embuscades telles que - l’embuscade à proximité de Gorgonda (Sukma) contre le véhicule des commandants du Commando Koya Kartam Surya et Kicha Nanda, la courageuse embuscade massive dirigée contre le convoi des forces CoBRA et de la CRPF près de Pusutola (Gadchiroli), l’embuscade d’Irpugutta (Kanker), l’embuscade nocturne de Kirandul (Dantewada), l’embuscade contre le boucher Mahendra Karma, le dirigeant de la Salwa Judum (Dantewada) - toutes au Dandakaranya ; la valeureuse embuscade contre un véhicule blindé à proximité de Bargarh (Garhwa), l’embuscade de Kharanji Tungi (Latehar), la courage attaque contre un hélicoptère ennemi dans la région forestière de Labahr (Latehar) l’embuscade contre NH-2 (Latehar), l’attaque contre un véhicule d’escorte dans la ville de Giridih et la libération de huit prisonniers maoïstes - toutes au Jharkhand ; les combats menés par la PLGA contre les forces CoBRA et de la CRPF le même jour à Baltor et dans les forêts de Dumaria du district de Gaya au Bihar, l’embuscade contre un véhicule blindé près de Sakarbandh ; l’embuscade de Janniguda (Dyke 3) (route Chitrakonda-Balimela), l’action unique à Sileru - à la frontière entre l’Andhra et l’Orissa ; l’embuscade de Badarpanga dans l’Odisha (Kanhamal), l’embuscade nocturne au North Telengana et l’embuscade de Gaoltar au West Bengal (Lalgarh). La PLGA y a saisi 29 armes. En raison des actions de guérilla de la PLGA, les classes dirigeantes ont été obligées de déployer davantage d’effectifs dans nos régions et de décentraliser des forces dans de vastes zones. En conséquence, les forces de la PLGA ont réussi à résister à l’offensive de l’ennemi.

A partir de mi-2012, les classes dirigeantes ont intensifié leurs offensives dans les aires de manoeuvre. Ces opérations sont exécutées dans le but de porter atteinte à nos aires de manoeuvre et de nuire à notre coordination en découpant nos régions en morceaux. Les massacres de la population comme celui de Sarkinguda et les meurtres d’activistes sont en augmentation. Les gangs réactionnaires comme les Salwa Judum, Nagrik Suraksha Samity, TPC, SPM, Harmad Bahini, Bhairav Sena, Santi Committee et Santi Sangam, les gangs d’autodéfense secrets, les forces policières, paramilitaires et commando ont ensemble recours à de tels massacres. Le National Counter-Terrorism Center (NCTC) qui doit être fraîchement formé par le gouvernement du centre pour lutter contre les maoïstes et les ‘terroristes’ pourrait s’avérer être la ‘plus grande menace même pour les homonymes souveraineté, paix, sécurité, liberté, démocratie et droit de vivre de la population’.

Le gouvernement indien déploie l’armée pour écraser le mouvement révolutionnaire. Il construit toute l’infrastructure nécessaire à la conduite des offensives par l’armée et la force aérienne. Des bases aériennes sont construites dans plusieurs régions au Chhattisgarh (CG), au Vidharba, dans l’Andhra Pradesh (AP), au Bihar, au Jharkhand et dans l’Odisha pour mener des attaques de la force aérienne en soutien aux offensives de l’armée. Il construit 400 commissariats de police fortifiés dans les quatre tri-jonctions - AP-CG-Odisha ; CG-Jharkhand-Odisha et Odisha-West Bengal-Jharkhand et renforce la sécurité intensive. Il procure un entraînement, des armes et le matériel à ses effectifs pour se défendre contre tout type d’attaques lancées par nos hommes de la PLGA. Il accélère ses préparatifs pour les attaques de drone (UAV) et s’applique a anéantir les dirigeants sur le terrain. Le gouvernement central a décidé de bâtir 2200 tours de communication dans les régions sous influence naxalite. Dans le but de surveiller les mouvements des guérilleros dans les forêts épaisses, il a lancé le satellite Resat-1 à la fin du mois d’avril 2012. Il intensifie les réformes dans le but de diviser le camp révolutionnaire et de développer la base sociale des classes exploiteuses. Il avantage économiquement une section de personnes parmi les dirigeants politiques, les fonctionnaires, les entrepreneurs, les anciens tribaux/la méchante noblesse, les riches et moyens paysans et s’en sert comme de sa base sociale. Il mène une guerre psychologique incessante en propageant d’une part que le socialisme-communisme sont démodés et qu’ils ne pourront jamais sortir victorieux et d’autre part, il pousse ceux à l’intérieur du camp révolutionnaire à rejoindre la police ou en tant qu’indicateur en désertant le mouvement révolutionnaire étant donné qu’il devrait l’avoir anéanti dans les 5 à 10 ans et qu’ils ne pourront jamais l’emporter. Il encourage les liquidateurs tels que Savyasachi Panda et tente d’essouffler le mouvement.

Avoir recours à d’atroces, cruelles et inhumaines offensives contre les révolutionnaires et les masses opprimées pour céder des richesses valant des milliards de dollars aux sociétés impérialistes, piller les ressources et écraser l’autorité politique populaire alternative qui perce sous la direction du parti maoïste sont les objectifs des classes dirigeantes indiennes et de leurs maîtres impérialistes. La CMC prie les masses opprimées et tous les sympathisants du peuple de faire échouer l’offensive de l’état indien en intensifiant la Guerre Populaire et les agitations démocratiques et politiques dans tout le pays.

Chers Camarades, peuple bien aimé !

La crise financière du capitalisme mondial s’aggrave et s’étend davantage. Les impérialistes se disputent entre eux pour piller toutes sortes de sources (humaines, matérielles) dans les pays arriérés en dehors de l’augmentation de l’exploitation des travailleurs et des classes moyennes dans leurs pays afin de surmonter cette crise. Les attaques contre les Sikhs, les Asiatiques de l’Est, les Asiatiques du Sud, les Musulmans et les Arabes se sont beaucoup intensifiées alors que le racisme se développe outrageusement dans les pays impérialistes. Les travailleurs, les jeunes, les femmes et les classes moyennes mènent campagne dans plusieurs pays européens contre ces politiques économiques néolibérales. Les partis prolétariens et les organisations populaires progressistes se consolident à nouveau. Les luttes anti-impérialistes s’intensifient sous différentes formes dans tous les pays arriérés. Etant donné que les dirigeants pro-américains ont, sous une autre forme, de nouveau accédé au pouvoir après le Printemps Arabe, les peuples réalisent inévitablement la nécessité de choisir la voie révolutionnaire. Les luttes de résistance des nationalités opprimées se poursuivent dans plusieurs pays. La population s’est levée comme une tempête à travers le monde contre le film américain qui insultait l’Islam. Le progrès des Guerres Populaires aux Philippines et en Inde, les forces révolutionnaires se séparant du UCPN(N) au Népal en s’opposant à sa position révisionniste, des forces maoïstes étant actives dans des pays tels que la Turquie, le Pérou, le Bangladesh, etc, des organisations maoïstes et des organisations anti-impérialistes dans plusieurs pays européens adoptant divers programmes en solidarité avec la Guerre Populaire en cours dans notre pays - sont tous des phénomènes favorables.

Toutes les contradictions fondamentales dans notre pays s’intensifient en raison des politiques économiques néolibérales mises en oeuvre par les gouvernements. Les riches deviennent super riches tandis que les pauvres deviennent plus pauvres. 77 pour cent de la population n’est même pas en mesure de dépenser 20 roupies par jour et souffre d’une pauvreté extrême. Les escroqueries qui ont été dévoilées récemment ont tout à fait mis à nu les gens comme Rahul Gandhi, Robert Vadhra, les ministres du centre Sarad Pawar, Salman Khurshid et le président du BJP Nitin Gadkari. Ces inégalités économiques et cette corruption causent des troubles sociaux et se transforment en foyer pour la révolution. Les Adivasis et les autres paysans combattent pour ‘Jal, Jungle, Jaween’ (Eau, Forêt, Terre) et contre les déplacements. La paysannerie se bat contre la diminution des subventions agraires, pour des prix justes, contre le frelatage des engrais et des pesticides, pour l’électricité et pour la préservation des semences. Les gens luttent contre les augmentations de prix, le chômage, la famine et les morts d’inanition. Les détaillants combattent les investissements directs étrangers. Les pilotes de Indian Airlines - Air India, les employés de banque et d’assurance, les ouvriers et les étudiants luttent contre la privatisation dans leurs secteurs. Les milliers de travailleurs à la rue en raison du lock-out de Maruti Suzuki à Gurgaon ont mené des luttes militantes. Les artisans les communautés de pêche, les femmes, les Dalits, les Adivsasis - toutes les sections de la population se battent contre la perte de leur gagne-pain et contre l’exploitation des propriétaires fonciers, de la bourgeoisie bureaucratique compradore (CBB) et des impérialistes. En dépit de la sévère répression, les luttes nationales du Cachemire et du Nord-Est pour la libération nationale et l’indépendance s’élèvent sans cesse. La CMC prie les masses opprimées indiennes, les forces patriotiques et démocratiques d’intensifier la Guerre Populaire qui est décisive et les agitations démocratiques et politiques avec le slogan ‘Emparons-nous du pouvoir politique grâce à la Guerre Populaire’.

La raison qui se trouve derrière la pauvreté extrême, le chômage, l’analphabétisme et les malaises, c’est l’exploitation et l’oppression des gros propriétaires fonciers indiens et de la CBB qui sont tous deux des laquais des impérialistes. La PLGA combat dans le but politique d’établir une nouvelle société démocratique où est mis fin à une telle exploitation et à une telle oppression, un système socialiste dans lequel il n’y a aucune inégalité économique ni sociale. Nous dirigeons la lutte armée dans les conditions inévitables où cet objectif politique ne peut pas être atteint par des moyens pacifiques ou par la voie des élections parlementaires bourgeoises. Plusieurs luttes ne sont pas parvenues à atteindre cet objectif en utilisant les méthodes précitées durant l’autorité coloniale britannique et à l’époque post-coloniale. Notre lutte n’est ni de l’extrémisme ni du terrorisme. Cela est uniquement une propagande odieuse du gouvernement du centre et des états. Ils propagent que notre Guerre Populaire est de l’extrémisme et du terrorisme dans le but de gagner en légitimité pour leur offensive fasciste contre le mouvement révolutionnaire. Tous ces exploiteurs, qui hypothèquent notre pays aux impérialistes et recourent à des escroqueries s’élevant à des milliards de roupies sont tous des traîtres à notre pays.

Nous prions la population de renverser ces classes exploiteuses et ces traîtres au pays et de participer à la Guerre Populaire en cours pour la prise du pouvoir politique des masses opprimées et de rejoindre la PLGA qui mène cette Guerre Populaire. Anna Hazare et Arvind Kejriwal qui prétendent qu’ils feront cesser la corruption sont tous des apologistes du système exploitant de notre pays. Ils ne seraient en mesure que d’apporter des réformes homonymes telles que le Lokpal. Les croire serait déloyal. Nous prions les travailleurs, les paysans, les étudiants, les intellectuels, les médecins, les avocats, les journalistes, les artisans, les Dalits, les Adivasis, les femmes, les diverses minorités, les diverses nationalités, les patriotes et les démocrates à prendre part à la Guerre Populaire en cours pour une Inde souveraine, indépendante et démocratique basée sur la liberté, l’indépendance et l’égalité et de rejoindre la PLGA qui conduit cette guerre populaire.

Dirigez des meetings, des rassemblements, des manifestations à grande échelle dans chacun des villages, coins et recoins pour propager l’objectif de la Guerre Populaire menée par la PLGA et pour vaincre l’Opération Green Hunt !

Note : A cette occasion, nous n’observerons pas de ‘gherao’. Utilisant cet appel, la police crée cette atmosphère de ‘gherao’. Ne la croyez pas.

Deoji, pour la Commission Militaire Centrale CPI(maoïste)

vendredi 12 avril 2013


Documents en français sur l’Inde révolutionnaire