Centre MLM de belgique

Parti Communiste d’Equateur - Comité de Reconstruction : Assange et le massacre des mineurs en Afrique du Sud

« La lutte contre l’impérialisme, si elle en va pas de pair avec la lutte contre l’opportunisme, est une phrase vaine et fausse »
Lénine.

Deux nouvelles transcendantes dans la dernière semaine ont monopolisé les gros titres des nouvelles nationales et internationales.

Nous nous référons à l’affaire du droit d’asile accordé à fondateur de Wikileaks, Julian Assange, d’une part, et le massacre de mineurs en Afrique du Sud, de l’autre.

Le premier est annoncé à tout prix par l’impérialisme et les classes dirigeantes, et à l’inverse, il est essayé de cacher l’autre autant que possible.

LE CAS JULIAN ASSANGE

L’octroi de l’asile politique par le gouvernement de Correa au fondateur de Wikileaks tient à des raisons variés. Pour comprendre cela, nous devons au préalable assumer déjà l’enseignement de Lénine comme quoi derrière chaque discours, slogan, phrase, etc. il y a l’intérêt de telle ou telle classe sociale.

Si nous n’interprétons pas la lutte politique avec le compas du marxisme aujourd’hui le marxisme-léninisme-maoïsme, on ne voit pas qui ou quelles sont les origines d’un sujet ou une situation donnée, courant le risque de rester dans les simples apparences simples, sans aller à l’essence qui est le cœur de la question.

Assange et les disputes impérialistes

À l’heure actuelle, il existe trois super-puissances impérialistes (États-Unis, Chine, Russie) qui rivalisent entre eux pour l’hégémonie mondiale, et dans ce sens réactionnaire entrent en conflit dans l’économie et la politique, en passant par le sport (comme le démontrent les Jeux olympiques Londres) jusqu’à l’armée et l’espionnage.

Ils ne sont pas les seuls pays impérialistes, mais ce sont les plus forts et ceux qui subordonnent le monde entier, et chaque superpuissance dispose de pouvoirs différents sous ses ordres, comme dans le cas de la relation entre les États-Unis et le Royaume-Uni, et différentes colonies et semi-colonies cibles de la concurrence, dans la comme c’est le cas de la relation Chine - Russie avec l’Équateur.

Ne pas comprendre cela, c’est du révisionnisme, le réformisme bourgeois. Certains dirigeants des classes dominantes disent qu’ils sont contre « l’empire yankee », mais ils sont en faveur de la « République Populaire de Chine » et de la Russie, les pays soi-disant pas aussi agressifs ou maîtres chanteurs que les États-Unis.

C’est-à-dire qu’à un certain degré ils se confrontent dans la politique internationale à l’impérialisme nord-américain, mais en même temps ils recherchent de relais en Chine et en Russie.

Les actions d’Assange et de Wikileaks s’inscrivent fondamentalement dans ce concept, 90% des câbles qui ont été publiquement révélés sont de la diplomatie américaine, et très peu, presque rien, de la diplomatie russe et chinoise.

Ils n’ont laissé sortir que les nouvelles sur les Etats-Unis qui ne font que confirmer leur rapacité impérialiste, mais pourquoi n’y a-t-il pas de « wikileaks » sur la fraude électorale menée pour deux mandats successifs par Vladimir Poutine en Russie ?

Pourquoi n’y a-t-il pas de « wikileaks » sur la répression sanglante du gouvernement chinois contre les travailleurs en grève de Shanghai et d’autres localités ?

Qu’en est-il des millionnaires et des accords militaires durables entre la Russie et le Venezuela ? Qu’en est-il du féroce appui logistique de la Russie à des régimes despotiques comme la Syrie ? Pourquoi ne pas mettre à la lumière publique la vente des terres de pays latino-américains à la Chine pour qu’elle soit fournie en nourriture ?

Par conséquent, les responsables russes ont soutenu Assange comme le relatent les communiqués de presse suivants publiés sur le portail Wikipédia :

« Gouvernement de la Russie : Le 9 Décembre 2010, le journal britannique The guardian a signalé qu’un membre du cabinet du président russe a déclaré aux médias dans son pays que « le public et les organisations non gouvernementales devraient penser à comment l’aider » (en référence à Assange), après qu’il ait été arrêté par la police britannique il y a deux jours, « peut-être en le postulant au prix Nobel la paix. »

Le journal britannique estime que la décision semble mettre l’accent sur une analyse précédente selon laquelle la Russie considère Wikileaks comme plus dommageables aux États-Unis que pour elle. » (Wikipedia, biographie de Julian Assange).

À son tour, Assange avait une émission de télévision intitulée « Le monde de demain » (The World Tomorrow), diffusée chaque semaine par la chaîne « Russia Today », dans lequel il a interviewé des présidents et personnalités du Moyen-Orient et également le président de l’Équateur.

D’autre part, les mêmes membres de la famille et amis d’Assange reconnaissent que leur travail s’inscrit dans le cadre du jeu des luttes impérialistes et de leurs alliés.

Voici les déclarations de la mère de Julian Assange, Christina Assange :

« Nous avons vu comment les États-Unis pratiquent l’intimidation maintenant sur la Suède et le Royaume-Uni, leurs alliés, se comportent comme leurs larbins » (journal « La Jornada », en ligne, 19/08/2012).

Alors que Daniel Ellsberg, ami proche d’Assange, a déclaré que :

« Si la Suède l’extrade sur demande américaine, il pourrait être condamné à la prison à vie, même jusqu’à la mort, même si il semble peu probable qu’ils essaient, dit-il. Le paradoxe, à son avis, est que « si la Chine avait tenté de l’extrader pour répondre aux accusations là-bas, je suis sûr qu’Assange pourrait se réfugier dans une ambassade américaine. » (La Vanguardia.com, section internationale, 19/08/2012 ).

Les gouvernements des pays qui ont statué en faveur d’Assange et de Wikileaks sont précisément ceux regroupés dans l’ALBA [Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique] et l’UNASUR [Union des nations sud-américaines] qui comme tout le monde sait sont les fers de lance principalement des impérialismes russe et chinois dans la région latino-américaine afin d’introduire des monopoles miniers, la vente d’armement et l’accord de prêts à taux d’intérêt élevés et aux conditions désavantageuses pour les pays opprimés de la région.

Si Julian Assange et Wikileaks avaient « hacké » l’information diplomatique non seulement des Etats-Unis, mais aussi de la Chine et de la Russie, on pourrait dire qu’il s’agit d’un groupe d’intellectuels « démocratiques » et « révolutionnaire » et même « anti-impérialistes », mais sans cela il y aura dans l’air de forts soupçons que Assange et son groupe secret soient utilisés par d’autres pays impérialistes et d’autres factions bourgeoises, c’est-à-dire que tout son travail se limite à des différends inter-impérialistes et inter-bourgeois.

Le gouvernement fasciste de Correa et Assange

Correa en tant qu’apprenti fasciste qu’il a très bien utilisé le cas de l’asile politique à Assange comme écran de fumée face aux problèmes urgents du pays et le prestige toujours plus décroissant de son gouvernement.

Preuve de cela ? En Novembre 2010, le sous-ministre des Affaires étrangères de l’Équateur, Kintto Lucas, a offert à Julian Assange de résider dans le pays.

« Nous nous efforcerons de vous inviter à venir en Equateur pour dénoncer librement, non seulement à travers l’Internet, mais aussi à travers différentes instances publiques, ce qu’il y a comme information et tous les documents » accumulée, a déclaré Lucas au portail Ecuador inmediato.

« Nous sommes ouverts à donner à la résidence en Équateur (à Assange) sans aucun problème, sans aucun type de condition », a-t-il dit à ce moment-là. (El Comercio.com, section politique. 19/06/2012)

Quelques jours après cette annonce, Correa furieux a critiqué Kintto Lucas, disant que l’invitation n’a pas été discuté ou approuvé par le Président de la République.

« Cependant, quelques jours après, le président Rafael Correa a déclaré que son gouvernement avait décidé de ne pas inviter ou donner de résidence dans le pays à Assange. « La déclaration de Kintto Lucas était à titre personnel, car il n’a pas été approuvé par le chancelier, ou le président », a déclaré alors Correa. « Nous n’allons jamais aller à rompre avec la loi de ce pays et il a mal agi », a déclaré alors Correa » (El Comercio.com, section politique. 19/06/2012)

Cela étant, alors pourquoi Correa a-t-il ensuite changé d’avis ?

Au départ, Correa a rejeté cette proposition du point de vue personnaliste, c’est parce qu’il n’a pas été informé, ni donné la permission. Mais plus tard, plus froidement calculateur, le cas Assange a été présenté comme une carte de haute valeur, comme un as dans sa manche pour l’avenir, raison pour laquelle peu à peu il a adouci sa position, jusqu’à entendre qu’il était en faveur de l’octroi de l’asile à Assange.

En cela, Correa et le regroupement de l’Alianza País ont appliqué l’un des grands concepts de la propagande nazie, appelé principe de transposition :

« Principe de la transposition. Chargez l’adversaire de ses propres erreurs ou défauts, répondant à l’attaque avec l’attaque. « Si vous ne pouvez pas nier les mauvaises nouvelles, inventez en d’autres qui les distraient » (Joseph Goebbels). »

Si l’on analyse, la décision du gouvernement de Rafael Correa de donner l’asile politique date de plusieurs semaines, mais il était attendu le bon moment pour la rendre public, et le meilleur moment selon les intérêts et la perspective fasciste de l’Alianza País était ces jours-ci, quand le scandale des fausses signatures et des rumeurs d’une fraude électorale à venir se répandant allaient ruiner sa crédibilité en mettre en danger son projet d’approfondissement du capitalisme bureaucratique.

Avec cela, le gouvernement a trois objectifs : 1.-jeter un écran de fumée pour dissimuler la fraude qui mènera à la réélection ; 2.-projeter l’image d’un gouvernement défenseur des droits humains et de la liberté d’expression, tout cela pour couvrir la répression ici en Equateur contre un secteur de la presse et les opposants ; 3.-obtenir le masque d’un gouvernement « démocratique » et même « de gauche », le tout avec l’aide du révisionnisme national et étranger, afin de continuer à amener la confusion dans les masses et les détourner du vrai chemin révolutionnaire.

Parallèlement à cela, le gouvernement de Correa est en train d’appliquer l’autre concept de la propagande nazie, le principe de l’exagération :

« Le principe d’exagération est celui de la déformation. Il s’agit de convertir n’importe quelle anecdote, aussi petite qu’elle soit, en menace grave. » (Joseph Goebbels).

Correa et toute sa propagande voudraient faire croire au peuple de l’Équateur et même l’opinion publique internationale que la question de l’asile politique à Assange est une question d’une énorme importance, extrême, non seulement pour le sort de l’Équateur, mais aussi de toute l’humanité, non seulement aujourd’hui mais pour les générations qui suivent.

En ce sens, et avec l’aide de d’autres fascistes comme Hugo Chavez, sont convoqués des sommets des ministres des Affaires étrangères, des réunions de l’ALBA, de l’UNASUR, etc, il y a des flash d’informations toutes les deux ou trois heures, les nouvelles accordent 80% de leur programmation à ce sujet, il a des tentatives d’organiser des manifestations de masse en faveur d’Assange, etc, c’est-à-dire qu’est donné un caractère sur dimensionné à l’asile politique d’Assange, comme si ce serait dans l’intérêt des grandes masses populaires, en utilisant cela de manière grotesque en faveur de la bourgeoisie bureaucratique et une faction de l’impérialisme.

En quoi les masses de l’Équateur et d’Amérique latine bénéficient de l’asile politique à Assange ? Est-ce que l’asile Assange va mettre un terme à la répression fasciste que lance Correa contre le peuple ?

Est-ce que l’asile d’Assange va ouvrir aux masses les grands médias, pour qu’elles s’exprimer librement ? Est-ce que l’asile Assange va augmenter les salaires, va donner la terre aux paysans ? Est-ce que l’asile Assange va écraser l’impérialisme de quelque manière ?

En aucune manière.

Que se passera-t-il si hypothétiquement Assange parvient à arriver en Équateur ? Le gouvernement se présenterait comme sa bonne fée et il donnerait des conférences dans les universités, les maisons de la culture, il parlait dans les médias et même dans les rassemblements populaires, en tout il prendrait la parole en faveur du gouvernement... avec une mise en scène, traducteur et tout compris.

LE MASSACRE DES MINEURS EN AFRIQUE DU SUD

Il y a quelques jours, les médias ont brièvement diffusé une nouvelle internationale macabre : la police sud-africaine a tiré à bout portant contre un groupe de mineurs en grève dans la ville de Marikana, ce qui a causé 34 morts et 78 blessés parmi les travailleurs.

Les forces répressives ont tiré en défense de la multinationale britannique Lonmin, qui est engagée dans l’extraction et occupe le premier rang mondial dans la production de platine.

La nouvelle est vite passée, comme ça, sans commentaires majeurs des journalistes, et cela a été traité de telle manière à mettre cela dans les archives le plus vite possible.

Dans ce cas, comme la nouvelle est incommode pour l’impérialisme et les classes dominantes et même pour révisionnisme, ils préfèrent minimiser cela et l’archiver.

Cet épisode amer donne plusieurs leçons pour les communistes et les révolutionnaires.

Le capitalisme bureaucratique en Afrique du Sud.

L’Afrique du Sud, comme pays opprimé, est soumise à divers impérialismes, et à l’intérieur par la domination de la grande bourgeoisie et des propriétaires fonciers, qui s’expriment politiquement dans l’ANC, le Congrès National Africain.

Dans ce pays, le capitalisme bureaucratique écrase les masses, les sociétés minières multinationales pillent le pays, avec la complicité du gouvernement central. La répression est forte, l’impérialisme n’est jamais satisfait et exige ce maelström d’exploitation et d’oppression pour soutenir cela ; la même répression se retrouve dans les mines au Pérou, en Équateur, etc. Autrement dit, le capitalisme bureaucratique existe objectivement.

- L’accord de paix de Mandela

Quand Mandela a accepté l’accord de paix et se joignit avec ceux qui le suivaient dans les élections bourgeoises, ils ont effectivement signé le certificat de décès de la résistance armée des masses pauvres d’Afrique du Sud.

Encore une fois, on constate que ces accords de paix sont le plan de l’impérialisme, maintenant les masses ont la « paix », mais c’est la paix de la tombe et des baïonnettes, la paix est soumis à l’emprisonnement et la mort de ceux qui ne s’agenouillent pas devant l’impérialisme et les classes dominantes.

Il y a quelques décennies, les masses avec des armes à la main, pouvaient en quelque sorte résister à la puissance des compagnies minières transnationales, désormais elles sont sans défense et sont des proies faciles pour les forces armées et la police des réactionnaires.

- Lutte de races ou de classes ?

Ce point mérite d’être souligné. La lutte en Afrique du Sud n’est pas du tout la lutte entre « noirs et blancs », bien que la forme revêtue soit l’apartheid.

Et nous disons cela parce qu’en premier lieu scientifiquement les races n’existent pas, ce qu’il y a ce sont les ethnies et nationalités. Aller à réduire la lutte des classes entre oppresseurs et opprimés à une simple « lutte » entre les blancs et noirs revient à du nationalisme bourgeois.

Donc, Mandela a brandi les fusils en disant que prétendument les blancs seraient chassés du pouvoir et que les noirs alors gouverneraient et que tout changerait.
Les noirs sont arrivés au gouvernement, avec même Mandela, mais tout était comme d’habitude, la même exploitation et oppression des travailleurs, mais avec un autre maître, et pas seulement blanc, mais noir.

Ce point doit être combattu sans relâche, nous le disons parce qu’en Equateur il y a le même discours réformiste et nationaliste bourgeois mis en avant par la coordination révisionniste (Coordinadora Plurinacional de las Izquierdas) [Coordination Plurinationale des Gauches), qui affirme que le pays va changer quand seront au pouvoir les indigènes, les afro-équatoriens, montubios, [personnes d’origine paysanne et métissées, habitant dans les périphéries agricoles], etc.

Et le cas d’Evo Morales ? C’est un indigène, mais il sert également l’impérialisme, exploite les travailleurs et réprime les communautés autochtones elles-mêmes.

Avec ce même critère révisionniste, toute la pseudo-gauche a soutenu Barack Obama, quand il a d’abord remporté l’élection présidentielle américaine, en disant qu’un noir serait différent, plus « démocratique », etc.

Il faut jeter à la poubelle tous ces critères et bourgeois. Le point principal de la lutte des classes c’est, comme son nom l’indique, les classes sociales et non pas les « races », le sexe, l’âge, etc.

- l’opinion publique internationale

Une fois de plus sur ce sujet peut être mis en évidence comment la prétendue opinion publique internationale des grands médias, dans la pratique, sont l’opinion de l’impérialisme et des classes dominantes dans chaque pays : ils prennent ce qui leur convient le mieux, cachent ce qui blesse leur légitimité et combattent les révolutionnaires avec férocité.

Avec le thème Assange, on peut constater les heures et les heures de couverture par tous les moyens possibles ; la question du massacre des mineurs en Afrique du Sud ne reçoit que de courts rapports et de tièdes commentaires.

Ils font une grande publicité aux processus de révisionnisme armée comme celui des FARC, alors qu’il n’y a presque rien sur les guerres populaires dans le monde et s’il y a quelque chose, c’est absolument déformé.

Une grande publicité est faite aux pseudo-dirigeants comme Rigoberta Menchú ou le sous-commandant Marcos, ils sont promus chez les jeunes, alors que les véritables leaders communistes comme Gonzalo, Ganapathy et d’autres, sont traînés dans la boue en permanence.

Pour cela, les communistes et les révolutionnaires doivent agir avec des critères de classe face aux différents aspects de la lutte politique, et non pas se laisser emporter par la presse bourgeoise et la publicité du moment, sans rapport avec les intérêts et les buts du prolétariat et des opprimés, la cause de la révolution, le socialisme et le communisme.

COMITÉ DE RECONSTRUCCIÓN DEL PCE
19/08/2012

lundi 10 septembre 2012


Equateur : PCE [Comité de Reconstruction] & PCE [Soleil Rouge]