Centre MLM de belgique

PCP : Rapport politique − 1996

La situation actuelle au monde continue à être marquée dans le champ réactionnaire par les crimes commis par l’impérialisme principalement yankee, derrière les bruits d’une fausse paix il répand ses tentacules, et de manière insolente et arrogante intervient de forme directe ou en collusion avec d’autres (Forces de Paix de l’ONU) ou il convient à ses intérêts. Le gendarme international, l’impérialisme yankee intervient les armes à la main en Haïti ou Yougoslavie ou à travers des pourparlers diplomatiques comme au Moyen Orient.

D’autres le font selon ses intérêts et conditions comme par exemple : La Russie en Tchétchénie, etc.

Le destin de la superpuissance impérialiste yankee et autres est historiquement et politiquement défini, rien ne l’épargnera de son écroulement et effondrement total, il continue son déclin et c’est pour cette raison qu’ils arborent des vieux drapeaux du XVIII siècle pour essayer de maintenir sa précaire situation, ils n’ont rien de nouveau ; ils le complètent en conformant des bloques commerciales qu’implique des luttes pour étendre leurs marchés qu’amène et amènera a des nouvelles guerres.

Pendant que la révolution, malgré ce qui disent les impérialistes et tous les réactionnaires continue à être de plus en plus la tendance principale.

On constate le développement des luttes de tout genre dans différentes régions, en perspective, son accroissement est majeur.

D’autre part les masses au monde clament révolution, ils ont besoin des Partis Communistes, avec le maoïsme au commandement et empoignant la Guerre Populaire en dirigeant la grande geste héroïque et transformatrice pour le triomphe du communisme sur la terre.

Situation politique nationale

Malgré la démagogie, les mensonges, fraudes, tromperies, c’est qui est réel et objectif est que le capitalisme bureaucratique n’a pas d’issue.

Il va de pire en pire.

Ainsi, en ce qui concerne l’économie ils reconnaissent officiellement encore une fois ses problèmes, selon ses propres chiffres la croissance du 1er trimestre du 1996 est encore descendue, l’inflation monte de nouveau et le chômage bat tous les records ce qui confirme l’établit par le Président Gonzalo et le Parti, que dans la deuxième moitié de chaque décennie ses crises économiques s’aggravent et ils s’écroulent chaque fois plus (*)

Et la perspective ?

Selon plusieurs économistes reconnus, cette année est plus dure et peut-être l’année prochaine aussi.

Ce gouvernement ainsi que les précédents a dit : "se sacrifier pour un avenir meilleur", mais l’avenir meilleur n’est jamais arrivé et le présent est chaque fois pire.

Pendant ceci le gouvernement actuel va de crise en crise, essayant en vain de cacher sa nature fasciste, génocide et bradeuse de patrie montrant chaque fois plus le pus qui les ronge comme c’est le cas des hauts responsables des Forces Armées réactionnaires mêlés au trafique de drogue.

D’autre part, chaque fois qu’ils caquettent leur pacification, les actions armées de la Guerre Populaire les éclate en pleine figure.

Le chemin démocratique, le chemin du peuple, aujourd’hui il surmonte le détour difficile et complexe à travers la réactivation de la situation révolutionnaire liée au Nouveau Plan Militaire du Parti, la lutte du prolétariat et les différents secteurs du peuple s’activent de nouveau, ce qui favorise le développement de la Guerre Populaire.

Notre peuple n’a besoin, elle ne veut pas les miettes administrées par les hordes assassines dans les campagnes d’Action Civique qui vise à manipuler les masses en profitant de leur misère qui est causé par le vieil état, notre peuple a besoin d’une nouvelle société dans laquelle avec ses propres mains et ses efforts puisse satisfaire ses besoins.

A propos du projet de Camisea.

Il doit être bien claire que d’aucune manière il doit être considéré comme un fait historique, comme le prétend les fascistes, bradeurs de patrie, la signature du contrat qui offre pour plus de 40 ans notre richesse naturelle a la voracité d’un consortium impérialiste pour qu’ils partent avec le meilleur, nous laissons comme toujours les miettes.

A propos de l’application du Nouveau Plan "Surmonter le détour, en développant la Guerre Populaire !"

En général notre Parti dirigé par le Comité Central en se guidant par le Marxisme-Léninisme-Maoïsme, Pensée Gonzalo en dure lutte accomplit avec succès l’application du Nouveau Plan de "Surmonter le détour, en développant la Guerre Populaire !" au milieu des campagnes d’encerclement et d’anéantissement et les contre-campagnes en combattant la nommé " Guerre de basse intensité ".

En particulier dans le Comité Régional Principal, l’application de la première partie du plan des opérations militaires nous laisse un résultat très positif par la répercussion et les perspectives qui s’ouvrent sont très bonnes.

Nous devons tenir compte des progrès faites dans nos opérations militaires.

Il est aussi nécessaire de surmonter les erreurs et limitations comme par exemple la sous-estimation ou la surestimation de l’ennemi, voir les objectifs et les appliquer comme correspond au Grand Concept stratégique, ne pas mépriser l’ennemi au niveau tactique, même pas les comités paramilitaires pour pouvoir ainsi les vaincre partie par partie.

.........

Quant aux trois instruments.

Nous devons remarquer toujours le rôle dirigeant du Parti, ne jamais oublier que sans une direction idéologique et politique du prolétariat à travers le Parti la paysannerie et le peuple ne pourront pas avancer vers la victoire.

Le Président Gonzalo nous apprend à nous forger comme paysans avec une tête prolétaire. (................).

Lutte des deux lignes.

Combattre les opportunistes, les révisionnistes et les capitulards, le faire jusqu’à le balayer total et complètement........

Dans le travail de masses.

Avancer pas à pas en mobilisant et en gagnant les masses mais, ceci est seulement le début d’un travail ardu. L’attitude des masses est positive. Nous devons avoir présent en tout, que la réaction a comme consigne notre isolement des masses et utilise à cet effet tous les moyens, depuis la tromperie jusqu’à la répression en passant par le chantage et la manipulation des besoins des masses.

Pour cela le conflit est et sera dur. Tout erreur commis nuit et est utilisé par la réaction.

De là l’exigence de ne pas affecter à aucun moment les intérêts du peuple, toute action doit avoir un clair et défini sens politique. Les masses font l’histoire.

Armée Populaire de Libération.

Nous avançons dans l’élévation de son bellicisme.

Trois tâches : combattre, mobiliser et produire.

"Moins mais des meilleures troupes et une administration plus simple".

.................

Front-Nouvel Etat.

Nous avançons dans une meilleure sélection des blancs de la révolution et pour gagner les masses populaires en créant des conditions pour son incorporation au Front Uni. Tenir en compte la différence des classes qui conforment le Front et les blancs de la révolution. Problème de la terre problème des masses.

Les Comités Populaires se maintiennent au milieu des tempêtes en traversant une dure forge, progrès dans la sécurité et la production.

Campagne pour la production en partant de sa planification.

Nous faire invincible dans la question idéologique et matérielle. Santé. Récréation.

Mai 1996
COMITÉ CENTRAL
PARTI COMMUNISTE DU PEROU

Note : Prendre comme référence pour ce point (*) l’Interview du Président Gonzalo. Page 61 : "L’issue de la réaction ? Nous pensons qu’elle n’en n’a pas. Notre interprétation du processus de la société péruvienne contemporaine signale qu’à partir de 1980, le capitalisme bureaucratique est entré dans sa phase de destruction et par conséquent tout le système s’effondre et il n’y a pas d’issue pour lui.

Si nous regardons les faits, il y a une crise grave car, deux crises, celle des années 80 et celle des années 90, ce sont accumulées, toutes deux critiques ; ce qui explique qu’elle n’a aucune issue.

jeudi 23 mai 1996


Documents du Parti Communiste du Pérou