Centre MLM de belgique

PCP : Lettre au Parti Communiste d’Inde Marxiste-Léniniste / Naxalbari - 2004

Chers camarades,

Nous voudrions envoyer nos saluts communistes au Comité Central, et à-travers lui à tout le Parti, établir la communication avec vous nous remplit de joie, puisque c’est une tâche posée par Karl Marx : unir tous les communistes du monde, et il nous revient de l’appliquer avec fermeté et persévérance.

Camarades, par la présente communication nous soutenons la nécessité de fortifier le lien entre les partis communistes et les organisations révolutionnaires et de travailler en fonction de la révolution mondiale ; nous considérons qu’elle nous aidera bien à mieux comprendre la situation en Asie du Sud et votre lutte contre l’impérialisme et le révisionnisme, et plus particulièrement en ce qui concerne la construction du Parti et la Base d’unité du Parti.

Points cardinaux qui délimitent la voie, la marche de la révolution, ainsi que sa perspective.

En ce qui nous concerne, nous partons du principe que nous nous trouvons dans la nouvelle grande vague de la révolution mondiale, et que c’est la maoïsme qui commande la révolution Mondiale.

Nous considérons qu’est de la plus haute importance et nécessité historique l’édification du Parti de la classe, d’un Parti Communiste pour déclencher la Guerre Populaire, un parti de la classe prolétaire avec une base d’unité partidaire marxiste-léniniste-maoïste, principalement maoïste, parce que c’est le plus haut développement de l’idéologie du prolétariat.

Un Parti Communiste est fait pour déclencher, développer la Guerre populaire jusqu’au communisme, guerre populaire qui dès ses débuts démolit le vieil ordre et construit le nouveau pouvoir, au-travers de comités populaires, établit la démocratie nouvelle dans le fracas de la guerre populaire, ainsi le peuple tient le pouvoir dans ses mains sous la direction du prolétariat, et ces mains matérialisent la grande transformation dont elles sont capables, en permettant une grande mobilisation et politisation, avec une confiance infinie dans les masses.

La Guerre populaire est une nécessité historique : le peuple de l’Inde réclame la révolution, il réclame la guerre populaire, il veut le pouvoir dans ses mains ; seul un Parti Communiste qui travaille infatigablement saura le conduire, parce que la classe est une et ne peut avoir qu’un seul Parti et une seule idéologie, voilà son âge adulte, et c’est le Parti qui dirigera tout le processus jusqu’au communisme, avec des révolutions culturelles.

La situation concrète des nations opprimées comme l’Inde et le Pérou est que l’impérialisme tente de diviser les véritables Partis Communistes par des bobards, des intrigues et des infiltrations pour ainsi fabriquer une « lutte des deux lignes » pour attaquer la direction et la base d’unité partidaire.

L’impérialisme craint les Partis Communistes et leur idéologie.

Ils mettent sur pied et génèrent des organisations révisionnistes au langage radical, qui crient la lutte armée sur tous les toits et la pratiquent.

La [seule] lutte armée ne mène pas au communisme au travers de révolutions culturelles, ni ne sert contre la restauration du capitalisme.

Les révolutions culturelles se mènent elles aussi avec la Guerre Populaire, la militarisation, les milices populaires, l’océan des masses armées, cela c’est du maoïsme, c’est la garantie du triomphe.

En particulier, l’Inde a une grande responsabilité historique dans la grande vague de la révolution mondiale.

Le peuple de l’Inde soumis pendant des siècles à l’exploitation la plus cruelle et à la misère démontre qu’il est une source inépuisable de lutte, lui qui réclame la guerre populaire, qu’il saura assumer sous la direction du Parti.

Il convient que soient écrasés en Inde les plans de l’impérialisme consistant à mettre sur pied de faux partis communistes, avec des petits seigneurs à leur tête, qui ne font rien et ne feront rien, puisqu’ils sont faits de poussière révisionniste, et qui se moquent comme d’une guigne du sang versé par les masses, ce sont des agents payés par l’impérialisme yankee.

Les réactionnaires de l’Inde et les révisionnistes sont alliés pour que la guerre populaire ne se développe pas, car ils savent qu’elle sera leur fin, de même que les impérialistes sont conscients de son rôle décisif dans la révolution mondiale, qui changera la corrélation de forces dans la monde parce qu’elle permettra l’encerclement des nations impérialistes, en ayant comme Bases d’appui les Nations Opprimées qui développent la guerre populaire, le moment est venu.

Camarades, chaque jour qui passe doit voir se matérialiser la clameur des masses, c’est l’époque où est balayé l’impérialisme, le géant aux pieds d’argile.

Voilà ce qu’ils sont, il ne faut pas tomber dans l’erreur de surestimer l’ennemi comme l’a fait un membre du MRI, disant qu’il « est relativement fort », car nous les nations opprimées avons la force du nombre, ce qu’il nous manque, ce sont des Partis communistes qui développent la guerre populaire, et la corrélation de forces, le scénario politique, les campagnes et contre-campagnes se transformeront en leurs contraires, la guerre populaire stratégiquement coordonnée des partis communistes des nations opprimées avancera de façon à donner un noyau et souder les peuples du monde, et seulement à-travers elle se forgera un Mouvement Communiste International authentique, parce qu’il sera formé de ceux qui veulent le communisme, de ceux qui développent la guerre populaire, ainsi l’unité sera solide et le maoïsme lui donnera cohésion, l’unité est donnée à ceux qui appliquent le marxisme d’aujourd’hui, le maoïsme.

Vu ainsi, le MRI n’est qu’un point de passage dans l’édification du MCI, c’est la guerre populaire mondiale qui va le générer.

Le MCI ne se génère pas comme une conséquence de conférences, de forums, il n’est pas un amalgame d’organisations ; il est fait de ceux qui appliquent la guerre populaire spécifiée à chaque pays, il est fait de communistes, c’est aussi simple que cela.

C’est une tâche immédiate camarades, nous avons uneresponsabilité, et chaque parti doit mener à bonne fin son travail du jour.

En ce qui nous concerne, nous réaffirmons notre fidélité à notre Direction, notre cher et respecté président Gonzalo, à notre idéologie scientifique le marxisme-léninisme-maoïsme, principalement pensée gonzalo, car c’est l’application de la vérité universelle à notre réalité, à travailler comme nous l’a demandé notre grand dirigeant dans sa dernière présentation publique, à faire en sorte que chaque communiste assume sa condition, ce qui a à voir avec le fait de travailler au service de la révolution mondiale, de travailler avec les communistes du monde, pour instaurer le communisme, puisque tel est notre but, le communisme pour toujours resplendissant.

Cette tâche, nous la prenons fermement en main, et espérons la servir chaque jour mieux.

Nous espérons avoir vite des nouvelles de vous et pouvoir traiter des thèmes spécifiques et en détail.

Nous vous redisons notre jubilation communiste et que tout le Comité Central reçoive une formidable embrassade communiste.

juillet 2004

COMITE CENTRAL
PARTI COMMUNISTE DU PEROU

vendredi 2 juillet 2004


Documents du Parti Communiste du Pérou