Centre MLM de belgique

PCE - CR [Equateur] : En défense du PCP, de la Guerre Populaire et du Président Gonzalo !

« Provocation de troubles, échec, nouvelle provocation, nouvel échec, et cela jusqu’à leur ruine — telle est la logique des impérialistes et de tous les réactionnaires du monde à l’égard de la cause du peuple ; et jamais ils n’iront contre cette logique.

C’est là une loi marxiste.

Quand nous disons : « l’impérialisme est féroce », nous entendons que sa nature en changera pas, et que les impérialistes ne voudront jamais poser leur coutelas de boucher, ni ne deviendront jamais des bouddhas, et cela jusqu’à leur ruine.

Lutte, échec, nouvelle lutte, nouvel échec, nouvelle lutte encore, et cela jusqu’à la victoire — telle est la logique du peuple, et lui non plus, il n’ira jamais contre cette logique.

C’est encore une loi marxiste. La révolution du peuple russe a suivi cette loi, il en est de même de la révolution du peuple chinois. »

(« Rejetez vos illusions et préparez-vous à la lutte ») Président Mao Zedong

L’impérialisme, la réaction et le révisionnisme poursuivent leur grande offensive idéologique, politique et militaire contre la Guerre Populaire au Pérou, en particulier contre le PCP et le Président Gonzalo. Ils font leur tentative en ne négligeant aucune piste, pour balayer les communistes, les combattants et les masses révolutionnaires, cherchant par tous les moyens à déjouer la GP, car ils savent parfaitement l’effet négatif profond que cela entraînerait dans le MCI et les masses du Pérou.

Cette grande campagne contre-révolutionnaire n’est pas nouvelle, elle a commencé conjointement au début de la GP, le 17 mai 1980 ; la différence est que la GP a été de plus en plus croissante et apprenant de ses erreurs, tout comme les réactionnaires ont appris qu’il n’était pas suffisant de tuer les militants et les combattants, que dès lors que les révolutionnaires tombent, bientôt parmi les rangs du peuple il en vient le double pour les remplacer dans l’Armée populaire, le Parti et le Front / Nouvel État.

Ils ont alors compris alors qu’il fallait attaquer le principal : l’idéologie communiste et de ses exposants maximaux, de sorte qu’ils ont concentré leurs attaques contre les membres du Comité central, assassinant, torturant, emprisonnant et ce jusqu’à atteindre le Président Gonzalo.

Mais, cependant, les réactionnaires se sont rendus compte que cela ne suffisait pas de les éliminer physiquement ou de les garder prisonniers pour la vie, car avec cela n’était pas complètement éliminé le facteur subjectif, et ils se sont ensuite lancé dans une stratégie de guerre de basse intensité où la contre-propagande et la répression armée sont simultanément utilisés en fonction du contexte, des objectifs, la cible, etc.

Les réactionnaires savent que dans les armées révolutionnaires la motivation des combattants n’est pas l’argent ni l’accommodement personnel (comme pour les armées bourgeoises), mais l’idéologie, les propositions et, par conséquent, il est nécessaire de frapper la conception des combattants révolutionnaires pour les démoraliser, les diviser et finalement les anéantir.

La pratique le prouve : 100 communistes et combattants avec la ligne idéologique correcte peuvent considérablement avancer au milieu de la lutte des masses, s’ils maintiennent la ligne rouge au commandement ils se développent, surmontent les erreurs et vont de l’avant, même si au commencement ils n’ont ni armes ni grands espaces .

Il est montré que les mêmes 100 combattants et les révolutionnaires sans idéologie correcte seront rapidement décimés, c’est le cas pour le groupe Alfaro Vive Carajo dans notre pays, qui avait une grande quantité d’armes, mais qui sans idéologie correcte a été écrasé 3 ans après son émergence et dont les membres ont finalement terminé comme collaborateurs des gouvernements bourgeois propriétaires terriens ; un autre cas est celui des FARC qui ont plus de mitrailleuses que de guérilleros et appelle à une « solution politique » (accord de paix) avec le gouvernement colombien.

Ainsi, l’impérialisme cherche à détruire la conception, la stratégie et le programme des communistes, à semer le doute, la confusion, le défaitisme et finalement à anéantir ceux qui persistent.

De cette manière, les communistes et les révolutionnaires du MCI sont déjà habitués à ce que l’impérialisme, la réaction et le révisionnisme montent à chaque fois de nouveaux scripts de guerre contre-révolutionnaire. Nous ne nous étonnons pas, et nous devons les combattre un par un.

Pour leur part, l’impérialisme et la réaction appellent à la guerre contre le « terrorisme » en appliquant une contre-propagande et la répression armée ; pour sa part, le révisionnisme, tant la LOD que la LOG et ses alliés, génèrent la confusion nécessaire pour l’application de tels plans, à cet égard ils sont fonctionnels pour le système.

Il y a un an environ est venu la campagne noire d’Ariel Colmenares (avec son blog « Maoist Rebel »), joint à Luis Arce Borja (Diario Internacional) et la revue Perspectiva Internacional, pour laquelle certains partis et organisations qui se prétendent « maoïstes » mordent à l’hameçon. Cette campagne a été vaincue par l’action des camarades du PCP en tant que tel, avec l’aide de divers partis communistes et organisations révolutionnaires à travers le monde.

Maintenant vient une nouvelle offensive réactionnaire, le même discours vieux et éculé, mais adapté aux nouvelles conditions de la lutte de classe au Pérou et dans le monde, maintenant ils essaient de désagréger « depuis l’intérieur », c’est-à-dire d’une part en se peignant de « gauche » et « révolutionnaire » et, dans certains cas, comme suivant la « pensée Gonzalo », pour anéantir la gauche, et de l’autre côté avec des actions armées répressives.

En ce sens, le premier quimestre [= période de 5 mois] 2012 a été très complexe. D’une part, la Ligne Opportuniste de Droite formée par un groupe de traîtres et de renégats dans les prisons ont négocié la reddition d’Artemio avec le vieil Etat et sont enthousiastes à suivre la voie du crétinisme parlementaire, des « accords de paix » contre les communistes, les combattants et les masses révolutionnaires.

D’autre part, c’est la Ligne Opportuniste de Gauche, avec les meneurs militaristes José et Gabriel, qui sert directement le plan de l’impérialisme et des réactionnaires. Comment cela s’exprime-t-il ?

Ces révisionnistes ont en fait complètement abandonné l’essence du marxisme-léninisme-maoïsme et au contraire ils assument et pratiquent les conceptions petites-bourgeoises militaristes copiés sur les FARC et d’autres groupes qui ont causé beaucoup de tort à la cause de la révolution prolétarienne dans les différents pays.

Ils tendent au guérillerisme errant, à la prise d’otages (y compris des travailleurs) en échange de grosses sommes d’argent, à la séparation d’avec la lutte des masses, et également aussi le trafic de drogue... et où est la construction du nouveau pouvoir, la défense de la Direction, la lutte classiste des masses ?

Cela n’existe tout simplement pas dans la conception de la LOG.

La LOD et la LOG renient plus de 30 années d’expérience de la GP au Pérou, renient et mentent quant au Président Gonzalo et ses contributions à la révolution, ils se moquent du mouvement communiste international et reçoivent l’appui parfois ouvert et d’autres fois masqué de la réaction péruvienne, mais tandis que tout cela se passe, le Parti communiste du Pérou, surmontant des situations difficiles, fusionne avec les luttes du peuple et grandit de plus en plus au milieu de lui, progressant et de ce progrès sont conscients l’impérialisme, la réaction et le révisionnisme .

Ce n’est pas un hasard si, dans ces premiers mois de 2012, la contre-propagande et le blocus de l’information de la réaction et du révisionnisme se sont intensifiés contre le PCP, la GP et le Président Gonzalo.

Les agences de presse de l’impérialisme, les nouvelles de la bourgeoisie et les médias du révisionnisme mènent une croisade réactionnaire contre le PCP et la GP : ils suggèrent que le « PCP a disparu depuis des années », que « Gonzalo est l’auteur des lettres de la paix », que « le PCP même est renié par son président et qu’il demande à ce qu’il soit fusillé », que « la capture d’Artemio est un coup grand et dévastateur porté au Sentier Lumineux », que « le Sentier Lumineux a des centaines d’enfants captifs et maltraités », que « le maoïsme engendre des mouvements sanguinaires et terroristes », etc, etc

Dans cette croisade s’unissent les impérialistes de plusieurs pays, les bourgeoisies bureaucratiques et compradore dans les pays opprimés, des révisionnistes ex- pro-soviétique et des lignes trotskistes et hoxhaistes...

Et même – et ici doit s’appliquer une forte lutte des deux lignes – certains partis et certaines organisations communistes se nommant elles-mêmes « maoïstes » qui ont mordu à l’hameçon, servant indirectement à ce que cette campagne réactionnaire s’installe.

Ceux qui tentent d’ignorer le processus révolutionnaire au Pérou n’assument pas la position de défense du Président Gonzalo, tentent de s’opposer à certaines guerres populaires avec d’autres, ne combattent pas la LOD et la LOG, et vivent au milieu des incertitudes tels les moins sceptiques du Moyen-Âge, servant objectivement les plans de l’impérialisme, la réaction et le révisionnisme.

En outre, certains glissent vers des positions idéalistes quant à la valeur et au soutien de la Guerre Populaire au Pérou, partant de la posture du moine Thomas d’Aquin « voir pour croire » ou en d’autres termes, si je ne vois pas, si rien ne se passe dans les nouvelles (bourgeoises), alors rien n’existe...

Les personnes entrant dans la logique de cette position doivent faire une profonde autocritique et apprendre à faire confiance aux rapports réguliers envoyés aux camarades du PCP à l’étranger par les voies appropriées, à enquêter à fond la presse bourgeoise et savoir « lire entre les lignes » et appliquer le Maoïsme de manière créatrice dans leur propre pays et / ou secteurs.

Nous sommes allés dans le sens de la défense du Président Gonzalo pour ses grandes contributions théoriques et pratiques à la cause de la révolution prolétarienne mondiale.

Peu à peu, il s’avère que les « lettres de paix », « le livre De puño y Letra » etc. attribuées à Gonzalo ne sont rien d’autres que des contes, des montages de la réaction dans le cadre de la campagne psychologique de contre-propagande comme composante de leur guerre de faible intensité.

C’est le même vieux scénario de l’impérialisme appliqué tout au long du XXe siècle, avec l’aide du révisionnisme : nous avons par exemple le prétendu « testament » de Lénine en faveur de Trotsky contre Staline (alors que n’importe qui avec un minimum de connaissances de la pensée et des œuvres de Lénine et des bolcheviks se rend compte que ce « testament » est faux ou a été mutilé et déformé dans de nombreuses parties), ou le « rapport secret » de Khrouchtchev contre Staline et la construction du socialisme en URSS, rapport consistant en 95% de mensonges, d’inventions et de distorsions, rapport qui a été, est et sera diffusé à plaisir par les impérialistes et les révisionnistes, et de la même manière apparaissent les « témoignages », « livres » etc. des supposés massacres, meurtres et génocides de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne qui ne sont rien d’autres que des inventions des yankees et du révisionnisme hoxhaiste pour contrer l’influence croissante du Maoïsme chez les peuples et les révolutionnaires du monde entier.

Nous insistons sur ce point que soit appliqué ce qui, dans son temps, avait été affirmé par les camarades du Secours Rouge international : « d’un prisonnier qui est détenu au secret on ne saurait remettre en question sa qualité de communiste jusqu’à ce que le contraire soit prouvé », et que, dans le cas du Président Gonzalo cela ne s’est pas produit jusqu’à aujourd’hui.

Notre organisation se prépare et appelle la MCI à préparer la célébration du vingtième anniversaire du discours magistral du président Gonzalo depuis la prison de Lima, le 24 Septembre 1992.

Pour ceux qui croient que parce qu’un Parti et / ou un processus révolutionnaire connaît un fort revers, c’est l’échec, il vaut le coup de réfléchir profondément sur quelques points :

1.-La bourgeoisie elle-même, quand elle a combattu le féodalisme et pour renforcer le capitalisme dans le monde entier, n’a jamais triomphé en une nuit ou en une seule bataille. Avec des critères de classe, il y a lieu d’analyser les processus des révolutions française, anglaise et américaine. Ici, nous voyons voir comment ces processus révolutionnaires bourgeois furent violents, longs, de victoires et de défaites, extrêmement sanglants.

2.-Les processus révolutionnaires du prolétariat en Russie et en Chine ont réussi, ont construit le socialisme et ont été momentanément défaits. Est-ce que cela invalide les enseignements, les directions et la vaste expérience léguées au mouvement communiste international ? Il est clair que non.

3.-Dans la lutte des classes, les processus révolutionnaires ne se comptent ou ne s’apprécient pas en mois ou en quelques années, mais en décennies, en contextes nationaux et internationaux, dans lesquels l’action consciente et organisée des communistes peut faire avancer la lutte révolutionnaire, mais pas se substituer artificiellement.

Dans les temps présents, la révolution et la contre-révolution se combattent à mort dans le monde entier, en se concentrant dans la contradiction principale impérialisme - peuples opprimés.

Notre organisation soutient fermement le PCP, la GP et le Président Gonzalo.

Nous ne le faisons pas dans une forme romantique ou précipitée comme l’affirment certains. Nous faisons cela sur la base d’une étude approfondie et de l’analyse de l’expérience péruvienne et aussi des travaux pratiques que nous développons dans notre pays.

Et plus encore, nous n’avons pas peur d’aller à contre-courant, sinon quel genre de communistes serions-nous si nous cessions de soutenir telle ou telle thèse, processus ou dirigeant révolutionnaire par le fait qu’il y a une grande propagande contre lui soulevé par l’impérialisme, le réaction et le révisionnisme ?

Que la BBC, CNN, National Geographic et d’autres chaînes impérialistes jettent de la boue contre la GP au Pérou, nous ne devons pas en tenir compte ; que dans notre pays, GamaTV, Teleamazonas, Ecuavisa ou le journal « El Comercio » jettent de la boue contre le PCP, nous ne devons pas en tenir compte ; que le vieux PC, les socialistes, le MPD et PK mentent et aient une haine profonde pour le PCP et la GP au Pérou, nous ne devons pas en tenir compte, mais en fait on doit aussi être rempli de fierté parce que cela montre que les camarades du Pérou ont clairement délimité une ligne entre les marxistes et les révisionnistes, dans leur propre pays et au niveau international.

Nous appelons les partis communistes et les organisations révolutionnaires, les médias démocratiques, les organisations progressistes de masse, à ne pas tomber directement ou indirectement dans cette campagne réactionnaire, et au contraire à contribuer à briser le blocus de l’information de l’impérialisme au sujet du PCP et également de démasquer la contre-propagande.

Notre Parti exprime son plein appui au processus révolutionnaire en cours au Pérou, à ses organisations, principalement la Base Mantaro Rojo et le Mouvement Populaire Pérou – la revue Sol Rojo, qui est la cible d’attaques réactionnaires et révisionnistes permanentes.

En ces temps difficiles pour le PCP, nous nous en tenons fermement aux grands enseignements de Lénine sur la lutte armée révolutionnaire, qui sont des guides essentiels.

« Ainsi donc, malgré tout, les choses avancent. L’armement des masses a fait des progrès malgré les difficultés incroyables et indescriptibles. La terreur individuelle, cette élucubration de la débilité des intellectuels est reléguée au passé... les actions militaires en jonction avec le peuple commencent.

Voilà ce qui arrive quand les pionniers de la lutte armée se fondent avec les masses, non pas en pensée, mais dans les faits, quand ils se mettent à la tête de groupes de combats et des détachements du prolétariat, quand ils éduquent dans le fer et le feu de la guerre civile, les dizaines de chefs populaires qui demain, au jour de l’insurrection ouvrière, sauront aider de leur expérience et de leur valeur héroïque les milliers et dizaines de milliers d’ouvriers »...

« Vive les créateurs de l’armée populaire révolutionnaire ».

« Cela n’est pas un complot contre un personnage quelconque particulièrement odieux, ce n’est pas un acte de vengeance, ce n’est pas une solution provoquée par le désespoir, ce n’est pas un simple acte de « frayeur », non, c’est le début soigneusement réfléchi et préparé, calculé selon la corrélation des forces, c’est le commencement des actions des détachements de l’armée révolutionnaire ».

« Heureusement, le temps est passé dans lequel des révolutionnaires isolés « faisaient » la révolution, en l’absence d’un peuple révolutionnaire. La bombe a cessé d’être l’arme des « dynamiteurs » individuels et est arrivée à être l’élément nécessaire de l’armement du peuple. »

« Nous avons été d’expérience en expérience, nous avons tenté de créer une armée volontaire, en avançant à l’aveuglette, à tatons, en recherchant les chemins pour résoudre la tâche de cette situation concrète. Et la tâche était claire ».

« Actuellement, nous sommes encore très loin de nous être libérés de ces difficultés. Au début, nous les voyions d’une manière complètement abstraite, comme des révolutionnaires qui font des discours, mais qui ignorent complètement comment aborder les problèmes.

Naturellement de nombreuses personnes nous accusaient, et tous les socialistes et social-démocrates également, nous accusent, encore aujourd’hui, d’avoir mis la main sur ces questions sans savoir comment les résoudre.

Mais ce ne sont que des accusations ridicules de cadavres vivants. Comme s’il était possible de se lancer dans la plus grande des révolutions en sachant d’avance comment elle se terminerait !

Et comme si ces connaissances pouvaient s’apprendre dans les livres ! Non, nos décisions ne peuvent que surgir de l’expérience des masses .. »

Lénine, cité dans le document du PCP « Développons la guerre de guérilla »

VIVE LE PCP ET L’EXPÉRIENCE QU’IL NOUS A LÉGUÉS, AU MCI !

LUTTER CONTRE VENTS ET MARÉES
POUR IMPOSER LE MAOÏSME
COMME COMMANDEMENT ET GUIDE
DE LA RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE MONDIALE !

D’ABORD DÉFENDRE LES APPORTS DU PCP
ET ENSUITE CRITIQUER LES ERREURS,
POUR NE PAS TOMBER DANS LE PIÈGE DE LA RÉACTION !

CONSTITUER ET RECONSTITUER LES PARTIS COMMUNISTES
DE NOUVEAU TYPE DANS LE MONDE,
PRÉPARER, INITIER ET DÉVELOPPER LA GUERRE POPULAIRE !

VIVE LE PRÉSIDENT GONZALO !

COMITÉ DE RECONSTRUCCIÓN
PARTIDO COMUNISTA DEL ECUADOR
30/05/2012

mercredi 30 mai 2012


Equateur : PCE [Comité de Reconstruction] & PCE [Soleil Rouge]