Centre MLM de belgique

PCE - CR [Equateur] : Chávez est mort, un fasciste en moins !

Avec la mort de Hugo Chávez va peu à peu se terminer une période spécifique du capitalisme bureaucratique au Venezuela, qui a revêtu des formes fascistes et corporatistes. Son successeur, Nicolas Maduro, va essayer de poursuivre le projet, mais il ne durera pas longtemps.

Avec le gouvernement d’Hugo Chávez, l’impérialisme et la grande bourgeoisie, la faction bureaucratique, ont réussi à arrêter pour deux décennies environ la lutte des masses populaires au Venezuela après les violents combats de la « Caracazo » dans les années 90 du siècle dernier [manifestations et émeutes de février 1989 à Caracas, le nom de la ville s’est vue ajouter le suffixe -azo désignant la magnitude, la force, pour former le mot décrivant ces événements.]

C’est-à-dire qu’ils ont réussi à conjurer la rébellion des masses pauvres qui s’est produite dans ce pays à la fin du XXe siècle.

Au-delà du discours « nationaliste » et « révolutionnaire » de Chávez, dans la pratique quels sont les changements qui ont eu lieu au Venezuela ? Aucun de transcendantal.

Ce pays reste le principal fournisseur de matières premières telles que le pétrole pour les pays impérialistes, y compris les États-Unis eux-mêmes.

Le Venezuela n’a pas d’industries lourdes de haute technologie comme propriété du peuple, mais seulement l’assemblage automobile, des produits légers, des médicaments, etc. ; alors que la Chine et la Russie ont fait des prêts pour environ 135 milliards de dollars pour soutenir le vieil État vénézuélien bourgeois-propriétaire terrien, c’est dire si c’est encore un pays semi-colonial.

En ce qui concerne les contradictions dans les campagnes, le Venezuela est précisément l’un des pays ayant la plus forte concentration de la propriété foncière, avec les grandes exploitations qui cultivent des dizaines de milliers d’hectares alors qu’il y a des millions de paysans pauvres avec peu ou pas de terres qui sont trompés par les miettes de missions de l’État ; la semi-féodalité est intacte.

Plus précisément, Chávez et son gouvernement représentent la contre-révolution, le fascisme et la soumission à l’impérialisme, au-delà des discours « nationalistes » et de cadeaux offerts aux pauvres ; sur le plan international il a joué le rôle de soutien aux autres gouvernements fascistes comme celui de Rafael Correa en Équateur, aux frères révisionnistes Castro à Cuba, et autres.

La mort de Hugo Chávez et la cessation progressive de son projet fasciste vont le faire se démasquer aux yeux des masses, comme cela s’est passé avant, au XXe siècle, avec les gouvernements fascistes et corporatistes de la bourgeoisie bureaucratique de Velasco Alvarado au Pérou (décennies 1960 et 1970), Juan Domingo Perón en Argentine (années 50), Rodríguez Lara en Equateur (années 70) et d’autres, où après la fin complète de leurs périodes, le peuple a réalisé l’arnaque dont il a été victime parce que, dans la pratique, il est resté pauvre et les riches sont devenus plus riches. Et bien sûr, la grande tromperie a été contée avec l’aide - quand n’est-ce pas le cas ? - du révisionnisme et du réformisme.

D’autre part, la mort de Hugo Chávez affaiblit le projet des bourgeoisies bureaucratiques dans la région, qui depuis le boom pétrolier du Venezuela a été soutenu Cuba et d’autres pays ; à son tour il était un des piliers du « socialisme du XXIe siècle » qui est le « socialisme » souhaité par l’impérialisme, c’est-à-dire le pur réformisme bourgeois aromatisé avec le fascisme et le corporatisme.

Le prolétariat et les peuples opprimés, les communistes et les révolutionnaires, nous n’avons pas de bougie pour cet enterrement bourgeois, nous n’avons rien à pleurer ni à faire le deuil.

Que pleure la bourgeoisie bureaucratique vénézuélienne pour la mort de son chef, que pleurent les gouvernements fascistes de Correa, de Humala et d’Evo Morales pour le départ de leur partenaire, que pleurent les investisseurs pétroliers nord-américains et chinois pour le départ de leur partenaire d’affaires, que pleurent les réformistes, que pleurent les révisionnistes comme les hoxhaistes du PCMLE ou les pseudo-maoïste comme Echazú en Bolivie ou Odio de Clase en Espagne, que pleurent les imprudents et les naïfs, les confus et les désorientés... parce que sur la colline du peuple, nous voyons comment contribuer à une véritable révolution au Venezuela.

De quelle révolution a besoin le Venezuela ?

La vraie révolution dans ce pays est celle qui confisque les grandes entreprises, les banques et les usines de la grande bourgeoisie et les place sous l’administration directe des conseils ouvriers ; qui confisquent les grands domaines et les redistribue gratuitement aux paysans pauvres sous la bannière « la terre à qui la travaille » ; qui rompt radicalement avec l’oppression impérialiste, tant des États-Unis, que de la Chine, de la Russie ou tout autre pays impérialiste et qui, simultanément industrialise le pays ; c’est-à-dire la révolution de Nouvelle Démocratie qui, sous la direction du prolétariat, transforme le Venezuela d’un pays semi-colonial et semi-féodal en un pays indépendant, industrialisé et prospère, démocratique et d’une grande culture de masses, sur la voie du socialisme et du communisme.

L’impérialisme, la réaction et le révisionnisme continueront d’utiliser la figure de Hugo Chàvez tant qu’ils peuvent faire continuer la confusion et la division des masses populaires en Amérique latine, aussi longtemps que cela permet de freiner et de faire dérailler la lutte indépendante des masses populaires et surtout aussi longtemps que cela leur permet de conjurer la rébellion des opprimés.

Cependant progressivement dans d’amples secteurs des masses, il y a une sortie de ce long sommeil, et de cette façon, la figure et le gouvernement de Chávez tomberont dans l’oubli, comme une simple mémoire de plus des nombreuses escroqueries politiques dont a été victime le peuple et qu’il ne devra plus subir ; puis viendra le temps des vrais révolutionnaires, celui des Partis communistes maoïstes, militarisés, celui des guerres populaires en Amérique latine et dans le monde entier, en direction du communisme lumineux et doré.

COMITÉ DE RECONSTRUCCIÓN

PARTIDO COMUNISTA DEL ECUADOR

06/03/2013

samedi 9 mars 2013


Equateur : PCE [Comité de Reconstruction] & PCE [Soleil Rouge]