Centre MLM de belgique

Organisation des Ouvriers d’Afghanistan (MLM-PM) - Hugo Chàvez : Un social-réformiste ou un bourgeois-bureaucrate qui a servi l’impérialisme ?

Comité Central
Organisation des Ouvriers d’Afghanistan
(Marxiste-Léniniste-Maoïste, principalement Maoïste)

7 mars 2013

Préparé pour internet par l’équipe éditoriale Guerre Populaire

Guerre Populaire jusqu’au communisme !


Hugo Chàvez : Un social-réformiste ou un bourgeois-bureaucrate qui a servi l’impérialisme ?

Parfois, un événement spécial révèle et dévoile des positions politiques et des lignes politiques cachées de forces qui prétendent relever et se tenir à une cause appropriée. Cela est devenu le cas avec la mort d’Hugo Chàvez.

Le nombre de soi-disant « Communistes » et « Maoïstes » qui ont faussement fait valoir une position rouge ont trahi la cause révolutionnaire en défendant Hugo Chavez, qui menait un système bourgeois bureaucratique dépendant de certaines sections de l’impérialisme mondial.

Chàvez, comme une figure marquante des populistes, n’a jamais été un communiste, pas plus qu’il n’a combattu pour la Nouvelle Révolution Démocratique. Au contraire même, il a établi une thèse révisionniste se prétendant le « socialisme du 21ème siècle », qui n’était rien de plus qu’une version de la théorie corporatiste et était un scénario fasciste pour se prévenir du mouvement révolutionnaire des masses.

De fait, ce scénario a été soutenu même par les impérialistes yankees afin d’empêcher l’émergence d’un Mouvement de Nouvelle Démocratie. C’est là le point essentiel.

Quiconque a étudié et connaît la thèse du « capitalisme bureaucratique » du Président Mao, soutient que : le Venezuela est un pays semi-colonial, et c’est le capitalisme bureaucratique dans ce pays qui opprime les masses. Le Venezuela n’est pas un pays capitaliste dans le sens direct du mot. Donc, ce dont les vénézuéliens ont besoin est la Nouvelle Démocratie, pas le régime capitaliste bureaucratique et fasciste corporatiste de Hugo Chàvez ou de ses disciples.

Chàvez était une barrière qui a créé un obstacle qui a détourné l’attention des masses révolutionnaires de procéder à la guerre populaire et d’établir de l’État de la Nouvelle Démocratie du Venezuela. Les camarades du PCE-CR ont correctement analysé et identifié l’État vénézuélien sous Chàvez comme corporatiste et fasciste.

Les camarades du PCMLM de France ont également contribué correctement a analysé que Chàvez était un bureaucrate bourgeois.

Ceux qui n’ont pas réussi à identifier Chàvez comme un bureaucrate bourgeois sont ceux qui n’ont pas la connaissance de la nature de classe de l’État vénézuélien, et sont ceux qui ne soutiennent pas la thèse du le « capitalisme bureaucratique » du Président Mao.

Cela a été le Président Gonzalo qui a avec succès magistralement attribué au Président Mao la thèse de la « Question du capitalisme bureaucratique. ». Une analyse magistrale du Président Gonzalo nous permet de révéler la nature de classe des pays comme le Venezuela. En outre, nous avons l’analyse maoïste correcte de pays semi-féodaux semi-coloniaux du camarade Président Akram Yari d’Afghanistan.

Le Président Akram Yari a identifié l’Afghanistan sous Zaher Shah - alors roi d’Afghanistan - comme un État semi-féodal semi-colonial dans lequel prévalait le capitalisme bureaucratique.

Dans de telles circonstances, le PDPA [Parti démocratique populaire d’Afghanistan] révisionniste qui était un parti khrouchtchévien (qui a ensuite pris le pouvoir en 1978 lors d’un coup d’État) plaidait pour une économie fondée sur le secteur d’État, ce qui n’était rien d’autre que défendre le capitalisme bureaucratique.

Babrak Karmal, dirigeant de la fraction Parcham (Le drapeau) du PDPA révisionniste a même annoncé que le roi Zaher Shah était un élément progressiste et était le roi le plus progressiste de l’Asie ! Sur la base du modèle capitaliste bureaucratique, ils ont soutenu une ligne parlementaire, qui correspondait pleinement aux « trois pacifiques » du renégat Khrouchtchev.

Ce fut la base d’une correspondance étroite entre le PDPA révisionniste et Sardar Dawod (cousin du roi Zaher), qui a servi à un but commun : renverser la monarchie et l’établissement d’une république capitaliste bureaucratique !

Fondé sur une telle thèse révisionniste, le PPDA a aidé Sardar Dawod à renverser roi Zaher. Ensuite, ce fut le temps de la rivalité entre Dawod et le PDPA, qui enfin, comme coup d’Etat triomphant, se termina en faveur du PDPA révisionniste. Le PPDA a saisi le pouvoir d’Etat, et a établi un État bureaucratique capitaliste qui était totalement dépendant du social-impérialisme russe.

Mais les maoïstes d’Afghanistan ont appris du Président Akram Yari, qui avait déjà écrit en 1960 que l’économie du secteur d’État plaidé par le PDPA n’était rien d’autre qu’une version du capitalisme bureaucratique.

La thèse du « capitalisme bureaucratique » qui a été mise en avant par le président Akram Yari était une contribution maoïste, cela nous aide toujours à analyser la situation et à trouver la situation correcte même au niveau international.

L’Organisation des Ouvriers d’Afghanistan (Marxiste-Léniniste-Maoïste, principalement Maoïste) soutient fermement la thèse du Président Akram Yari sur le « capitalisme bureaucratique », parce que cette thèse vient du Président Mao, et c’est de la même manière que le Président Gonzalo a parlé à propos du capitalisme bureaucratique, à propos de son émergence, de son développement, sa forme mûre, sa transformation en capitalisme monopoliste d’État, et enfin comment cela pave la voie pour la Nouvelle Révolution Démocratique.

Les forces soi-disant maoïstes comme le Parti Communiste des Philippines (qui affirme que Chàvez était un champion pour les masses) ont encore une position erronée, et sont victimes de la thèse révisionniste de « Révolution Nationale-démocratique » qui a été déjà mise en avant par les révisionnistes russes de l’époque post-Staline.

Relève également de la farce l’analyse du collectif Odio De Clase. Il affirme que le Venezuela est un pays capitaliste. Une telle affirmation de la part d’Odio De Clase signifie l’abandon de la thèse du capitalisme bureaucratique du Président Mao, et des moyens d’analyses magistrales du Président Gonzalo quant à l’économie des pays semi-coloniaux semi-féodaux. Une telle analyse erronée a conduit ce collectif à annoncer que Chàvez était un réformiste social-démocrate !!!

A l’opposé, nous avons l’analyse maoïste présentée par le PCE-CR et le PCMLM de France.

Le PCE-CR écrit :

[Est reproduit le communiqué du Parti Communiste d’Equateur – Comité de Reconstruction : Chávez est mort, un fasciste en moins !]

L’Organisation des Ouvriers d’Afghanistan (Marxiste-Léniniste-Maoïste, principalement Maoïste) se réaffirme également elle-même dans l’analyse du Président Gonzalo, qui nous apprend que la thèse de la « néo-colonie » est une thèse révisionniste.

Aujourd’hui, le PCN-maoïste dirigé par Mohan Baidya (Kiran) dans ses documents a fait valoir que le Népal est dans une situation néo-coloniale. De telles affirmations sont toutes des explications révisionnistes du PCN-maoïste révisionniste.

La Président Gonzalo nous enseigne que les soi-disant Etats indépendants, sous l’hégémonie de l’impérialisme, ne peuvent pas être libres ou indépendants. Ils sont tous des états semi-coloniaux.

Sur la base de l’emphase du président Gonzalo sur cette analyse, nous pouvons correctement rendre explicite que le Venezuela est une semi-colonie, qui est fortement alliée et dépendante de certaines sections de l’impérialisme mondial. Et d’ailleurs, il a toujours capitulé vis-à-vis de l’impérialisme occidental, et sa soi-disant opposition à l’impérialisme yankee n’est qu’une partie d’un scénario de « prendre position en faveur d’une puissance impérialiste contre une autre puissance impérialiste », et cela prouve que le Venezuela comme État bureaucratique sous Chàvez faisait partie de la rivalité inter-impérialist. Et dans cette rivalité, Hugo Chàvez n’avait pas vu d’autre choix que de se livrer à certaines sections des impérialistes mondiaux, pour la survie, afin de « s’opposer » aux plus « sauvages ».

En fait, la soi-disant opposition de Chàvez à l’impérialisme yankee n’avait pas d’esprit révolutionnaire. Sinon Chàvez et le Venezuela ne se seraient jamais approchés d’autres puissances impérialistes. Les événements ont prouvé que Chàvez s’est abandonné aux sociaux-impérialistes chinois, s’est mis aux côtés du révisionnisme de Castro, et a souhaité la bienvenue à l’impérialisme russe, et finalement a salué les extrémistes islamiques iraniens qui sont les principaux ennemis des forces de gauche d’Iran !

Les Maoïstes ne doivent avoir aucune illusion quant à identifier Chàvez comme un agent de l’impérialisme. Il servait l’ordre mondial impérialiste et n’avait rien à dire à propos de la révolution et de la cause du peuple.

Nous appelons le Mouvement Communiste International à prendre des positions fermes dans la défense du marxisme-léninisme-maoïsme et à soutenir la thèse maoïste du « capitalisme bureaucratique », car c’est la clé pour comprendre la nature de l’orientation des forces dans des pays comme l’Afghanistan, le Venezuela et même en Colombie.

Organisation des Ouvriers d’Afghanistan Marxiste-Léniniste-Maoïste, principalement Maoïste
7 mars 2013

lundi 11 mars 2013


L’Organisation des Ouvriers d’Afghanistan MLM-pM) et Akram Yari