Centre MLM de belgique

Mercantilisme et physiocratie - 9e partie : les physiocrates

Pourquoi le libéralisme fut-il en mesure de s’affranchir aussi aisément du mercantilisme ? L’exemple français est ici très pertinent.

En 1615, déjà, le protestant Antoine de Montchrestien (1575-1621) avait dans Traité d’économie politique fournit les principales thèses mercantilistes. L’impact historique s’effaça cependant, en raison du poids du catholicisme et de la féodalité.

Or, le poids du catholicisme et de la féodalité ne signifie rien d’autre que le capitalisme n’a pas encore pénétré les campagnes de manière suffisante.

Si le mercantilisme fut rapidement dépassée par ce qui sera l’économie politique « classique », c’est justement parce qu’accompagnant la progression du capitalisme, il ne correspondait qu’à une phase d’échanges se déroulant avant l’irruption massive du capitalisme dans les campagnes.

C’est pourquoi, après le mercantilisme se développa une pensée qui reconnaissait toute sa signification à l’agriculture. En France, ce furent les « physiocrates » qui, comme l’explique Karl Marx dans Le Capital, considéraient que « la rente foncière n’est pas un tribut arraché aux hommes », mais « un présent fait par la nature même aux propriétaires ».

On devine qu’avec les physiocrates, il y a encore un fétichisme, mais il change de nature : le mercantilisme se focalisait sur l’argent, les physiocrates sur les terres.

Le terme de « physiocrate », forgé par Pierre Samuel du Pont de Nemours, est ainsi un programme en soi, physis en grec signifiant nature, kratos gouverner. La propriété terrienne est la source de toute richesse, c’est elle qui doit être placé au centre de la société et de l’État.

François Quesnay (1694-1774) dressera, en 1758 ; un « Tableau économique » fameux à l’époque, présentant cette vision du monde ; Karl Marx le décrira dans Le Capital comme un « pannonceau féodal ».

Cependant, Karl Marx n’était pas dupe : derrière cette apparence féodale, on trouvait les exigences de la fraction la plus avancée du capitalisme, prônant la mise en valeur de l’accumulation de capital dans les campagnes.

Comment est-on arrivé là ? En fait, une fois le capitalisme élancé avec les commerçants et les marchands, il se tourne inévitablement vers l’agriculture.

La monarchie absolue aurait espéré, avec le colbertisme, combiné féodalité dans les campagnes et une sorte de capitalisme par en haut et sous contrôle dans les villes. C’était impossible, car, par définition, le capital se pose comme universel.

Les physiocrates expriment donc le besoin du capital d’engloutir les campagnes. Les physiocrates ont, en apparence, le désir de trouver l’origine de la richesse au-delà du commerce, dans la production elle-même.

Mais cette apparence porte un contenu : la revendication du laissez faire laissez passer pour le capital à tous les niveaux, et donc en priorité dans les campagnes.

Karl Marx, dans Le Capital, constate par conséquent :

« Pour les économistes plus anciens, qui commencent à peine à étudier le mode capitaliste de production encore peu développé à leur époque, l’analyse de la rente ne présente aucune difficulté, ou alors des difficultés de tout autre nature.

Petty, Cantillon, et en général les auteurs encore proches de la féodalité, voient dans la rente foncière la forme normale de la plus-value, confondant, sans les déterminer, profit et salaire, ou la prennent tout au plus pour une partie de cette plus-value que le capitaliste a extorquée au propriétaire foncier.

Ils partent donc d’une situation où, primo, la population agricole représente encore la grande majorité de la nation et où, secundo, le propriétaire foncier apparaît comme la personne s’appropriant en première main, grâce au monopoles de la propriété foncière, le travail supplémentaire des producteurs immédiats, où par conséquent la propriété foncière paraît être encore la condition principale de la production.

Ils ne pouvaient donc pas encore se poser la question inverse : du point de vue du mode capitaliste de production, élucider comment la propriété foncière réussit à reprendre au capital une partie de la plus-value qu’il a produite (c’est-à-dire extorquée au producteur direct) et qu’il s’est déjà appropriée en première main.

Chez les physiocrates, la difficulté est déjà de nature différente.

Premiers interprètes systématiques du capital, en fait ils tentent d’analyser la nature même de la plus-value.

Pour eux, cette analyse se confond avec celle de la rente, seule forme de plus-value existant à leurs yeux.

Le capital agricole producteur de rente est donc pour eux le seul capital qui produise de la plus-value et le travail agricole qu’il met en mouvement le seul travail rapportant de la plus-value, donc le seul travail productif, conclusion parfaitement juste du point de vue capitaliste.

Ils considèrent, à juste titre, que la production de plus-value est le fait déterminant.

Ils ont le grand mérite de remonter du capital marchand agissant uniquement dans la sphère de circulation au capital productif.

Ils s’opposent ainsi à la théorie mercantiliste qui, dans son réalisme grossier, représente la véritable économie politique vulgaire de son temps dont les soucis d’ordre pratique faisaient reléguer à l’arrière-plan les premières analyses scientifiques entreprises par Petty et ses successeurs. »

Les physiocrates prônaient l’émergence naturelle du capitalisme, là où le mercantilisme du type français, avec le colbertisme, cherchait à le former par en haut, de manière forcée et en le maintenant dans une liaison étroite avec l’État.

Les physiocrates prônaient par conséquent un soutien de l’État au capitalisme agricole, surtout en fait dans une non-interférence. Le « despotisme légal » prôné par les physiocrates signifiait, paradoxalement, que la monarchie absolue de l’époque était censée se plier aux lois « naturelles » du capitalisme agricole.

Les tentatives d’Anne Robert Jacques Turgot, en tant que contrôleur général des finances, d’amener Louis XVI en ce sens, échouèrent cependant, fort logiquement, la monarchie absolue ayant dépassé ses possibilités historiques progressistes.

La monarchie absolue pouvait reconnaître le capital marchand, mais changer les campagnes signifiait supprimer sa propre base sociale. Elle a pu mettre de côté, de manière relative seulement, l’aristocratie, mais elle est elle-même portée par la féodalité.

L’échec physiocrate aboutit donc, fort logiquement, à la compréhension par la bourgeoisie qu’il fallait s’approprier l’État.