Centre MLM de belgique

MPP : soutenir les guerres populaires et les luttes armées dans le monde en combattant et en écrasant le révisionnisme et l’opportunisme ! – 2012

PCP-El poder nace del fusil-3

La situation actuelle dans le mouvement communiste international, et dans différents pays où la guerre populaire et la lutte armée sont menées sous la bannière du maoïsme, rend d’autant plus urgent le besoin d’une lutte de deux lignes idéologique et politique.

Tout d’abord, nous nous réaffirmons dans les principes de l’internationalisme prolétarien, et plus particulièrement dans le Président Gonzalo, dans la pensée Gonzalo et le Parti communiste du Pérou, son Comité central et son ensemble de direction partidaire : par conséquent, nous soutenons et luttons pour le déclenchement et le développement de la guerre populaire dans tous les pays sur la terre, ce qui inclut naturellement la révolution en Inde.

Ce serait une grande et importante victoire pour le prolétariat international qu’une guerre populaire victorieuse en Inde - écrasant le vieil État, jetant les impérialistes et écrasant le semi-féodalisme et le capitalisme bureaucratique, réalisant la révolution de Nouvelle Démocratie, établissant le nouveau pouvoir comme dictature conjointe des classes révolutionnaires sous la direction du prolétariat, puis continuant sans interruption avec la révolution socialiste sous la dictature du prolétariat, avec les révolutions culturelles jusqu’au communisme.

Le plus tôt une telle victoire est réalisée, le mieux c’est, et donc il est du devoir de tous les communistes et révolutionnaires, en tant qu’expression de notre internationalisme prolétarien, d’apporter notre soutien à nos camarades en Inde.

Cependant, nous insistons sur le fait que ce soutien ne peut pas et ne servira pas la victoire du prolétariat et du peuple indiens s’il ne se fonde pas sur des principes, à savoir les principes du marxisme-léninisme-maoïsme, principalement le maoïsme.

Si le soutien international à la révolution indienne tente d’éviter les critiques et le débat, d’éviter la lutte entre deux lignes contre le révisionnisme et l’opportunisme, et au lieu de cela applique la thèse révisionniste que la conciliation mènera à l’unité (« deux s’unissent en un seul »), ce ne sert en fait pas du tout le prolétariat et le peuple, mais ne défend seulement que les intérêts de quelques « leaders », et plus important encore, cela sert les plans contre-révolutionnaires de l’impérialisme et de la réaction.

C’est une caractéristique des révisionnistes, et de beaucoup des nouveaux révisionnistes d’aujourd’hui, qu’ils évitent la lutte de toutes les façons qu’ils le peuvent.

Ils sont ceux qui, lorsque des divergences apparaissent et les contradictions s’aiguisent, préfèrent tout simplement partir, capituler complètement ou former toutes sortes de nouveaux groupes et organisations.

Les opportunistes vont suivre et soutenir tout parti ou mouvement qui à l’heure actuelle a le plus d’armes ou obtient le plus de publicité dans la presse bourgeoise - parce qu’ils sont tellement désireux d’une victoire rapide, si désireux d’obtenir des rôles importants pour eux-mêmes comme « grandes personnalités » au sein de la période de leur propre vie, espérant obtenir des postes.

Nous, les communistes ne devons pas tomber dans ce piège. Nous devons être préparés pour la guerre prolongée, pour de longues années de lutte, et comprendre que si la ligne idéologique et politique est incorrecte, nos victoires seront en fait pas des victoires du tout.

La situation de la guerre du peuple au Pérou et l’importance du Président Gonzalo dans le monde

L’importance du Parti Communiste du Pérou et de la Guerre Populaire au Pérou, pour le mouvement communiste international et de la révolution prolétarienne mondiale, est indéniable et a été largement reconnu : c’est grâce au Président Gonzalo et sa ligne rouge que la première Guerre Populaire a été déclenché dans le monde après le coup révisionniste en Chine, et cela a été le Président Gonzalo qui a défini le maoïsme comme la troisième, nouvelle et supérieure étape du Marxisme.

Alors que la guerre populaire au Pérou s’est développée, elle a gagné un soutien massif au sein du prolétariat international et des peuples opprimés, et inspiré les communistes d’inspiration dans de nombreux pays à prendre le maoïsme et à déclencher la lutte armée.

Il n’est pas étonnant, dès lors, que la réaction mondiale a vu le PCP et de sa Grande Direction comme une grave menace qu’ils entendaient détruire par tous les moyens nécessaires. Ayant appris de leurs propres erreurs, l’ennemi a compris que que de tout simplement tuer les communistes et le peuple révolutionnaires du Pérou ne serait pas suffisant (même si ils ont essayé du mieux qu’ils pouvaient pour le faire aussi).

L’impérialisme yankee et leurs laquais réactionnaires péruviens sont venus avec la manipulation des « accords de paix », en espérant 1) diffamer le Grand Dirigeant de la révolution péruvienne et 2) transformer le PCP en un parti, bourgeois, révisionniste, un parti « maoïste » de nom seulement, intégré dans leur propre système d’exploitation et d’oppression.

Cela était important pour eux non seulement dans le but de « sauver » le Pérou de la révolution, mais peut-être plus important encore, afin de « sauver » le monde de l’influence dangereuse du Président Gonzalo et du PCP dans le monde.

Ont-ils réussis dans ce domaine ? Étaient-ils en mesure d’annihiler la guerre populaire au Pérou, la ligne rouge du Président Gonzalo et son influence dans le monde ? Comme nous le savons, le PCP a continué à appliquer la pensée Gonzalo et n’a pas cessé la guerre du peuple, même pas pour une seconde, et son influence dans le monde a continué à jouer un rôle important comme un exemple à suivre dans la formation de Partis Maoïstes et le déclenchement de luttes armées révolutionnaire dans plusieurs pays.

Cependant, c’est également un fait que l’ennemi a réussi à infliger d’importants dégâts et à porter des coups durs contre la révolution péruvienne, et aujourd’hui le PCP continue à mener la guerre populaire dans des circonstances difficiles.

Nous savons aussi que leur plan au niveau international a été partiellement couronné de succès dans la réalisation de l’isolement du PCP, principalement parce que les nouveaux révisionnistes ont joué avec ces plans de manière parfaite, faisant exactement ce que les impérialistes voulaient qu’ils fassent - et ils continuent de le faire aujourd’hui.

Une partie de cela était d’essayer de miner et de diviser l’organisme généré par le PCP pour le travail du Parti à l’étranger - le MPP - et en cela, les révisionnistes ont de nouveau et de même joué un rôle central.

La LOD et la manipulation des « accords de paix » au Pérou était un plan pilote, et après l’application au Pérou, ils sont allés à faire la même chose au Népal ; et ils sont sans aucun doute de tenter de faire la même chose dans d’autres pays. Pour atteindre cet objectif, il a été et est nécessaire pour l’impérialisme, la réaction et le révisionnisme d’isoler le PCP du reste du MCI, en calomniant le Président Gonzalo, le PCP et sa ligne idéologique et politique.

Ainsi, à la lumière de ce qui précède, qu’est-ce que cela veut dire quand certains « groupes de solidarité » à travers le monde organisent des campagnes de soutien aux guerres populaires en Inde et aux Philippines, mais ne mentionnent rien au sujet du Pérou ?

Qu’est-ce que cela signifie lorsque certains supposés défenseurs intellectualoïdes de la pensée Gonzalo répètent les mensonges complets diffusés par la réaction – comme quoi « le PCP n’existe plus » et que « maintenant il n’y a que des fractions concurrentes » ? (Et les camarades indiens doivent être assez familier de ce genre de manipulation de la réaction dans leur propre pays).

Et qui plus est, qu’est-ce que cela signifie lorsque les mêmes personnes se disent partisans de la révolution en Inde, mais ne disent pas un mot sur les contributions importantes du Président Gonzalo, pas un mot sur le partage des expériences du Pérou avec les Partis et les organisations dans d’autres pays ?

Tout comme un type plus ancien des révisionnistes rejettent le maoïsme, avec l’argument comme quoi Teng et ses partisans de la voie capitaliste ont pu prendre le pouvoir en Chine (censé prouver que « le maoïsme ne marche pas »), les intellectualoïdes d’aujourd’hui rejettent la pensée Gonzalo avec l’argument que c’est le cause de la prétendue « défaite » de la guerre populaire au Pérou.

Et tout comme ces vieux révisionnistes rejetaient la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne, en disant que ce n’était qu’une « lutte pour le pouvoir personnel », les intellectualoïdes proclament maintenant que « il n’y a plus de PCP » et que le PCP et son Comité central est seulement une des nombreuses fractions dans une lutte pour le pouvoir personnel. Le fait que certains de ces intellectualoïdes se présentent comme des « défenseurs » de la pensée Gonzalo rend leur opportunisme encore plus flagrant.

Leur prétendue critique lâche, leur exigence selon laquelle le PCP aurait dû avoir expulsé ou exécuté les renégats opportuniste (la LOG), fait écho à l’argument révisionniste de Hoxha contre la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne, c’est-à-dire l’idée révisionniste du Parti monolithique.

Il est clair que cette « critique » n’était rien d’autres qu’un prétexte pour justifier leur propre capitulation et l’opportunisme. Face à une situation difficile, ils ont préféré prendre la « voie de la facilité », la formation de nouveaux groupuscules afin de devenir des leaders supposément prestigieux d’organisations petits-bourgeoises de « Solidarité », conciliant avec le révisionnisme et servant ainsi les desseins de l’ennemi.

Notez comment ces dirigeants auto-proclamés, sans principes, cherchent maintenant partout des alliés, essayant désespérément de savoir avec quelle « fraction » collaborer dans leur tentative de saper le PCP et son Comité central. Peut-être qu’ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient dans le phénomène internet qui prétend être une base du PCP, et qui dit maintenant la LOD et la LOG « sont des déviations qui ont besoin de s’aligner sur la ligne du Parti. » La position du PCP, c’est la lutte à mort contre la LOD et la LOG et contre toute capitulation.

« Même si la ligne directrice de la révolution est correcte, il est impossible d’avoir une garantie sûre contre les revers et les sacrifices dans le cours de la révolution. Tant que la ligne correcte est respectée, la révolution parviendra à triompher à la fin. » (La polémique sur la ligne générale du mouvement communiste international, Parti communiste de Chine, 1965)

Les anciens anti-maoïstes et les groupuscules et intellectualoïdes révisionnistes actuels et nouveaux ont une chose en commun : tous leurs arguments ne sont que des prétextes pour justifier leur propre opportunisme ; leur volonté de suivre ceux qui pour le moment mobilisent plus de masses, ou qui ont plus d’armes, ou reçoivent une plus grande reconnaissance de bourgeois intellectualoïdes - parce qu’ils se soucient plus de leur propre prestige et de leur rêve d’avoir un rôle important, en tant qu’individus, dans de « grands événements » au cours de leur propre vie.

Nous disons ; Non ! Le fait que l’ennemi parvienne à infliger des dégâts, le fait qu’il y ait des tours et détours sur la route de la révolution, ne veut pas dire que notre ligne est erronée.

Au contraire, les expériences de la guerre populaire au Pérou et dans d’autres pays confirment la validité universelle du Maoïsme, ainsi que la validité de son application à la révolution péruvienne, la pensée Gonzalo.

En outre, la situation actuelle dans le MCI confirme qu’étaient corrects les avertissements du Président Gonzalo et du PCP concernant les problèmes idéologiques et politiques dans le MCI et le MRI, c’est-à-dire concernant les aspirations hégémoniques du PCR des États-Unis et Avakian, et concernant la ligne révisionniste au Népal.

Ceux qui soutenaient le Népal comme la supposée « nouvelle torche de la révolution mondiale » et ont qualifié le PCP de « dogmatique » parce qu’il a assumé la lutte contre ce révisionnisme, ont « soudainement » réalisé l’évidence, que les dirigeants du parti népalais sont un paquet de révisionnistes qui ne servent personne à part eux-mêmes et l’impérialisme.

Mais avons-nous jamais entendu une auto-critique, quelle qu’elle soit son type, de la part de ces camarades ? Une fois de plus, les opportunistes n’appliquent pas la méthode maoïste de la critique et de l’autocritique, mais la méthode révisionniste de la conciliation et de la lutte sale.

Le plan impérialiste pour des « accords de paix »

Basé sur les expériences du Pérou avec la manipulation des « accords de paix », la LOD et le fait qu’il s’agissait d’un plan conçu et dirigé par l’impérialisme yankee, et basé sur l’analyse de la situation internationale, le PCP a établi qu’il y a aujourd’hui un plan impérialiste d’envergure mondiale pour des « accords de paix », avec lequel ils espèrent d’anéantir toute lutte armée révolutionnaire, en particulier celles dirigées par des Partis Maoïstes, en les transformant en Maoïstes « apprivoisés », c’est-à-dire des organisations bourgeoises légales qui se concilient avec la réaction, participent aux élections et font partie du vieux système d’exploitation et d’oppression (ou basculent en des révisionnistes armés menant la lutte armée pour « faire pression » sur le vieil Etat afin d’obtenir un morceau de son pouvoir, comme nous le voyons au Pérou en liaison avec la LOD et la LOG).

Pour atteindre cet objectif, ils espèrent que d’anciennes positions révisionnistes gagneront en influence au sein du mouvement révolutionnaire : la vieille théorie de la « transition pacifique », l’ancienne diffamation du « culte de la personnalité », etc. En bref, l’impérialisme veut imposer les idées suivantes aux mouvements révolutionnaires :

Que la révolution d’Octobre et la révolution chinoise, ainsi que la construction du socialisme dans ces pays (et notamment la GRCP), étaient « autoritaires » et « anti-démocratiques » et ont utilisé des méthodes criminelles et terroristes. Par conséquent, le Marxisme d’aujourd’hui aurait besoin d’être « modernisé » et d’embrasser « droits de l’Homme » bourgeois et de la démocratie bourgeoise.

Que la révolution peut être atteinte par le parlement bourgeois, et que les Partis Communistes doivent suivre les principes de la démocratie bourgeoise.

Que la violence révolutionnaire est équivalente au terrorisme, et que les peuples ne veulent rien d’autres que la paix.

Que l’impérialisme est tout-puissant et ne peut être vaincu. Le meilleur que les peuples puissent espérer, c’est « d’améliorer » le système par des réformes ou le rêve de transformer leurs pays opprimés en des « nations capitalistes modernes » (ignorant ainsi l’existence de la domination impérialiste et du capitalisme bureaucratique).

Que le concept de Grands Dirigeants et de Grande Direction, le prétendu « culte de la personnalité », doit être rejeté. Au lieu de ces dirigeants communistes, l’impérialisme met en avant ses propres « grands chefs » qu’il considère comme des modèles appropriés pour les peuples opprimés : Mandela, Gandhi et d’autres qui ont bien servi l’impérialisme.

Bien sûr, ces idées sont déjà devenus des principes sacrés pour tous les anciens révisionnistes à travers le monde et une grande partie des masses qu’ils mobilisent (en particulier dans les pays impérialistes). Mais à travers des partis tels que le PCR des États-Unis et de son dirigeant, définis comme les nouveaux révisionnistes, ils sont maintenant répartis également parmi ceux qui se disent Maoïstes.

Qu’est-ce que la « nouvelle synthèse » d’Avakian si ce n’est précisément les idées présentées ci-dessus ? Qu’est-ce que la ligne de Prachanda et des autres révisionnistes népalais si ce n’est l’application de ces idées sous le couvert du maoïsme ? Et guidés par ces idées, ces nouveaux révisionnistes veulent former leur soi-disant « nouvelle internationale » afin d’imposer les mêmes idées partout dans le monde.

Si nous, communistes et révolutionnaires ne reconnaissons pas que ce plan impérialiste existe, et si nous ne le condamnons et écrasons pas clairement et fermement, nous laissons la porte grande ouverte pour que le révisionnisme atteigne les objectifs de ce plan.

Même si certains peuvent condamner les traîtres révisionnistes et leurs « accords de paix » au Népal, ils défendent encore la « possibilité » d’accords de paix dans d’autres pays (et en la justifiant en faisant référence à d’antérieurs « accords de paix » dans l’histoire du MCI - qui a pris place dans des circonstances complètement différentes).

Dans le monde d’aujourd’hui, où l’impérialisme est affaibli par sa crise finale et ses contradictions internes, et quand il a lancé son plan des « accords de paix » pour accompagner leur répression en cours et le génocide contre les peuples révolutionnaires - alors comme le PCP dit : Ici, comme dans le monde entier, il n’y a pas de place pour la capitulation, les accords de paix, ou de trêves du tout !

Au sujet de la révolution en Inde

Quand on regarde la situation actuelle de la révolution en Inde, nous devons le faire à la lumière des faits ci-dessus. Si nous voulons une guerre populaire victorieuse se développant en Inde, nous devons fonder notre position sur les principes du MLM et mener à bien la lutte idéologique et politique, afin de conjurer le révisionnisme et l’opportunisme. C’est à partir de ce point de départ que nous exprimons nos préoccupations au sujet de la révolution en Inde et de quelques-unes des positions exprimées par les camarades indiens.

Une partie du problème est précisément le manque de volonté de débattre ouvertement, et le fait qu’il existe peu de documents du Comité central du PCI (M) qui expriment des positions claires sur les questions urgentes mentionnées ci-dessus. Au lieu de cela, il y a un grand nombre de documents, ou des interviews et des déclarations de dirigeants individuels qui expriment des positions plus générales, mais évitent les points les plus urgents de la discussion.

Dans une large mesure, les déclarations du PCI (M) peuvent être trouvées dans des livres et des articles d’intellectuels bourgeois sur lesquels les camarades indiens semblent se reposer pour publier leurs positions. En général, le mouvement international de soutien à la révolution indienne semble se fonder dans une large mesure sur le soutien de ces intellectuels bourgeois et le travail de « solidarité » petit-bourgeois.

Bien que ces intellectuels bourgeois et / ou petit-bourgeois, comme l’auteur suédois Jan Myrdal ou l’auteur indien Arundhati Roy, peuvent très bien servir la cause de la révolution prolétarienne si les communistes sont en mesure de gérer correctement cette forme de soutien, ils servent aussi des objectifs révisionnistes et réactionnaires dans d’autres circonstances. Pour prendre un exemple avec Myrdal : ses rapports en provenance de Chine des années 60 et 70 ont joué un rôle positif, mais cela ne signifie pas qu’il soit communiste ou un révolutionnaire, quel que soit son type.

Depuis le coup d’Etat révisionniste en Chine, il a toujours échoué à clairement et fermement rejeter et condamner Teng et ses disciples ; en fait, son seul commentaire sur le massacre de Tiananmen en 89 a été c’est que c’était « compréhensible » et « nécessaire », pour de ne pas parler de ses positions concernant le camarade Staline ou les révisionnistes en Yougoslavie.

Aujourd’hui, lorsque l’un des points les plus urgents de la discussion du MCI est précisément la question du Népal et la position sur les « accords de paix », le PCI (M) n’a pas pris une position claire.

Le document le plus récent indiquant la position du PCI (M) sur le Népal est de 2009, et même si elle condamne alors la ligne révisionniste au Népal, elle le fait en exprimant des positions qui jouent dans les mains de l’ennemi. Par exemple :

« La « lutte contre le dogmatisme » est devenu une expression à la mode parmi beaucoup de révolutionnaires maoïstes. Ils parlent de mettre au rebut des principes « périmés » de Lénine et de Mao et de développer le MLM dans les « nouvelles conditions » que l’on dit avoir fait leur apparition dans le monde du 21ème siècle.

Certains d’entre eux décrivent leurs efforts pour « enrichir et de développer » le MLM comme une nouvelle voie ou pensée, et si cela est d’abord décrit comme quelque chose confinée à la révolution dans leur pays concerné, cela assume inexorablement un « caractère universel » ou une « valeur universelle » dans un rien de temps.

Et dans cet exercice, les dirigeants individuels sont glorifiés et même déifiés dans la mesure où ils apparaissent infaillible. Une telle glorification n’aide pas dans le fonctionnement collectif des comités du Parti et le Parti dans son ensemble et les questions de ligne ne sont pratiquement jamais soulevés comme ils découlent d’un chef de file individuel infaillible.

Dans une telle situation, il est extrêmement difficile de la part du CC, pour ne pas parler des cadres, de lutter contre un grave écart dans la ligne idéologique-politique, ou dans la stratégie de base et les tactiques, même quand il est bien évident que cela va à l’encontre des intérêts de la révolution.

Le « culte de l’individu » promu dans le nom de voie et de pensée fournit un certain degré d’immunité à la déviation dans la ligne si elle émane de ce chef particulier. » (Lettre ouverte au Parti communiste unifié de du Népal (maoïste) du Parti communiste d’Inde (maoïste), 2009)

Ici, les camarades indiens prennent le rejet juste et correct de la ligne révisionniste au Népal comme un prétexte pour défendre la thèse écrasée d’Avakian, afin de rejeter également le principe de l’application créative du Maoïsme aux conditions de chaque pays, et de répéter l’ancienne thèse révisionniste du « culte de la personnalité », qui est un élément central de l’offensive contre-révolutionnaire de l’impérialisme dans le monde.

Et quand son caractère universel en tant que Maoïsme a été établi par le Président Gonzalo, les camarades indiens n’ont-ils pas considérer cela comme une erreur ? Quand il s’agit de la pensée Gonzalo, le PCP n’a jamais prétendu qu’elle ait un caractère universel. Il établit cependant qu’il contient des contributions universelles à l’idéologie universelle du prolétariat international, et le PCP a insisté et continue d’insister sur le fait de débattre de ces contributions avec les Parties à travers le monde, dans un débat ouvert et honnête, fondé sur des faits objectifs.

Le PCI (M) continue à éviter de discuter ces points, les rejetant complètement au lieu de cela à travers des déclarations généralisées, telles que ci-dessus.

En outre, alors que le PCI (M) ne semble apparemment pas rejeter la participation du parti népalais au parlement bourgeois, il considère toujours les « accords de paix » comme une méthode utile en Inde, et est apparemment pas disposé à défendre cette position dans une lutte de deux lignes au sein du MCI..

Des documents du PCI (M) et de ses représentants ont exprimé à plusieurs reprises la position selon laquelle leur violence révolutionnaire n’est qu’une question de « légitime défense », comme dans la déclaration suivante :

« Nous sommes prêts à discuter si le gouvernement retire ses forces. La violence ne fait pas partie de notre ordre du jour. Notre violence est de la contre-violence » (« Interview de Kishenji [Koteshwar Rao] sur la lutte armée, les pourparlers de paix et de la démocratie populaire », magazine Tehelka, 13 novembre 2009).

Cette position est partagée par les organismes de soutien dans d’autres pays, qui décrivent la lutte armée du peuple indien comme une simple auto-défense, évitant cependant de prendre position sur les questions de lutte de deux lignes lutte contre le révisionnisme (y compris le révisionnisme armé).

Bien que certaines déclarations du PCI (M) (comme la Lettre ouverte de 2009, citée ci-dessus) rejettent toutes les illusions démocratiques bourgeoises, il y a des déclarations plus récentes qui expriment une position différente, faisant appel à la bonne volonté démocratique supposée des classes dominantes et insistant sur des pourparlers de paix :

« Même selon les lois formulées par ces classes dirigeantes, les droits démocratiques s’appliqueraient à notre parti. Donc, l’interdiction de notre parti devrait être levé. L’interdiction de nos organisations de masse devraient être levées. D’absolue possibilités démocratiques devraient être créées pour la mobilisation de masse. C’est seulement dans des conditions où nous pourrions travailler démocratiquement, que nous pouvons aller de l’avant pour des discussions. » (Entretien avec le camarade Ganapathy, secrétaire général du Parti communiste de l’Inde (maoïste) : « Personne ne peut tuer les idées d’"Azad" ! Personne ne peut arrêter l’avancée de la Révolution ! », 2010)

Le PCP insiste sur le rejet ferme et le fait de démasquer toutes les illusions démocratiques bourgeoises, et sur la nécessité de prendre une position ferme pour la violence révolutionnaire, non pas foncièrement comme auto-défense, mais comme le moyen de détruire le vieil Etat et de construire le nouveau.

Oui, il est nécessaire et correcte de condamner que la bourgeoisie ne suive ses propres principes, c’est nécessaire et correcte pour défendre les droits démocratiques bourgeoises conquis par le peuple, et c’est nécessaire et correcte pour gérer les formes légales de lutte ainsi que les formes illégales - mais le premier et le principal point doit toujours être de rejeter complètement l’idée de la démocratie bourgeoise comme moyen de la révolution et de faire respecter le principe de la violence révolutionnaire, non pas comme un « dernier recours » ou une façon de mettre la pression sur la classe dirigeante , mais comme une partie fondamentale de la plus haute théorie militaire et de la stratégie du prolétariat international - la guerre populaire.

« Si la révolution exige la violence, l’autorité, la discipline, je suis pour la violence, pour l’autorité, pour la discipline. Je les accepte, en un seul bloc, avec toutes leurs horreurs, sans lâches réserves » (José Carlos Mariátegui, fondateur du Parti communiste du Pérou)

« Nous Marxistes-Léninistes-Maoïstes, pensée Gonzalo nous nous réaffirmons dans la violence révolutionnaire comme loi universelle pour prendre le pouvoir, et en ce qu’il s’agit du noyau dans le remplacement d’une classe par une autre.

Les révolutions démocratiques sont faites par la violence révolutionnaire, les révolutions socialistes sont faites avec la violence révolutionnaire, et faisant face à des restaurations que nous allons reprendre le pouvoir par la violence révolutionnaire et nous allons maintenir la poursuite de la révolution sous la dictature du prolétariat avec la violence révolutionnaire par les révolutions culturelles ; nous n’irons au communisme qu’avec la violence révolutionnaire et aussi longtemps que il y a un endroit sur Terre où l’exploitation existe, nous en finirons avec la violence révolutionnaire. » (Ligne internationale du PCP, 1988)

« Lénine a dit que Engels a fait le panégyrique de la violence révolutionnaire, c’est ce qui convient à un marxiste, à un révolutionnaire. Ce qui convient à un réactionnaire est de louer le pacifisme, la fausse paix des baïonnettes. Ce sont deux positions, dont chacune a sa paix et dont chacune gère sa guerre. Dans le monde il y a un empressement frénétique pour parler de la paix, de la pacification, du dialogue, un excès effréné des positions bourgeoises et petites-bourgeoises du pacifisme le plus vulgaire, un venin stupide pour empoisonner la classe, les masses. » (IIIème Plenum du Comité central, le document central, PCP 1992)

La question est alors, est-ce que les camarades indiens considèrent cette forme de pacifisme comme une forme de « tactique » pour attirer le soutien des groupes et individus petits-bourgeois et bourgeois ?

Si un tel soutien est basé sur des principes bourgeois plutôt que prolétariens, quel type de soutien cela serait-il ? Si les politiques d’un Parti communiste sont adaptés à des principes démocratiques bourgeois, et si ce Parti s’inquiète de respecter les « droits humains » bourgeois, de peur d’être étiqueté « terroriste » par la réaction, qu’est-ce que cela dit à propos de la ligne de ce Parti ?

Nous avons déjà vu comment le parti népalais a obtenu le soutien de toutes sortes de révisionnistes et une grande attention dans les médias réactionnaires internationaux - et plus ils ont fait d’accords de paix, plus ils ont vendu le sang du peuple népalais, plus qu’ils ont reçu une « attention positive. »

Dans ce cas, nous savons tous que cela n’avait rien à voir avec des « tactiques » comme Prachanda avait l’habitude de dire, mais tout à voir avec la trahison révisionniste. Jamais célèbre citation du Président Mao n’a été plus approprié :

« En ce qui nous concerne, qu’il s’agisse d’un individu, d’une armée, d’un parti ou d’une école, j’estime que l’absence d’attaque de l’ennemi contre nous est une mauvaise chose, car elle signifie nécessairement que nous faisons cause commune avec l’ennemi.

Si nous sommes attaqués par l’ennemi, c’est une bonne chose car cela prouve que nous avons établi une ligne de démarcation bien nette entre lui et nous.

Et si celui-ci nous attaque avec violence, nous peignant sous les couleurs les plus sombres et dénigrant tout ce que nous faisons, c’est encore mieux, car cela prouve non seulement que nous avons établi une ligne de démarcation nette entre l’ennemi et nous, mais encore que nous avons remporté des succès remarquables dans notre travail » (Être attaqué par l’ennemi est une bonne chose et non une mauvaise chose, 26 mai 1939)

Nous appelons les camarades indiens à exposer leur position clairement et fermement dans le débat ouvert. Nos critiques et nos questions ne sont pas, comme les nouveaux révisionnistes le prétendent parfois, une expression de « dogmatisme » ou de « nationalisme péruvien », mais elles sont en fait une expression ferme et honnête de notre soutien à la révolution indienne et notre défense des principes du prolétariat international.

Le PCP ne veux nullement imposer ses politiques à tout autre Parti. Le PCP rejette l’idée révisionniste « d’exporter la révolution », et soutient que le Parti Communiste dans chaque pays doit appliquer le maoïsme aux conditions concrètes de sa propre révolution.

Mais lorsque le PCP remarque qu’il y a un plan réactionnaire pour détourner l’attention de la révolution péruvienne (et diffuser la manipulation comme quoi il aurait été vaincu), il le fait parce qu’il comprend les motivations idéologiques et politiques qui sont derrière ce plan au niveau mondial, et parce qu’il sait que le plan impérialiste de « accords de paix » dans la pratique signifie plus de génocide, plus de répression et plus de misère pour le prolétariat et les peuples du monde.

La guerre contre-révolutionnaire, tous ses génocides et sa répression brutale, ne pourront jamais être arrêtés en faisant appel à l’empathie ou la moralité des réactionnaires, ou par le travail de charité ou de solidarité de petits-bourgeois bienfaiteurs dans les pays impérialistes - cela ne peut être arrêté qu’en se basant sur les masses les plus profondes et plus larges et en les forgeant dans la violence révolutionnaire, en développant la guerre populaire jusqu’au communisme.

Février 2012