Centre MLM de belgique

Le second congrès de l’Internationale Communiste - 1er partie : le succès dans la mise en place

Le second congrès de l’Internationale Communiste s’est tenu à Saint-Pétersbourg le 19 juillet, puis à Moscou du 23 juillet au 7 août 1920. C’était là concrétiser le mouvement lancé au premier congrès, ce que l’Internationale Communiste voyait comme un succès total, puisque l’objectif était la formation de Partis Communistes partout dans le monde, sur la base de la rupture avec la IIde Internationale, l’ancienne Internationale des forces social-démocrates, d’où viennent les bolcheviks russes eux-mêmes.

Sur ce point, une véritable dynamique était enclenchée et connaissait des succès. Dans les faits, l’Internationale Communiste se positionnait comme un véritable centre de gravité politique, vers lequel il fallait, d’une manière ou d’une autre, se tourner quand on était lié à la classe ouvrière.

Cela se lit dans une présence de délégués d’origine très variée.

Des délégués du second congrès, Lénine au premier plan

On a la Corée (1 délégué), la Turquie (3 délégués), le Mexique (2 délégués), la Yougoslavie (1 délégué), la Géorgie (5 délégués), le Danemark (2 délégués), la Belgique (1 délégué), la Chine (2 délégués consultatifs seulement), l’Inde (2 délégués consultatifs seulement), l’Italie (4 délégués ainsi que 5 délégués consultatifs seulement), l’Angleterre (6 délégués), les États-Unis (six délégués), la Pologne (1 délégué), l’Arménie (2 délégués), l’Azerbaïdjan (1 délégué), la Bulgarie (3 délégués), la Suède (2 délégués), l’Australie (2 délégués consultatifs seulement).

On a les Pays-Bas (2 délégués), l’Estonie (2 délégués), la Finlande (6 délégués ainsi que 2 délégués consultatifs seulement), l’Allemagne (6 délégués du KPD, 7 délégués consultatifs seulement de l’USPD), la France (5 délégués du Comité de la IIIe Internationale, ainsi que 2 délégués de la Jeunesse et 3 délégués consultatifs seulement), l’Irlande (5 délégués), la Lettonie (5 délégués), la Lituanie – Biélorussie (2 délégués), la Suisse (5 délégués), la Norvège (8 délégués).

On a l’Autriche (4 délégués), la Galicie orientale (3 délégués), la Perse (1 délégué ainsi que 2 délégués consultatifs seulement), l’Espagne (1 délégué), la Tchécoslovaquie (3 délégués, ainsi que 2 délégués consultatifs seulement), la Hongrie (4 délégués et 5 délégués consultatifs seulement), et enfin, bien sûr, la Russie (67 délégués et 4 consultatifs seulement).

C’est là un indéniable succès sur le plan international, comparé au premier congrès. Cela complique évidemment d’autant plus les modalités des votes effectués.

Concrètement, cela donne 167 délégués pouvant voter, 51 dont l’expression n’est que consultative.

Des 167 voix, 124 relèvent de Partis Communistes déjà constitués et 12 d’organisations de jeunesse, soit 31 de structures seulement proches ou très proches du communisme.