Centre MLM de belgique

Le boson de Higgs comme particule de Dieu, bloc constituant de l’univers : une conception mystique de la bourgeoisie

« Le monde est infini. Dans à la fois le temps et l’espace, le monde est infini et inépuisable. Au-delà de notre système solaire sont de nombreuses étoiles qui, ensemble, forment la Voie Lactée.

Au-delà de cette galaxie sont de nombreuses autres galaxies. Considéré globalement l’univers est infini, considérée étroitement, l’univers est également infini. Non seulement l’atome est divisible, mais c’est aussi le cas du noyau atomique et cela peut être divisé à l’infini.

Tchouang-tseu dit : ’On peut enlever la moitié d’un marteau mesure un pied de long par jour, mais il n’y aura toujours pas de fin à cela, même après dix mille générations’. »
(Mao Zedong, Discussion sur l’article de Sakata, 24 août 1964)

L’Univers est infini et éternel, il doit être compris comme un oignon, avec des couches infinies. Cette conception de la nature infinie de l’Univers a été bien comprise par les premiers matérialistes, en particulier ceux de la falsafa arabo-persane.

Mais ce qui était logique pour quelqu’un comme le grand Averroès, n’est pas logique pour la bourgeoisie. Ce que la bourgeoisie pensait à son début n’est plus ce qu’elle pense aujourd’hui ; le matérialisme du début a disparu depuis longtemps, l’existence d’Averroès n’est plus connue que par quelques-uns.

La bourgeoisie est tout à fait réaction, et joue avec l’accumulation des forces productives de façon irrationnelle. Dans tous les domaines de la science, la bourgeoisie est réactionnaire ; toutes les conceptions dominantes doivent être mises de côté, toutes.

Nous avons déjà vu comment la bourgeoisie tente de gérer toutes les forces productives par le biais des statistiques. Génétique, physique, économie ... La bourgeoisie ne comprend rien, alors elle dit que cela n’est pas compréhensible, mais utile à travers la connaissance de statistiques.

Néanmoins, cette fois, la question du boson de Higgs est une autre question. Ce à quoi nous sommes confrontés, c’est l’aspect de l’étroitesse d’esprit de la bourgeoisie.

La bourgeoisie « raisonne » avec un « commencement » et une « fin. » C’est la manière avec laquelle la bourgeoisie a besoin de la conception du « big bang », conception qui chaque jour est davantage proche de la conception religieuse monothéiste de la « création » du monde.

Pour nous, communistes, la création est quelque chose qui n’est pas possible. Seule la production existe, grâce à la production, la symbiose, le saut qualitatif.

Mais pour la bourgeoisie, il doit y avoir un début. C’est le seul moyen d’expliquer comment elle est apparue en tant que classe ; s’il y avait une transformation dans l’univers, alors la bourgeoisie ne serait que relative (c’est-à-dire liée à une certaine période de développement des forces productives).

En fait, la bourgeoisie est en train « d’inventer » une conception atomique. Un « atome » signifie en grec « quelque chose d’incassable », c’est-à-dire le plus petit élément de l’univers.

Pour nous, il n’y a pas de « plus petit » élément de l’univers, parce qu’un devient deux, et cela ne finit jamais ; l’univers est infini, il n’ y a aucune limite.

Voici alors le boson de Higgs. La conception bourgeoise est la suivante : les atomes sont sécables. Ils sont composés de particules subatomiques – des particules élémentaires et des particules composites.

Le boson de Higgs est une des particules élémentaires. Comme toutes les particules élémentaires, elle est considérée par la bourgeoisie comme n’ayant pas de sous-structures – cela signifie qu’elles seraient les éléments primordiaux de la « naissance » de l’Univers.

Nous, communistes, rejetons totalement cette conception ; il n’y a pas de blocs constitutifs et il n’y a pas eu de naissance à l’Univers.

C’est pourquoi la bourgeoisie a absolument besoin d’un « élément primordial » : pour « prouver », à n’importe quel prix, qu’elle a raison, que sa vision du monde est la bonne.

Le prix est de fait en effet de 5,2 milliards d’euros, utilisés pour construire un « Large Hadron Collider » en Suisse. Il consiste en un tunnel de 27 km de circonférence circulaire, situé à 100 mètres sous terre, pour l’étude des collisions de particules.

Cette structure est gérée par l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), qui a annoncé hier une « étape importante dans la compréhension de la nature » avec la « preuve » de l’existence du boson de Higgs.

Pourquoi cela ? N’est-ce pas simplement une particule subatomique de plus ? Ce n’est pas seulement cela. Le boson de Higgs est un élément clé de toute une construction idéaliste faite par la bourgeoisie, construction appelée le « Modèle Standard. »

Le boson de Higgs n’est pas seulement ici « une autre » particule subatomique, il est dit que ce serait la preuve du « champ de Higgs ».

Le rôle de ce champ fait que les commentateurs bourgeois appellent le boson de Higgs la « particule de Dieu. » Voyons pourquoi.

Dans les conceptions bourgeoises que nous avons ici, un Big Bang s’est produit il y a 13,7 milliards d’années et a créé des « champs ». Un de ces champs omniprésents est appelé le « champ de Higgs ». Son rôle : donner la masse à quelque chose qui n’a pas de masse.

Le champ est partout et les particules élémentaires sont en interaction avec le champ, qui les « freine » et leur donne une masse. Dans ce processus, il y a une « sous-produit » : le boson de Higgs. Cela signifie que le « boson de Higgs » apporte la masse, il est comme une « particule de Dieu », car il apporte quelque chose « créé » par le champ.

Dans cette théorie, le monde existe matériellement par le « champ de Higgs ».
D’où vient ce champ, selon la bourgeoisie ? Du Big Bang, bien sûr. Le Big Bang est conçu comme un point extrêmement petit en expansion dans des voies très rapides ; le processus de vide est de l’énergie, porté par le champ.

Bien sûr, lorsque le processus « d’expansion » », « d’inflation » de l’Univers est fini, c’est parce que l’énergie du vide a été éteint. Ici, le « champ de Higgs » ne serait plus actif (à part pour maintenir l’Univers matériel), ce qui signifie que l’Univers est « terminé » en taille, mais bien sûr aussi qu’il y a quelque chose d’autre !

Ici, nous arrivons à l’endroit même où la bourgeoisie est totalement incapable de comprendre le monde. La bourgeoisie ne peut pas voir qu’elle arrive à une autre « couche » de l’Univers comme un oignon.

Pour bien le comprendre, nous allons voir comment Shoichi Sakata explique cela, en Juin 1947, dans l’article « Physique Théorique et dialectique de la nature  », fondé sur la dialectique de la nature de Friedrich Engels :

« D’abord, mentionnons brièvement le caractère fondamental de la dialectique de la nature, « la logique de la nature » – tiré de la vue dialectique de la nature fondée sur la totalité des résultats de la science moderne.

Tout d’abord, « il est nécessaire de comprendre que la nature n’est en aucun cas une collection accidentelle d’objets et des phénomènes qui sont mutuellement séparés, isolés et indépendants, elle consiste en une seule une seule chose qui est mutuellement liée, dépendante, restrictive et connectée.

Le tout de la nature, du plus petit élément au plus grand, a son existence dans le mouvement venant à l’existence et la disparition éternels en flux incessant, en inlassable mouvement et changement. »

Deuxièmement, les lois sur le développement et le mouvement de la nature ont la même forme que ceux trouvés par Hegel comme lois sur le développement de la pensée.

À savoir : « a loi de la transformation de la quantité en qualité, et vice versa ; la loi de l’interpénétration des contraires, la loi de la négation de la négation », etc
Laissez-nous expliquer cela d’une manière un peu plus concrète.

« La science actuelle a trouvé que dans la nature, il existe deux différents « niveaux » qualitatifs – la forme du mouvement, par exemple, une série de niveaux comme particules élémentaires – noyaux – atomes – molécules – masses – corps célestes – nébuleuses.

Ces niveaux forment des points nodaux variés qui restreignent les différents modes qualitatifs de l’existence de la matière en général.

Et ainsi ils ne sont simplement reliés de manière directe comme décrit ci-dessus.
Les « niveaux » sont également connectés dans une direction comme molécules – colloïdes – cellules – organes – individus – sociétés.

Même dans les masses semblables, il existe des « niveaux » d’états correspondant aux solides – liquides – gazeux.

Dit de manière métaphorique, ces circonstances peuvent être décrites comme ayant une sorte de structure multi-dimensionnelle du type d’un filet de pêche, ou plutôt serait-il mieux de dire qu’ils ont une structure du type des oignons, en phases successives.

Ces niveaux ne sont en rien isolés mutuellement et indépendants, mais sont connectés mutuellement, dépendant et constamment « transformés » les uns en les autres.

Un atome, par exemple, est construit à partir des particules élémentaires et une molécule est construite à partir d’atomes et, inversement, peut être fait la décomposition d’une molécule en atomes, d’un atome en particules élémentaires.
Ces types de transformation arrivent constamment, avec la création d’une nouvelle qualité et la destruction des autres, dans des changements incessants. »

Même les particules élémentaires, qui ont été considérées comme les plus simples et les constituants ultimes de la matière, n’ont plus le caractère métaphysique de l’atome éternellement invariable, comme postulé par Démocrite.

Par exemple, un méson produit dans l’atmosphère par les rayons cosmiques se transforme en un électron et un neutrino avec une vie aussi courte de 2 x 10-6 secondes.

Ces types de transformations entre les différents « niveaux », la création de nouvelles qualités et leurs destructions éventuelles, obéissent à « la loi de Hegel. » Certains physiciens peuvent s’opposer à la déclaration ci-dessus avec l’affirmation : « La loi pour la construction d’atomes est la mécanique quantique, alors que celle régissant le système solaire est la mécanique newtonienne. »

Ce qui est tout à fait juste, chaque niveau est régi par une loi inhérente à celles respectives. Justement pour cette raison, on a besoin des sciences individuelles.
C’est la « dialectique », cependant, que l’on trouve couramment en tant que loi universelle dans « la mécanique quantique, la mécanique newtonienne, la loi de l’évolution des organismes vivants, la loi de l’évolution des sociétés » et même dans « la loi de développement de la pensée. ».

Par conséquent, cela peut être considéré comme « la logique de la nature ».
Compte tenu de ce fait, la mécanique quantique, la mécanique newtonienne, et toutes les sciences ne peuvent être comprises que par la logique de la dialectique. La confusion provoquée par l’interprétation de la mécanique quantique a eu son origine principale dans le fait que les physiciens n’ont pas la logique de la dialectique. »

samedi 7 juillet 2012


Matérialisme dialectique