Centre MLM de belgique

Le XIXe congrès du PCUS(b) - 9e partie : la transformation de la définition du Parti

Le XIXe congrès du PCUS(b) entérine un changement fondamental dans la définition du Parti. Auparavant, celui-ci était défini comme étant :

« l’avant-garde organisée de la classe ouvrière de l’U.R.S.S., la forme suprême de son organisation »

Or, il y a désormais la considération que le socialisme a définitivement triomphé en Union Soviétique. La Constitution de 1936 posait d’ailleurs déjà l’égalité de vote entre ouvriers et paysans – alors qu’auparavant les villes avaient davantage d’élus – ainsi que d’ailleurs un droit de vote désormais général et anonyme, sans assemblées populaires ni liste importante de couches sociales exclues (anciens bourgeois, réactionnaires, etc.).

Cette lecture unilatérale selon laquelle le socialisme serait généralisé en tant que tel atteint la définition même du Parti. Le XIXe congrès lui accorde la définition suivante désormais :

« une libre union de combat des communistes, animés d’un même idéal, qui groupe les hommes de la classe ouvrière, de la paysannerie et de l’intelligentsia laborieuse »

Il y a bien entendu la conception, à l’arrière-plan, comme quoi la différenciation entre ouvriers, paysans et intellectuels irait en s’amenuisant. Le XIXe congrès mentionne d’ailleurs la volonté de renforcer la dimension polytechnique de l’enseignement, afin que les citoyens soviétiques puissent ne pas se voir toute leur vie limitée à un seul type d’emploi.

Et dans Les problèmes économiques du socialisme en URSS, publié juste avant le congrès, il y a justement un chapitre intitulé : « De la suppression de l’opposition entre la ville et la campagne,entre le travail intellectuel et le travail manuel, et de la liquidation des différences entre eux »

On y lit notamment :

« Tout cela signifie que le terrain propice à l’opposition entre la ville et la campagne, entre l’industrie et l’agriculture est d’ores et déjà liquidé par notre régime socialiste actuel.

Cela ne veut point dire, bien entendu, que la suppression de l’opposition entre la ville et la campagne doive amener la mort des grandes villes (voir Engels : Anti-Dühring).

Non seulement les grandes villes ne périront pas, mais il en surgira encore de nouvelles, qui seront des centres de grande culture intellectuelle, centres non seulement de la grande industrie, mais aussi de la transformation des produits agricoles et d’un puissant développement de toutes les branches de l’industrie alimentaire.

C’est ce qui contribuera à l’épanouissement culturel du pays et conduira au nivellement des conditions d’existence dans les villes et les campagnes. Il en va de même de la suppression de l’opposition entre le travail intellectuel et manuel. C’est là aussi un problème connu, depuis longtemps posé par Marx et Engels. »

Or, le souci est que ces grandes villes n’existent pas encore et que l’agriculture est encore arriérée, même si les forces productives vont en se développant. Il y a ici une profonde surestimation de la situation, une anticipation unilatérale de ce qui va arriver, au sens où il est considéré que la tendance est irrépressible et que cela étant, on peut partir du principe que c’est acquis.

Cela est d’autant plus étrange que dans le même ouvrage, on trouve une critique de Staline exposant justement le danger de heurts dans le développement des forces productives dans le socialisme, jusqu’à l’antagonisme :

« Le camarade Iarochenko se trompe quand il soutient que sous le socialisme il n’existe aucune contradiction entre les rapports de production et les forces productives de la société.

Certes, nos rapports de production connaissent actuellement une période où ils correspondent pleinement à la croissance des forces productives et les fait progresser à pas de géant.

Mais ce serait une erreur de se tranquilliser et de croire qu’il n’existe aucune contradiction entre nos forces productives et les rapports de production.

Des contradictions, il y en a et il y en aura certainement, puisque le développement des rapports de production retarde et retardera sur le développement des forces productives.

Si les organismes dirigeants appliquent une politique juste, ces contradictions ne peuvent dégénérer en antagonisme, et elles n’aboutiront pas à un conflit entre les rapports de production et les forces productives de la société.

Il en ira autrement si nous faisons une politique erronée comme celle que recommande le camarade Iarochenko. Un conflit sera alors inévitable, et nos rapports de production peuvent devenir une très sérieuse entrave au développement des forces productives. »

Le souci est ici que Staline considère qu’il s’agit simplement d’une question de gestion adéquate. Les forces productives l’emportant sur les rapports de production, il suffit de résorber l’espace entre les deux. Or, c’est là oublier la contradiction entre les forces productives et le communisme, ce dernier exigeant un haut niveau des premières.

De fait, l’erreur de Staline est de considérer que le socialisme est une étape terminée. La thèse du socialisme dans un seul pays était juste ; la thèse du communisme dans un seul pays connaissant les conditions d’alors de l’URSS ne l’était pas.

lundi 14 octobre 2019


Le XIXe congrès du PCUS(b)