Centre MLM de belgique

Le XIXe congrès du PCUS(b) - 7e partie : le camp de la paix

La contre-tendance à la guerre au sein des pays capitalistes ne peut être saisie que si l’on voit la définition qu’accorde le XIXe congrès au camp démocratique, au camp de la paix.

Le Rapport du Comité central du PCUS (B) effectué par Gueorgui Malenkov expose les choses suivantes :

« Les États-Unis et l’Angleterre avec la France, ayant soumis l’URSS, la Chine et les pays démocratiques populaires européens à un « blocus » économique, ont pensé les étrangler.

En réalité, il ne s’agit pas d’une strangulation, mais du renforcement d’un nouveau marché démocratique mondial.

Ainsi, les impérialistes portèrent gravement atteinte à leurs propres exportations et intensifièrent encore la contradiction entre les capacités de production de leur industrie et les possibilités de commercialisation de ses produits (…).

En poursuivant sa politique de paix, l’Union soviétique est totalement unanime avec les autres États démocratiques épris de paix représentés par la République populaire de Chine, la Pologne, la Roumanie, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Bulgarie, l’Albanie, la République démocratique allemande, la République populaire démocratique de Corée et la République populaire mongole.

Les relations de l’URSS avec ces pays sont un exemple de relations complètement nouvelles entre des États, jamais rencontrées auparavant.

Elle sont construites sur la base de l’égalité, de la coopération économique et du respect de l’indépendance nationale. Fidèle aux accords d’assistance mutuelle, l’URSS continuera d’apporter son aide et son appui au renforcement et au développement de ces pays. (Applaudissements tempétueux).

Nous sommes confiants que dans une compétition pacifique avec le capitalisme, le système économique socialiste démontrera de plus en plus clairement sa supériorité sur le système économique capitaliste.

Mais nous n’allons pas imposer notre idéologie ou notre système économique à qui que ce soit.

« L’exportation de la révolution est un non-sens. Chaque pays, s’il le souhaite, fera sa propre révolution et s’il ne le souhaite pas, il n’y aura pas de révolution », déclare le camarade Staline.

L’Union soviétique, qui poursuit constamment sa politique de coopération pacifique avec tous les pays, prend en même temps en compte la menace d’une nouvelle agression de la part des présumés incendiaires de la guerre. Par conséquent, il renforce et renforcera ses défenses (…).

On ne peut pas ignorer les faits du passé. Mais ces faits indiquent qu’à la suite de la Première Guerre mondiale, la Russie s’est retirée du système capitaliste et que, à la suite de la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de pays d’Europe et d’Asie se sont éloignés du système capitaliste.

Il y a tout lieu de croire que la troisième guerre mondiale provoquera l’effondrement du système capitaliste mondial. (Applaudissements prolongés)

C’est, pour ainsi dire, la perspective d’une guerre et ses conséquences, si elle est imposée aux peuples par les incendiaires de la guerre, par les agresseurs.

Mais il existe une autre perspective, la perspective du maintien de la paix, la perspective de la paix entre les nations.

Cette perspective nécessite une interdiction de la propagande de guerre selon le décret des Nations unies, une interdiction des armes atomiques et bactériologiques, une réduction conséquente des forces armées des grandes puissances, la conclusion d’un pacte de paix entre les puissances, l’expansion du commerce entre pays, la restauration d’un marché international unique et d’autres événements similaires dans un esprit de consolidation de la paix.

L’application de ces mesures renforcera la paix, débarrassera les peuples de la peur de la menace de guerre, mettra un terme aux dépenses inouïes en ressources matérielles pour les armes et préparera une guerre d’extermination, et permettra de les transformer au profit des peuples.

L’Union soviétique est favorable à la mise en œuvre de ces mesures, à la perspective de la paix entre les peuples. »

On a exactement le même système d’équilibre entre deux thèses que pour l’évaluation des pays capitalistes. D’un côté il y a une tendance à la guerre – que Staline considère comme inéluctable, dans Les problèmes économiques du socialisme, ouvrage paru justement à l’occasion du XIX congrès. De l’autre, il y a la tendance prenant en compte un capitalisme qui serait « rationnel » et qu’on pourrait pousser dans le bon sens, ce qui est la thèse d’Eugen Varga, qui a provoqué la grande crise idéologique de l’après-guerre.