Centre MLM de belgique

Le XIXe congrès du PCUS(b) - 6e partie : le XIXe congrès et la guerre impérialiste

La thèse des deux camps, clef du XIXe congrès, ne peut pas être interprétée correctement sans voir quelle analyse est faite de l’impérialisme. Dans Les problèmes économiques du socialisme en URSS, Staline démonte clairement les thèses d’Eugen Varga au sujet d’un capitalisme qui serait organisé, capitalisme monopoliste d’État, et rappelle que le capitalisme implique la guerre.

Que dit le Rapport du Comité central du PCUS (B) effectué par Gueorgui Malenkov ?

Il est déjà souligné que l’impérialisme américain est dorénavant le chef de file des pays impérialistes, qu’il écrase même les autres pays capitalistes :

« L’impérialisme américain apparaît maintenant non seulement comme un exploiteur et un esclavagiste international de peuples, mais aussi comme une force désorganisant les économies d’autres pays capitalistes.

Profitant de l’affaiblissement de ses concurrents, le capital monopoliste américain s’est emparé après la guerre d’une part importante du marché capitaliste mondial.

Il détruit les liens économiques multilatéraux historiquement établis entre les pays capitalistes et les remplace par les liens unilatéraux de ces pays avec les États-Unis.

Imposant leurs exportations par le biais du dumping le plus éhonté et en protégeant leur marché intérieur des importations de biens étrangers, le peuple américain suffoquant des prix élevés, les monopoles américains bouleversent de plus en plus le marché capitaliste mondial.

Une telle politique économique de l’impérialisme américain ne pouvait qu’aggraver les contradictions entre les États-Unis et les autres États capitalistes. Les principales sont les contradictions entre les États-Unis et l’Angleterre (…).

Les cercles dirigeants de la France, de l’Italie, de l’Angleterre, de l’Allemagne de l’Ouest et du Japon se sont attachés au char de l’impérialisme américain, abandonnant leur politique étrangère nationale et indépendante. »

Le bellicisme américain est cependant contrecarré par les forces soutenant le camp démocratique dans les pays capitalistes eux-mêmes :

« Face à la menace croissante de la guerre, un mouvement national de défense de la paix se développe, une coalition anti-guerre de différentes classes et couches sociales est créée dans le but de mettre fin aux tensions internationales et de prévenir une nouvelle guerre mondiale.

Les incendiaires ne sont pas en mesure de faire de ce mouvement non partisan, pacifique et démocratique un parti soi-disant communiste.

Le fait que 500 millions de signatures aient été faites dans le cadre de l’appel de Stockholm et que plus de 600 millions de personnes aient réclamé la conclusion d’un pacte de paix entre les cinq grandes puissances constitue la meilleure réfutation de cette déclaration des incendiaires bellicistes et est une indication de l’ampleur colossale de ce mouvement démocratique et non partisan de défense de la paix.

Ce mouvement pacifique ne poursuit pas l’objectif de l’élimination du capitalisme, car il n’est pas socialiste, mais un mouvement démocratique de centaines de millions de personnes.

Les partisans de la paix ont formulé de telles demandes et propositions qui devraient contribuer à préserver la paix et à prévenir une nouvelle guerre. Atteindre cet objectif serait, dans les conditions historiques modernes, une grande victoire pour la cause de la démocratie et de la paix (…).

Il s’agit maintenant d’augmenter encore l’activité des masses, de renforcer l’organisation des partisans de la paix, de dénoncer inlassablement les incendiaires de la guerre et de les empêcher de mentir aux nations.

C’est la tâche principale de toute l’humanité progressiste et pacifique que de réprimer et d’isoler les aventuriers du camp des agresseurs impérialistes qui cherchent à entraîner les peuples dans un massacre sanglant pour en tirer profit. »

Il est très clair que cette thèse est un compromis entre les partisans de la thèse de Staline sur le caractère inéluctable des guerres dans le capitalisme et les partisans d’Eugen Varga comme quoi le capitalisme a désormais atteint un stade organisé, rationnel.

D’un côté, il est expliqué que l’impérialisme américain est belliciste, de l’autre qu’il existe une contre-tendance suffisamment puissante. On est dans la présentation d’un équilibre qui, par manque d’analyse prospective, laisse beaucoup d’espace aux interprétations. Cela est d’autant plus vrai que cela s’accompagne d’une lecture particulière du camp de la paix et de l’URSS elle-même.