Centre MLM de belgique

La zone géopolitique Europe – Méditerranée – Moyen-Orient - 1992

Par des prisonniers de BR-PCC

[La zone géopolitique Europe - Méditerranée - Moyen-Orient fait partie d’un document de procès fourni en 1992 à la Xème chambre correctionnel du tribunal de Paris par les militants des Brigades Rouges pour la construction du parti communiste combattant Simonetta Giorgeri et Carla Vendetti et les militants révolutionnaires Nicola Bortone et Gino Giunti.

Ce document, paru en tant que cahier "front" sous le nom de "paroles brigadistes", retrace toute l’idéologie des BR-PCC]


En même temps que le processus de cohésion européenne, une autre ligne directrice des interventions impérialistes existe - sur les plans politique, diplomatique et militaire - à savoir celle visant à la " normalisation " de la région méditerranéenne/moyenne-orientale.

Pour comprendre les conséquences de ce plan, il est nécessaire de bien situer notre zone géopolitique et les dynamiques qui la concernent.

Pour des raisons historiques, économiques et politico-géographiques, dans notre zone géopolitique - définie par les brigades rouges comme " européenne - méditerranéenne - moyenne-orientale " - se croisent et convergent tous les plans de contradiction fondamentaux typiques de cette époque historique : la contradiction principale prolétariat/bourgeoisie par rapport à l’Europe occidentale ;

la contradiction est/ouest, dominante dans les relations internationales et qui, dans cette zone, a son flanc le plus sensible car il s’agit d’une " zone frontière " sur laquelle font pression les interventions politico-militaires impérialistes visant à la redéfinition des équilibres d’après-guerre ;

et, finalement, la contradiction nord/sud qui définit la nature des relations établies par l’impérialisme avec la périphérie du système, et qui dans cette partie du monde est caractérisée par l’existence d’un contact direct entre les pays dépendants et, notamment, l’Europe occidentale. Raison pour laquelle la bande méditerranéenne - moyenne-orientale est pour l’Europe une zone d’influence " naturelle " sur laquelle elle a toujours essayé de mettre la main, en nourrissant par-là les conflits et les poussées centrifuges qui s’échappent de la dictée économique et politique capitaliste.

En conséquence la zone en question, catalyseur des mouvements de contradictions, se présente comme un ensemble organique où il y a interaction entre chaque intervention menée sur un plan de contradiction et les autres plans, en entraînant les dynamiques qui s’y produisent.

Par rapport à l’activité révolutionnaire dans le centre, cela implique que l’affaiblissement et la réduction du pouvoir impérialiste, qui sont nécessaires au développement des ruptures révolutionnaires, doivent être poursuivis en se référant à cette zone géopolitique toute entière, et aux politiques de l’impérialisme qui s’y caractérisent comme étant dominantes (dans une conjoncture internationale donnée) dans l’ensemble de la stratégie impérialiste.

En même temps, et en conséquence, se dessinent avec clarté les termes concrets de l’internationalisme prolétarien dans la phase historique actuelle, c’est-à-dire les caractères et les lignes directrices d’une politique d’alliance finalisée au développement des processus révolutionnaires dans chaque Etat.

En particulier, la région méditerranéenne - moyenne-orientale présente des spécificités à caractère historique et politico-géographique qui, depuis plus de 40 années, font d’elle la " zone de crise maximale du monde ", par rapport aux autres zones de crise existant dans la périphérie - des zones où la présence-pénétration économique impérialiste est le vecteur premier des conflits et de l’instabilité qui amorce les contradictions et nourrit les luttes pour l’autodétermination nationale et les processus révolutionnaires de libération.

Comme facteur fondamental qui la caractérise spécifiquement, il faut mettre en évidence tout d’abord que cette région, située géographiquement comme frontière entre les deux blocs, n’a pas fait l’objet d’une redéfinition dans les accords de Yalta après le deuxième conflit mondial (contrairement par exemple à l’Europe), et ceci pour des raisons historiques et politiques, surtout à cause des mouvements de décolonisation et d’émancipation nationale en cours ; raison pour laquelle la ligne de démarcation entre l’est et l’ouest dans cette zone s’est tout de suite caractérisée comme très instable et fluide.

D’autre part, toujours en raison de sa position géographique qui en fait le point de rencontre entre trois continents, la région méditerranéenne - moyenne-orientale revêt un caractère stratégique également par rapport aux routes et aux passages qui la sillonnent, et en assumer le contrôle a une valeur particulière pour l’impérialisme.

Finalement, la présence de sources énergétiques a également un poids dans la définition de sa spécificité, et donc de l’exigence qu’a l’impérialisme de l’engloutir et de la stabiliser sous son influence directe.

D’autre part, cette zone est elle-même une source d’instabilité profonde, de conflits et de poussées révolutionnaires qui se nourrissent le long de la ligne directrice de contradiction nord/sud.

Les rapports capitalistes ont pénétré depuis longtemps la région, en instaurant les liens de dépendance typiques, finalisés au développement inégal de l’impérialisme, en refusant à ces peuples toute possibilité de réussite économique et d’autonomie politique.

La subordination aux technologies des centres impérialistes et l’échange inégal des matières premières sont les bases de ces rapports ; l’endettement et la soumission aux lois du marché capitaliste se sont substitués aux protectorats de l’époque coloniale, en étouffant l’économie de la région par le chaud et le froid des prêts et des ouvertures-fermetures des marchés, pilotés ad hoc dans des buts également politiques - à savoir pour " ramener à la raison " les pays de la zone qui refusent de se plier à la logique de l’impérialisme, ou qui essaient d’en sortir.

Ici aussi, comme dans tous les pays dépendants de la périphérie, si le colonialisme trouvait sa raison d’être essentiellement dans le vol des matières premières et des ressources, l’impérialisme de son côté impose sa domination par le privilège et le monopole de l’exploitation industrielle, au niveau de développement inégal nécessaire à ce stade économique.

Ce cadre de relations typiques du rapport nord/sud, développement/sous-développement, n’est toutefois pas escompté ni pacifique dans cette région, puisqu’il se heurte depuis toujours à la forte résistance du peuple arabe.

Même si l’on considére seulement les quarante dernières années de l’histoire de cette région tourmentée (qui toutefois est depuis longtemps soumise à des divisions arbitraires visant à en favoriser le contrôle, et partagée d’une manière qui varie suivant les différentes phases, équilibres et alliances internationales, entre les USA, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie, etc.), les divers protectorats et rois-fantoches, instaurés après la seconde guerre mondiale par la France, les USA et la Grande-Bretagne, se sont révélés incapables de garantir le contrôle stable de cette région pour les intérêts stratégiques des pays impérialistes, étant donné la poussée des révoltes et des révolutions à caractère national et/ou islamique :

de la Libye à l’Algérie, de l’Irak au Liban, de l’Iran à l’Egypte, de la Syrie au peuple palestinien.., le refus des masses arabes de se soumettre à la dictée de l’ordre économique, politique et militaire impérialiste saute aux yeux, ainsi que le caractère hautement dynamique de ses équilibres, alliances et rapports de force.

Le seul véritable point de force pour l’impérialisme, l’avant-poste politico-militaire de ses intérêts stratégiques dans la zone, est " l’Etat " sioniste, " inventé " exprès en 1948 en Palestine, en entérinant par la force l’expropriation impérialiste-sioniste de la terre palestinienne.

Cet acte de force est seulement le premier d’une longue série de coups de force, de pressions, d’interventions de toute sorte et à tous les niveaux, visant à élargir et à stabiliser la présence et l’influence de l’impérialisme.

En quarante ans de tentatives de pénétration et de stabilisation, l’ordre impérialiste s’est sans cesse et inévitablement heurté aux poussées de signes contraires, aux mouvements et aux processus révolutionnaires irréductiblement anti-impérialistes animés par la légitime aspiration à l’auto-détermination nationale.

Première parmi toutes se place la lutte du peuple palestinien, une véritable guerre populaire de libération nationale qui - à côté de la révolution algérienne et du mouvement nassérien notamment - a donné de la substance à la qualité du patrimoine politique et révolutionnaire qui est dans son ensemble propre aux masses arabes.

Une reconnaissance due à son activité incessante contre l’invasion impérialiste-sioniste (activité de masse et d’avant-garde combattante).

Des années d’expérience, de lutte et de combat, de résistance, de guerre et de révolution, ont enraciné une forte conscience anti-impérialiste, du fait de la confrontation continuelle et constante avec la stratégie de l’impérialisme qui, dans cette région, prend obligatoirement une marque contre-révolutionnaire claire et explicite.

La contre-révolution impérialiste est ici déployée afin de contenir les conflits et de " normaliser " la région, en œuvrant parallèlement pour empêcher la réalisation de l’unité du peuple arabe (dans les formes et les modalités qui lui sont propres) par des interventions déstabilisantes contre les pays arabes qui s’opposent aux projets impérialistes.

Ces contradictions typiques du rapport nord/sud, exacerbées dans cette région à cause de ses spécificités, s’entrecroisent avec le plan de contradiction est/ouest, dominant les relations internationales, et subissent son influence d’une manière particulière. Le poids des équilibres politiques et de force entre les deux blocs est ici directement proportionnel au caractère stratégique de la région, et la redéfinition, du côté impérialiste, de ces équilibres, passe aussi par la stabilisation de l’ordre qu’il impose dans la zone et par la " normisation " des conflits qui s’y produisent.

C’est-à-dire que les interventions impérialistes dans cette région visent surtout à établir des positions de force en faveur des intérêts stratégiques politico-militaires de l’impérialisme ; la stabilisation et la réorganisation des rapports de dépendance des pays du Maghreb et du Moyen-orient sont dirigées dans le but de modifier à l’avantage de l’impérialisme les rapports de force internationaux, non seulement sur la ligne directrice nord/sud, mais surtout dans le cadre du bipolarisme.

Les temps et les modalités de ces interventions sont donc rythmés et influencés par des facteurs objectifs et subjectifs : par l’approfondissement de la crise économique qui est à la base de la progression de la tendance à la guerre et donc de l’exigence d’une réorganisation mondiale de la division du travail et des marchés ; ainsi que par l’évolution du cadre historique, politique et militaire sorti de la seconde guerre mondiale, c’est-à-dire par les modifications dans les équilibres est/ouest.

Dans ce contexte, il est possible de lire les diverses formes de l’intervention impérialiste et de les situer dans l’ensemble de sa stratégie.

Une intervention globale qui a vu, au cours de la deuxième moitié des années 80, succéder aux coups de force militaires US une intense activité politico-diplomatique, spécifiquement européenne et facilitée par ses plus grandes marges de manœuvre dans la mise en œuvre des opérations de " rapiéçage " des déchirures engendrées par la " politique des canonniers " ; en poursuivant ainsi, par des étapes successives et dans un processus non linéaire, l’objectif qui est de modifier les positions des pays arabes dans un sens pro-occidental.

Parallèlement à ces opérations de division - cooptation des Etats de la région (et aussi en s’appuyant sur les résultats obtenus par des pressions et des coups de force sur ce terrain) se multipliaient les tentatives politico-diplomatiques pour résoudre la " question palestinienne ", avec d’une part la tentative de rompre la cohésion du peuple palestinien, de façon à isoler et affaiblir ses positions les plus radicalement anti-impérialistes et antisionistes, et visant ainsi à aboutir à une solution adaptée et utile aux intérêts de l’impérialisme (autonomie administrative des territoires) ;

d’autre part la pression militaire de l’activité sioniste en Cisjordanie et à Gaza, le terrorisme sioniste pratiqué sur une grande échelle contre un peuple tout entier (et non seulement dans les territoires occupés mais aussi dans le Sud du Liban) était le contrepoids aux manœuvres politico-diplomatiques, montrant l’évidence qu’il n’existe pas pour l’impérialisme de solution qui ne se traduise pas de fait par le renforcement du poids politico-militaire de l’impérialisme dans la zone.

Mais, à la fin des années 80, il était déjà clair que les plans américano-sionistes avaient encore une fois lamentablement coulé, se heurtant au refus, du peuple palestinien en premier lieu, de se résigner à la présence et au diktat impérialiste.

La résistance et le caractère indomptablement révolutionnaire de ce peuple ont mené à l’impasse les perspectives d’une "normalisation pacifique " et capitularde du conflit.

En conséquence, pour le moment la tentative de faire jouer à l’entité sioniste un rôle autre qu’essentiellement militaire a également échoué, un rôle qui la placerait au centre d’un cadre de relations intégrées (en termes économiques et de sécurité) ; le premier but de cette tentative était de réussir à gouverner les contradictions dans un plan de médiation politique, interne et international, où les " règles du jeu démocratique " s’avèrent être dominantes.

En effet, la fonction qui a toujours été celle de l’entité sioniste, à savoir celle de " gendarme" et d’avant-poste politico-militaire de l’impérialisme dans la région, même s’il serait réducteur de la considérer uniquement ainsi, imprègne toutefois, en substance, toute son activité (étant donné le cadre de conflictualité susdit et à partir de ses caractères), cette fonction étant malgré tout l’aspect central qui donne un sens à son existence dans la phase actuelle (et vu la façon suivant laquelle les relations avec les peuples et les pays de la zone se sont développées jusqu’à aujourd’hui ).

Cela apparaît rn analysant l’exploitation intensive des territoires occupés, menée dans le plus pur style de l’apartheid, ou en remarquant le degré de spécialisation atteint par cet " Etat " dans le domaine de la contre-guérilla, un domaine où le savoir-faire sioniste, en plus de démontrer son " efficacité " parfois plus importante que celle déjà des corps de contre-guérilla européens (avec par exemple le raid sioniste d’Entebbe ), est aussi exporté pour le soutien des régimes au prise avec la guérilla ;

ou encore en constatant quel contrôle attentif il exerce sur les limites imposées au développement technologique et militaire des pays de la zone (par exemple le bombardement de la centrale nucléaire irakienne).

Ce ne sont pas des nouveautés, pas plus que ne l’est leur surarmement auquel les USA contribuent de bon gré par le flux incessant d’armements, de financements et de " prêts " à fonds perdus pour soutenir l’économie de guerre sioniste et l’expropriation coloniale des territoires occupés ;

ou le fait qu’il est le seul " pays " de la zone qui possède la bombe atomique ; ou le fait qu’il a participé et participe aux recherches technologiquement plus avancées concernant le camp militaire (bien qu’il soit " officiellement " considéré comme un " pays du tiers-monde").

Cependant, malgré les efforts des différentes diplomaties et l’acharnement sioniste dans l’anéantissement de l’Intifada, non seulement il n’a pas été possible de concrétiser un plan de "médiation " politico-diplomatique ne tenant pas compte des questions posées par la lutte du peuple palestinien, mais la capacité même de maîtrise de " l’Etat " sioniste commençait à se détériorer et à paraître inapte à contrôler le conflit et ses conséquences.

D’un côté la prolongation et l’approfondissement d’une situation chargée de tensions se révélait être un facteur susceptible de remettre en question également les positions de ceux, parmi les pays arabes, qui étaient déjà alignés en sens pro-occidental - et cette réévaluation des alliances était également due aux poussées " d’en bas ", caractérisées ou pas comme étant islamiques (l’approfondissement du facteur islamique n’est qu’un aspect apparent de cette situation, dans la mesure où ce facteur assume de fait la fonction de " ciment " politique des masses arabes, dans le sens de l’imposition de leur propre autonomie vis-à-vis des visées occidentales, et donc à caractère anti-impérialiste).

De l’autre côté et parallèlement, le refus exprimé par l’Irak de subir passivement les pressions et les impositions typiques des relations développement/sous-développement, rendait encore plus urgente pour l’impérialisme une intervention dans la région, afin de réaffirmer et de renforcer son propre poids économique, politique et militaire (...).

D’autre part, l’aggravation de la crise économique, qui serre la chaîne impérialiste, accéléré le mûrissement des étapes dans la tendance à la guerre et nourrit, entre autres, l’agressivité et l’interventionnisme belliciste de l’impérialisme, des USA en premier lieu, dans toutes les zones périphériques, pour un réaménagement des équilibres politiques et des zones d’influence (...).

En résumé, les effets de l’agression impérialiste au Moyen-Orient dépassent les raisons historiques, économiques, politiques et militaires spécifiques de la région, et ils s’entrecroisent indissolublement aux événements et aux processus économiques et politiques de la chaîne impérialiste, qui placent l’Europe au centre de la redéfinition des équilibres politiques jaillis des accords de Yalta. L’offensive militaire dans le Golfe est, au fond, la conséquence des déséquilibres de l’économie capitaliste : en tant que telle elle est un autre pas en avant de la tendance à la guerre (...).

lundi 27 avril 1992


Brigate Rosse