Centre MLM de belgique

La signification des affiches de la conquête spatiale soviétique

Nous avons vu que la conquête de l’espace avait été théorisée par Tsiolkovsky (voir également ici sa biographie) et qu’il s’agissait d’un élément important de la conception communiste de l’univers.

Malheureusement, ce sont les révisionnistes qui ont en URSS profité de ces efforts ; Tsiolkovsky lui-même mourra bien avant la mise en place des fusées qu’il avait planifié.

Et là où certaines affiches de la conquête spatiale sont époustouflantes, c’est qu’elles reflètent le point de vue communiste initial, le révisionnisme s’appropriant le prestige « technique », mais n’ayant pas encore gommé totalement, sur le plan culturel, la valeur idéologique de la conquête spatiale pour le communisme.

Voici un aperçu.

Sur cette première affiche, on peut lire : « Nous ouvrirons les mondes lointains. » C’est un point important : la conquête spatiale ne visait pas que le fait d’amener quelqu’un dans l’espace. La question n’était pas d’ordre technique, mais bien idéologique : le but est la conquête de l’espace, la dissémination de la vie sur d’autres planètes.


Cette seconde image indique : « A travers les mondes et les époques. » On retrouve le même état d’esprit : la conquête spatiale ouvre une nouvelle ère.

La conquête spatiale soviétique 2
Naturellement, c’est l’être humain socialiste qui permet d’arriver à cette nouvelle ère. Cette affiche indique : « Homme soviétique – sois fier, tu as ouvert à la Terre le chemin des étoiles ! »


Ici, cet homme soviétique dit pareillement : « Au soleil ! Aux étoiles ! » Ce qui montre l’ampleur de l’ambition à la base de la conquête spatiale telle que comprise par les communistes.


D’où d’ailleurs cette affiche qui dit : « Gloire aux conquérants de l’univers ! » C’est l’univers lui-même qui est l’objectif...


Cette affiche dit ainsi « Pour la gloire du communisme ! » : on a ici la conception fondamentale comme quoi le communisme n’est pas une simple question « sociale », mais une conception universelle.


L’origine du processus est souligné dans plusieurs affiches. Celle-ci dit ainsi : « Fils d’Octobre – pionniers de l’univers », ce qui a le mérite d’être on ne peut plus clair.


L’affiche dit ici : « Octobre a ouvert la voie à l’espace ! »


Cette affiche-ci est moins nette : « Avec le nom de Lénine » peut-on lire. On peut y voir autant une conclusion logique du socialisme, comme une influence révisionniste du culte de la « technique. »


On peut voir ici la même ambiguïté. Les révisionnistes pensaient, ou prétendaient penser, que l’URSS connaîtrait le communisme très rapidement. Ici, c’est cela qui est sous-entendu : « Au 20ème siècle, les fusées volent vers les étoiles, les trains vont vers les pays de la réalisation ! »


La conquête de l’espace fait, à ce titre, intégralement partie de l’idéologie révisionniste, ce qui était nécessaire pour prétendre encore être communiste. L’échec de la conquête spatiale exprime nettement l’échec du révisionnisme. Mais avant l’expression de l’échec, il y a la victoire momentanée grâce aux avancées de l’époque de Staline. La conquête spatiale est populaire, et utilisée par le révisionnisme. On lit sur cette affiche : « Heureux enfants du nouvel an. »


La mobilisation des jeunes générations est demandée : « Des plans de lycéens aux vaisseaux spatiaux ! »


La dimension pacifique est soulignée, parce que le communisme unifie l’humanité, mais aussi parce que le révisionnisme va utiliser cela pour exiger le pacifisme et l’abandon du principe de révolution. L’affiche dit ici « Au nom de la paix. »

« La navigation dans l’espace est ouverte » lit-on ici, avec les drapeaux des républiques de l’URSS.


Ici, on lit : « Mère patrie ! Tu as allumé l’étoile du progrès et de la paix. Gloire à la science, gloire au travail ! Gloire au régime soviétique ! »


De la même manière, on a ici : « Gloire aux ouvriers de la science et de la technologie soviétique ! » On notera que l’absence de femmes dans ces affiches est significative du patriarcat présent dans le révisionnisme.


C’est également clair dans cette affiche, où si l’ouvrier dit « dans l’espace ! » on a également deux têtes de cosmonautes, et une dimension « héroïque » très masculine ; une autre affiche ira jusqu’à parler de « chevaliers » des temps modernes.


L’affiche suivante est tout aussi erroné. Il y est dit que « La route pour l’homme est ouverte », sauf que justement les chiens envoyés dans l’espace n’ont pas du tout été récupérés comme montrés sur l’affiche. Ils ont été sacrifié, suivant le principe de la vivisection.


Si les premières affiches étaient on ne peut plus clair, on voit ici les problèmes. La porte ouverte au révisionnisme, à la théorie des « forces productives » est également bien visible ici : « Nous sommes nés pour rendre vrai le conte ! »


C’est là l’ambiguïté de l’appel à « Conquérir l’espace » ; on ne sait plus si c’est l’expression du communisme universel, ou bien un appel simplement technique.

La conquête spatiale soviétique
On retrouve cette dimension erronée dans cette affiche, où on lit : « Gloire au peuple soviétique, le pionnier de l’espace ! »


Sur cette affiche-ci, la naïveté est pareillement de mise : « Au nom de la paix et du progrès ! »


Enfin, on a dans cette affiche une expression de l’idéalisme conforme à l’esprit du révisionnisme : « Notre triomphe dans l’espace est l’hymne à la société soviétique ! » En fait, il est vrai qu’il s’agit de l’hymne en tant que chant glorieux expression de l’avancée du communisme sur la Terre, avancée aboutissant à la conquête spatiale.

Mais ici c’est l’inverse qui est mis en avant, dans l’esprit idéaliste propre au culte de la « technique » caractérisant le révisionnisme. Les autres affiches devenant par la suite de pire en pire dans cet idéalisme.


On a pu voir aisément ici comment les affiches révélaient la conception communiste du monde pour certaines, alors que d’autres exprimaient le révisionnisme, une tendance l’emportant bien entendu de plus en plus en URSS.

C’est quelque chose qui aide beaucoup à comprendre la lutte contre le révisionnisme, sur le plan de la conception du monde.