Centre MLM de belgique

La pensée-guide - 4. Les documents principaux

Quels ont été les documents principaux d’Akram Yari ?

Le programme de l’OPJ, élaboré et ensuite adopté principalement au second congrès de l’OPJ. Malheureusement, la plupart des écrits du camarade Akram Yari sont encore indisponibles. Il les a enterré, pour les protéger.

Siraj-Sikder-texte

Depuis l’époque du régime du roi Zaher jusqu’au régime du PDPA, tous les régimes réactionnaires ont pourchassé et éliminé les éléments maoïstes clandestins. Le PDPA révisionniste, quand il a été au pouvoir, a été le principal ennemi des Marxistes-Léninistes-Maoïstes d’Afghanistan.

Ainsi, le camarade Yari a caché ses manuscrits.

De manière regrettable, dans un pays pauvre comme l’Afghanistan, à cette époque, il y avait peu de possibilités pour les ouvrages révolutionnaires d’être imprimé, principalement pour trois raisons :

1°) le manque d’imprimeries : pratiquement toutes les imprimeries étaient d’Etat ou sous son contrôle.

2°) Pas d’accessibilité à des machines modernes pour imprimer, et pas de budget à cette fin. L’OPJ n’avait d’épine dorsale économique pour la lutte. Il gagnait principalement ses contributions de ses membres en tant que cotisations.

3°) En raison de la situation dangereuse et de l’Etat hautement policier durant l’époque du roi Zaher, et plus tard durant le « terme présidentiel » de Lord Dawod, il n’y avait pas d’endroit sûr et d’installation pour les imprimeries. La plupart des rares ronéos clandestines ont été trouvées et confisquées par les forces de sécurité, et les révolutionnaires étaient toujours envoyés en prison, et pire que cela : fusillés.

NOTE DES CAMARADES D’AFGHANISTAN

S’il y a peu de documents restants du président Akram Yari, alors, comment pouvez-vous prouver que sa pensée-guide a été formée ? Akram Yari : c’est une génération de communistes qui a été formée par lui. Ils ont appris de lui que : ce sont les prolétaires d’Afghanistan qui sont l’avant-garde de la révolution d’Afghanistan.

Ils ont appris de lui que : notre révolution à venir est une révolution démocratique d’un nouveau type : une Révolution de Nouvelle Démocratie. Ils ont appris de lui que : notre révolution est une partie de la révolution prolétarienne mondiale.

Et enfin, et principalement, ils ont appris de lui que : le maoïsme a contribué et a enseigné la continuation de la révolution sous la dictature du prolétariat, et, aujourd’hui, être un marxiste signifie d’être un combattant de la tranchée lumineuse du marxisme-léninisme pensée Mao Zedong (le maoïsme était alors appelé pensée Mao dans les années 1960, comme nous le savons tous).

Aujourd’hui, l’Organisation des Ouvriers d’Afghanistan (Marxiste-Léniniste-Maoïste, principalement Maoïste) affirme que : c’est la pensée guide du camarade Akram Yari qui nous donne la force et la responsabilité. Négliger cette tranchée lumineuse, comme l’histoire de ces quatre décennies l’a prouvé, cause des déviations du maoïsme, et fait que les révolutionnaires tombent dans le révisionnisme.

Ceux des révolutionnaires qui se sont séparés à leur manière de la ligne du président Akram Yari sont tombés dans le dogmato-révisionnisme d’Enver Hoxa et le révisionnisme des centristes qui revendiquaient le guévarisme, et ont finalement capitulé au PDPA révisionniste.

C’est la tranchée lumineuse du camarade Akram Yari qui a toujours représenté le maoïsme et a contribué à la pratique révolutionnaire. Selon nos connaissances et récapitulations, le camarade Akram Yari est aussi crucial pour la révolution en Afghanistan que le camarade Mariategui l’a été pour la révolution péruvienne. La ligne de Mariategui a contribué à la formation de la pensée Gonzalo.

En raison du fait qu’il a été le déclencheur et le fondateur, et en raison du fait qu’il a établi la ligne maoïste en Afghanistan, nous demandons l’application du maoïsme en Afghanistan comme pensée Akram Yari.

De fait, c’est l’Organisation des Ouvriers d’Afghanistan (Marxiste-Léniniste-Maoïste, principalement Maoïste) qui, à l’heure actuelle, est dédiée au développement de la pensée- guide de la révolution en Afghanistan. D’autres sections et groupes, se réclamant toutefois de l’héritage d’Akram Yari, rejettent toujours la formulation de la pensée-guide et de la grande direction.

Donc, ils s’effondrent et ne parviennent pas à participer à l’élaboration de la pensée-guide de la révolution. Ainsi, notre organisation est la seule force maoïste en Afghanistan qui se tient en faveur de la pensée-guide, et dit : la pensée-guide du camarade Akram Yari, quoique générée, mais encore en formation et en développement, est la pensée-guide de la révolution de Nouvelle Démocratie en Afghanistan et sera également la garantie du triomphe jusqu’au communisme.

Nos opposants et les prétendus « maoïstes » prétendent que : l’OOA (MLM pM) copie le PCP. Nous disons : « NON ! » Nous faisons revivre le maoïsme en Afghanistan. Notre travail est le noyau dirigeant du développement de la pensée Akram Yari.

Cependant cette pensée n’est pas totalement inhérente dans son développement à partir d’Akram Yari directement, mais, historiquement et fondamentalement, ce sont les enseignements d’Akram Yari qui sont développés par notre organisation et sont présentés comme la pensée-guide de la révolution.

Dans nos conditions concrètes, notre organisation et la pensée-guide d’Akram Yari sont identiques. « En-dehors » de cela, on peut trouver le « maoïsme » sans pensée-guide et même contre la thèse de la pensée-guide.

Par exemple, le Parti communiste maoïste d’Afghanistan rejette et ridiculise la thèse de la pensée-guide et de la grande direction, en les désignant comme des appendices non-maoïstes de Gonzalo. Ainsi, dans notre réalité concrète, nous sommes les premiers à accepter et à adopter la « pensée » et la « guerre populaire jusqu’au communisme ! » Notre organisation est l’incarnation de la pensée d’Akram Yari.

Quels ont été les documents principaux d’Ibrahim Kaypakkaya ?

Ibrahim Kaypakkaya, qui est mort à l’âge de 24 ans, a écrit quatre documents principaux. Ces documents sont les quatre documents de base pour la fondation du TKP/ML (Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Léniniste).

Le premier, écrit au début de 1972, après la fondation du TKP/ML, est appelé « Critique générale du révisionnisme de Safak (Aydınlık) par le TKP/ML. » Safak (« Aube ») était l’organe central illégal du Parti Révolutionnaire des Ouvriers et Paysans de Turquie, tandis que Aydınlık (« Clarté ») était l’organe légal soutenant la ligne de ce Parti.

La « Critique générale » faite par Ibrahim Kaypakkaya consiste en 11 articles et un long document appelé « Les points principaux qui nous sépare du révisionnisme de Safak » ; l’ensemble forme un ouvrage de 150 pages.

Les trois autres documents d’Ibrahim Kaypakkaya, qui font 60 pages chacun, sont plus connus. En janvier 1972, Kaypakkaya a écrit « Critique du programme du TIIKP (Aydınlık) » et « Vues sur le kémalisme. » Le premier document est une critique du TIIKP révisionniste dans l’esprit de la « Critique générale », alors que le second document est le document très important où il caractérise le kémalisme comme du fascisme.

En décembre 1971, il a également écrit « La question nationale en Turquie », où il traite de la question kurde, rejetant le chauvinisme du révisionnisme et défendant le droit à l’auto-détermination.

Quels ont été les documents principaux de Siraj Sikder ?

Siraj Sikder a produit beaucoup de documents. Depuis qu’il a commencé son activité politique en tant que dirigeant maoïste, son stylo ne s’est jamais arrêté. Plus d’une centaine de documents ont été trouvés jusqu’à présent. Il a écrit des documents idéologiques, organisationnels, politiques, poétiques, de critique littéraire.

Les documents principaux sont :

1. Thèses du mouvement des Ouvriers du Bengale Oriental (publié pour la première fois le 8 janvier 1968, republié dans une forme réécrite et rééditée le 1 décembre 1968)

2. Différence entre les Révolutionnaires Prolétariens du Bengale Oriental et les néo-révisionnistes Huq-Toha, les trotskystes – guévaristes Deben – Motin et la clique traître conspiratrice Kaji – Rono, quant à la détermination de la contradiction principale à l’étape présente du développement social du Bengale Oriental (Pâques 1970)

3. Exposition du projet de stratégie et programme du soi-disant Parti Communiste du Bengale Oriental, le parti qui est à gauche dans la forme, à droite en essence (mars 1970, republié dans une forme éditée en avril 1972)

4. Analyse de classe de la société du Bengale Oriental (début 1970, republié dans une forme éditée dans une situation politique changée en 1972)

5. Établir un Bengale Oriental indépendant (8 janvier 1971)

6. Sur certains slogans (janvier 1971)

7. Lettre ouverte du Mouvement des Ouvriers du Bengale Oriental à Sheikj Mujiv et la Ligue Awami (2 mars 1971)

8. Cadres du Mouvement des Ouvriers du Bengale Oriental, soyez braves ! Emparez vous fermement du pouvoir politique ! Anéantissez les ennemis nationaux ! Construisez l’Armée de Libération Nationale ! Mettez en œuvre le programme ! (23 avril 1971)

9. Projet de constitution du Parti Prolétarien du Bengale Oriental (septembre 1971), Les laquais des six montagnes déguisés en patriotes (octobre 1971)

10. S’appuyer sur les paysans dans la Guerre de Libération Nationale ! Briser la campagne d’hiver des bandits militaires pakistanais et les activités anti-populaires des laquais des six montagnes, les forces de libération fascistes réactionnaires de la Ligue Awami ! Répandre la guérilla dans de plus vastes régions ! (octobre 1971)

11. Rapport du premier congrès (janvier 1972)

12. Peuple héroïque du Bengale Oriental, notre lutte n’est pas encore terminée, continuez la grande lutte pour terminer la révolution nationale démocratique inachevée du Bengale Oriental (mars 1972, corrigé et republié en mai 1972 et en mars 1974)

13. Le rôle des dirigeants et des cadres dans la révolution (1972)

14. Sur le socialisme, la lutte des classes et la révolution sociale (octobre 1972)

15. Quelques problèmes de la construction d’une force armée sous la direction d’un parti politique de la classe prolétarienne du Bengale Oriental (30 avril 1974)

Quels ont été les documents principaux de Gonzalo ?

Les documents principaux de Gonzalo, à côté des très connus interviews de 1988 et de « ILA-80 », sont les documents du premier congrès du Parti Communiste du Pérou reconstitué, qui forment la Base d’Unité Partidaire (BUP) : « Marxisme-Léninisme-Maoïsme », « Pensée Gonzalo », « Ligne internationale », « Révolution démocratique », « Ligne militaire », « Ligne de construction des trois instruments de la révolution », « Ligne de masse. »

On doit ajouter également le discours tenu en septembre 1992 alors qu’il était arrêté (« Nous sommes ici dans ces circonstances ; certains pensent qu’il s’agit d’une grande défaite, ils rêvent ! Nous leur disons : continuez de rêver. Ce n’est qu’un détour, rien de plus. Un détour sur le chemin ! Le chemin est long, et par celui-ci nous arriverons, et : nous triompherons ! Vous le verrez ! Vous le verrez ! »).

Quels ont été les documents principaux d’Alfred Klahr ?

Les documents principaux d’Alfred Klahr sont :

1. la série d’articles appelés « Zur nationalen Frage in Österreich » (Sur la question nationale en Autriche), publiés en 1937 dans la revue communiste « Weg und Ziel » (La voie et le but) ;

2.Le « texte d’Auschwitz », écrit dans le camp de concentration d’Aushwitz-Birkenau, synthèse des débats effectués entre les communistes autrichiens et allemands (Klahr a réussi à s’enfuir, mais est mort par la suite à Varsovie, exécuté par la SS).