Centre MLM de belgique

La navigation dépend du pilote – 1966

Editorial du Renmin Ribao, 15 août 1966

Dans la nouvelle phase de la révolution socialiste de notre pays et en ce moment crucial du développement de la grande révolution culturelle prolétarienne, la 11ème session plénière du Comité central issu du VIIIe Congrès du Parti communiste chinois s’est déroulée sous la présidence du camarade Mao Zedong lui-même.

Cette session constitue le jalon de la nouvelle phase de la révolution socialiste de notre pays.

Dans les pays socialistes, après l’accomplissement pour l’essentiel de la transformation socialiste de la propriété des moyens de production, subsiste encore cette question : quelle voie suivre ?

Faut­-il mener jusqu’au bout la révolution socialiste et passer graduellement au communisme ?

Ou bien peut-on s’arrêter à mi­-chemin et rétrograder vers le capitalisme ? Cette question se pose à nous d’une manière aiguë. Ayant fait la synthèse et tiré profit des expériences positives et négatives de la révolution chinoise et du mouvement communiste international, le camarade Mao Zedong a répondu théoriquement à cette question et il est en train de la résoudre graduellement dans la pratique.

A la 10ème session plénière du Comité central issu du VIIIe Congrès du Parti, en 1962, le camarade Mao Zedong avait, une fois de plus, mis l’accent sur la théorie relative aux contradictions, aux classes et à la lutte des classes dans la société socialiste, et il nous avait lancé le grand appel : N’oubliez jamais la lutte des classes !

Ces dernières années, le camarade Mao Zedong a tracé encore une série de lignes politiques clairvoyantes d’importance décisive sur la révolution et l’édification socialistes, formulé une série de directives importantes à propos du mouvement d’éducation socialiste et de la grande révolution culturelle prolétarienne, et les principes importants sur l’opposition à l’impérialisme, sur la formation du front uni international le plus large contre l’impérialisme américain et ses laquais, sur l’opposition au révisionnisme moderne et sur le soutien à la lutte révolutionnaire de tous les peuples et nations opprimés du monde.

Ce sont autant de questions capitales pour consolider la dictature du prolétariat et le système socialiste dans notre pays, parer à une usurpation révisionniste de la direction du Parti et de l’Etat, prévenir une restauration du capitalisme et garantir que notre pays s’en tiendra fermement à l’internationalisme prolétarien.

La navigation dépend du pilote.

Le grand pilote de la révolution chinoise, c’est le camarade Mao zedong.

Depuis des dizaines d’années, à tous les moments décisifs de notre révolution, c’est parce que le Parti et les masses populaires eurent le camarade Mao Zedong comme génial pilote, la grande pensée de Mao Zedong comme guide, dispersant les brumes et corrigeant la dérive, que le grand navire de notre révolution put éviter de nombreux hauts-­fonds et écueils dangereux et avancer triomphalement à travers vagues et tempêtes dans la voie révolutionnaire marxiste-léniniste.

Lénine a dit :

« Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire. »

C’est parfaitement exact.

Sans pensée de Mao Zedong, pas de Parti communiste chinois grand, glorieux et juste, pas de révolution démocratique ni de révolution socialiste victorieuses dans notre pays, pas de Chine nouvelle ; notre pays n’aurait pu se transformer en un grand pays socialiste et notre peuple ne serait pas debout à jamais dans le monde, allant toujours de l’avant.

Le camarade Lin Piao a donné une très juste explication sur l’importance extrême de la pensée de Mao Zedong pour la révolution et l’avenir de notre pays.

Il a dit :

« La Chine est un grand pays socialiste de dictature du prolétariat dont la population compte 700 millions d’habitants. Elle a besoin d’une pensée unifiée, d’une pensée révolutionnaire, d’une pensée correcte. Et cette pensée, c’est la pensée de Mao Zedong. »

La grande révolution culturelle prolétarienne de notre pays a pour tâche fondamentale de faire en sorte que la pensée de Mao Zedong soit assimilée le plus largement par les masses, que la révolutionnarisation idéologique de l’homme soit davantage poussée et que la force de l’esprit devienne une force matérielle encore plus grande dans la transformation de la société et de la nature.

Portons toujours plus haut le grand drapeau rouge de la pensée de Mao Zedong, unissons-­nous encore plus étroitement autour du Comité central du Parti ayant à sa tête le camarade Mao Zedong et efforçons-nous de mettre en application toutes les lignes politiques formulées dans le communiqué de la 11ème session plénière du Comité central issu du VIIIe Congrès du Parti communiste chinois et de nous unir avec tous ceux qui sont susceptibles de s’unir à nous, de compter sur nos propres efforts et de travailler dur pour surmonter tous les obstacles et toutes les difficultés afin de mener à bonne fin la grande révolution culturelle prolétarienne et la révolution socialiste, et de poursuivre jusqu’au bout la lutte contre l’impérialisme et contre le révisionnisme moderne.

Luttons pour faire de notre pays un puissant pays socialiste ! Luttons pour nous allier aux peuples de tous les pays du monde, pour créer un nouveau monde sans impérialisme, sans capitalisme et sans système d’exploitation !

Vive la grande unité du peuple chinois !

Vive la grande solidarité des peuples du monde entier !

lundi 15 août 1966


Les documents de 1966