Centre MLM de belgique

L’économiste Eugen Varga et l’I.C. - 7e partie : la crise générale du capitalisme

Eugen Varga écrivit en 1921 des études particulières comme La situation économique de l’Europe continentale et La situation politique et sociale de l’empire britannique, mais surtout il réalisa en quatre semaines, en mai, une petite brochure d’une soixantaine de pages intitulée La crise de l’économie mondiale capitaliste.

Il s’agissait d’une demande faite par la direction de l’Internationale Communiste ; le document devait être fourni à tous les participants du troisième congrès de celle-ci devant avoir lieu en juin.

L’œuvre est découpée en huit parties. Les deux premières concernent la guerre, avec la modification de l’économie capitaliste en raison de celle-ci, ainsi que la situation après sa fin. Les parties trois et quatre concernent le contexte du moment, avec la situation de l’économie et celle de la classe ouvrière.

Les parties cinq et six sont les plus décisives de l’œuvre, puisqu’elles présentent d’abord la productivité et ensuite l’évaluation d’un éventuel développement capitaliste. Ce sont ces deux parties qui justifient le titre de la brochure.

Les parties sept et huit dressent enfin la conséquence des deux parties précédentes ; elles sont intitulées « Il n’y a pas d’issue possible » et « Face à la guerre mondiale qui vient ».

Eugen Varga retranscrit ici la perspective de l’Internationale Communiste, alors que deux congrès s’étaient déjà tenus. La révolution d’Octobre a alors puissamment ébranlé le capitalisme, à un moment où celui-ci était déjà totalement épuisé par la guerre, déjà pour les pays européens concernés, mais également pour les autres qui voyaient le marché mondial s’effondrer.

Avec La crise de l’économie mondiale capitaliste, l’objectif d’Eugen Varga était de présenter le panorama mondial en 1921 ; pour cela il se fonda entièrement sur les chiffres et statistiques fournies par la presse capitaliste, qu’il interprétait ensuite pour en exprimer les tendances fondamentales. C’est là la base même du style Varga, qui consistait à décortiquer toute la presse en quête de données économiques.

Eugen Varga produisit une nouvelle brochure à l’occasion du quatrième congrès, commençant en novembre 1922 ; publiée à la toute fin septembre, elle s’intitule La période du déclin du capitalisme. Le principe est le même, la cinquantaine de pages devant servir de contribution aux cadres présents lors du congrès, pour disposer en amont d’une certaine visibilité générale de la situation.

Eugen Varga tenta cette fois d’aller dans le sens d’un exposé théorique de la nature de la crise capitaliste en cours ; son travail se voulait une contribution au processus de formulation théorique générale qui devait alors être fait par l’Internationale Communiste.

Les six chapitres allaient dans le sens d’une synthèse : à La montée et le déclin du capitalisme succède L’essence du déclin du capitalisme, puis Le rôle de la guerre dans le capitalisme, Les types d’économie dans la période de déclin du capitalisme. L’œuvre se termine par Le développement économique de cette dernière année d’abord, Les tendances de développement et les perspectives pour l’avenir ensuite.

L’idée de base restait toutefois la même que pour la brochure de l’année précédente ; il est toujours considéré que la crise n’est pas celle d’un capitalisme normal, mais d’un capitalisme ayant connu de profondes distorsions.

En amont du cinquième congrès de l’Internationale Communiste, s’ouvrant à la fin juin 1924, Eugen Varga publia début mai Essor ou déclin du capitalisme, toujours sur le principe d’une petite brochure. Juste avant le sixième congrès, qui se tint juillet-août 1928, il écrivit L’Économie de la période de déclin du capitalisme après la stabilisation.