Centre MLM de belgique

L’économiste Eugen Varga et l’I.C. - 6e partie : l’Institut de l’économie mondiale et de la politique mondiale

L’Institut qu’Eugen Varga rejoignit existait depuis peu de temps ; il était le fruit d’une intense activité intellectuelle, notamment autour de Theodore Rothstein.

Celui-ci, un bolchevik qui avait dû émigrer à Londres, avait notamment écrit en 1910 un ouvrage décrivant l’exploitation systématique de l’Egypte par l’Angleterre. Figure très active de la social-démocratie européenne avant la révolution de 1917, il se mit au service de celle-ci devenant notamment ambassadeur de la Russie soviétique en Iran, avant de se voir confier une activité au sein d’une nouvelle structure, le groupe de travail sur la guerre et la politique internationale.

Le dirigeant du groupe était Mikhail Pavlovich, un cadre ayant comme fonction d’analyser l’histoire de l’orient, la Russie soviétique accordant une grande importance à cette partie du monde.

Il publiait une revue, la Chronique internationale, de logique documentaire, existant parallèlement à la revue La vie internationale, publiée par le Commissariat au peuple aux affaires étrangères, Theodore Rothstein s’occupant des deux publications par ailleurs. Une Association pour les études orientales avait quant à elle été fondée sous la supervision du Commissariat au peuple aux nationalités, tout comme un cycle d’études orientales.

Après une polémique notamment avec David Riazanov qui aurait voulu une académie « neutre », fut finalement fondé en décembre 1924 l’Institut de l’économie mondiale et de la politique mondiale - IMChMP, Institut mirovogo chozjastja i mirovoj politik, dont Theodore Rothstein prit la direction.

L’IMChMP avait deux thèmes principaux : la question agraire dans l’Orient mahométan, ainsi que les tendances de la politique extérieure de l’impérialisme américain. A partir de janvier 1926, il dispose de sa revue éponyme, mais c’est également le moment où Nikolaï Ossinski en prend la direction et donne le champ libre au courant des partisans de Trotsky. Ce dernier voit d’ailleurs des discours de lui sur les rapports entre l’Europe et l’Amérique être publiés sous forme d’un article dans les deux premiers numéros.

En voici des extraits, tout à fait significatifs de l’approche trotskyste de la « révolution permanente » :

« L’énorme supériorité matérielle des Etats-Unis exclut automatiquement toute possibilité de relèvement économique pour l’Europe capitaliste. Si le capitalisme européen révolutionnait dans le passé les autres parties du monde, actuellement, c’est le capitalisme américain qui révolutionne l’Europe en déclin. Cette dernière n’a plus d’autre issue à l’impasse économique que la révolution prolétarienne, l’abolition des barrières douanières et des frontières d’État, la création des Etats-Unis soviétistes d’Europe et d’une Union fédérative avec l’URSS et les peuples libres d’Asie. Le développement de cette lutte gigantesque ouvrira infailliblement une époque révolutionnaire pour le potentat actuel, les Etats-Unis d’Amérique (…).

Que veut le capital américain ? A quoi tend-il ? Il cherche, dit-on, la stabilité. Il veut rétablir le marché européen dans son intérêt, il veut rendre à l’Europe sa capacité d’achat. De quelle façon ? Dans quelles limites ? En effet, le capital américain ne peut vouloir se faire de l’Europe un concurrent. Il ne peut admettre que l’Angleterre et, à plus forte raison, l’Allemagne et la France, recouvrent leurs marchés mondiaux, parce que lui-même est à l’étroit, parce qu’il exporte des produits et s’exporte lui-même. Il vise à la maîtrise du monde, il veut instaurer la suprématie de l’Amérique sur notre planète. Que doit-il faire à l’égard de l’Europe ? Il doit, dit-on, la pacifier. Comment ? Sous son hégémonie. Qu’est-ce que cela signifie Qu’il doit permettre à l’Europe de se relever, mais dans des limites bien déterminées, lui accorder des secteurs déterminés, restreints, du marché mondial. Le capital américain commande maintenant aux diplomates. Il se prépare à commander également aux banques et aux trusts européens, à toute la bourgeoisie européenne. C’est ce à quoi il tend. Il assignera aux financiers et aux industriels européens des secteurs déterminés du marché. Il réglera leur activité. En un mot, il veut réduire l’Europe capitaliste à la portion congrue, autrement dit, lui indiquer combien de tonnes, de litres ou de kilogrammes de telle ou telle matière elle a le droit d’acheter et de vendre. Déjà, dans les thèses pour le 3e Congrès de l’I.C., nous écrivions que l’Europe est balkanisée. Cette balkanisation se poursuit maintenant (…).

Puisque je parle à une assemblée convoquée par la Société des Amis de la Faculté des Sciences physiques et mathématiques, permettez-moi de. vous dire que ma critique marxiste révolutionnaire de l’américanisme ne signifie pas que nous condamnions ce dernier en bloc, que nous renoncions à apprendre auprès des Américains ce que nous pouvons et devons nous assimiler de leurs bons côtés. Il nous manque leur technique et leurs procédés de travail. Le postulat de la technique, c’est la science sciences naturelles, physique, mathématique, etc. Or, il nous faut à tout prix nous rapprocher le plus possible des Américains sur ce point. Il nous faut cuirasser le bolchevisme à l’américaine. Nous avons pu jusqu’à présent résister. Cependant, la lutte peut revêtir des proportions plus menaçantes. Il est plus facile pour nous de nous cuirasser à l’américaine que pour le capital américain de mettre l’Europe et le monde entier à la portion congrue. Si nous nous cuirassons avec la physique, les mathématiques, la technique, si nous américanisons notre industrie socialiste encore faible, nous pourrons, avec une certitude décuplée, dire que l’avenir est entièrement et définitivement à nous. Le bolchevisme américanisé vaincra, écrasera l’américanisme impérialiste (…).

Etant donné la puissance des Etats-Unis et l’affaiblissement de l’Europe, une nouvelle répartition des forces, des sphères d’influence et des marchés mondiaux est inévitable. L’Amérique doit s’étendre et l’Europe se comprimer. Telle est la résultante des processus fondamentaux qui s’effectuent dans le monde capitaliste. Les Etats-Unis s’engagent dans toutes les voies, et partout ils prennent l’offensive (…).

Pour terminer, je poserai une question qui, me semble-t-il, découle du fond même de mon rapport. Le capitalisme, oui ou non, a-t-il fait son temps ? Est-il en mesure de développer dans le monde les forces productives et de faire progresser l’humanité ? Cette question est fondamentale. Elle a une importance décisive pour le prolétariat européen, pour les peuples opprimés d’Orient, pour le monde entier et, avant tout, pour les destinées de l’Union soviétique. S’il s’avérait que le capitalisme est encore capable de remplir une mission de progrès, de rendre les peuples plus riches, leur travail plus productif, cela signifierait que nous, parti communiste de l’U. R. S. S., nous nous sommes hâtés de chanter son de profundis ; en d’autres termes, que nous avons pris trop tôt le pouvoir pour essayer de réaliser le socialisme. Car, comme l’expliquait Marx, aucun régime social ne disparaît avant d’avoir épuisé toutes ses possibilités latentes. Et, dans la nouvelle situation économique actuelle, maintenant que l’Amérique s’est élevée au-dessus de toute l’humanité capitaliste en modifiant foncièrement le rapport des forces économiques, nous devons nous poser cette question : Le capitalisme a-t-il fait son temps ou peut-il espérer encore faire œuvre de progrès ?

Pour l’Europe, comme j’ai essayé de le démontrer, la question se résout nettement par la négative. L’Europe, après la guerre, est tombée dans une situation plus pénible qu’avant 1914. Mais la guerre n’a pas été un phénomène fortuit. Ç’a été le soulèvement aveugle des forces de production contre les formes capitalistes, y compris celles de l’Etat national. Les forces de production créées par le capitalisme ne pouvaient plus tenir dans le cadre des formes sociales du capitalisme, y compris le cadre des Etats nationaux. De là, la guerre (…).

Il en résulte que la révolution ne viendra en Amérique qu’en second lieu. Elle commencera par l’Europe et l’Orient. L’Europe viendra au socialisme contre l’Amérique capitaliste, dont elle aura à vaincre l’opposition (…).

Une Europe morcelée ne pourrait, même sous la dictature du prolétariat, tenir bon économiquement en conservant son morcellement. La révolution prolétarienne implique l’unification de l’Europe. Maintenant, les économistes, les pacifistes, les hommes d’affaires, et même simplement les braillards bourgeois parlent volontiers des Etats-Unis d’Europe. Mais cette tâche est au-dessus des forces de la bourgeoisie européenne, rongée par ses antagonismes. Seul, le prolétariat victorieux pourra réaliser l’union de l’Europe. Où qu’éclate la révolution et à quelque rythme qu’elle se développe, l’union économique de l’Europe est la condition première de sa refonte socialiste. C’est ce qu’a déjà proclamé l’I. C. en 1923 : il faut chasser ceux qui ont morcelé l’Europe, prendre le pouvoir pour unifier cette dernière et créer les Etats-Unis socialistes d’Europe. »

Le 15e congrès du Parti écrase alors le courant trotskyste, dont les partisans sont éjectés de l’IMChMP. C’est alors Eugen Varga qui vient en prendre la tête, son activité berlinoise se terminant à la fin de l’année 1927.

À partir de 1931, cet institut fut considéré comme un centre de recherche et de développement dans l’évaluation de la situation économique mondiale et des problèmes politiques afférents, suivant une décision du Comité Central du PCUS (bolchévik). L’Institut fournissait des données en particulier à Staline, Molotov, le Comité Central du PCUS (b), le conseil des commissaires du peuple, le commissariat au peuple pour les affaires étrangères, le commissariat au peuple du commerce extérieur.