Centre MLM de belgique

L’économiste Eugen Varga et l’I.C. - 2e partie : un révolutionnaire hongrois

Eugen Varga est né le 6 novembre 1879 à Nagytétény, une petite ville à une trentaine de kilomètres de Budapest, la capitale de la Hongrie, dans ce qui était alors l’Autriche-Hongrie. Son père était instituteur, il perdit sa mère très jeune en raison de la tuberculose.

Lui-même fut d’abord apprenti boulanger, pour ensuite faire un apprentissage de commercial. Il servit alors de secrétaire pendant trois années à un propriétaire terrien à partir 1899, dans le Komitat Somogy dans l’ouest de la Hongrie. Il parvint à poursuivre ses études, afin de pouvoir s’inscrire à l’université, ce qu’il fit en 1902 à la faculté de philosophie de Budapest, dans les domaines de l’histoire et de l’économie.

En 1903, il quitta la religion juive et abandonna son nom de Weisz pour celui de Varga. Il étudia ensuite également à Berlin et Paris, pour obtenir un diplôme de professeur de commerce en 1907 et de docteur en philosophie en 1909, à 28 ans. Il fut alors professeur dans une école commerciale jusqu’en 1918.

Entre-temps, il avait rejoint la social-démocratie hongroise en 1906, pour qui à partir d’avril 1907 il écrivit des articles en tant que collaborateur constant et rédacteur de la section économique de l’organe central du Parti, Nepszava, La voix du peuple, qui était devenu un quotidien en 1905, après avoir paru auparavant trois fois par semaine. Un hebdomadaire plus théorique, Szocializmus, fut fondé en 1906.

Eugen Varga travailla également pour l’organe social-démocrate allemand la Neue Zeit, notamment au sujet de la situation de la classe ouvrière hongroise, du développement économique, de la question monétaire, de l’inflation.

Avec l’effondrement de l’Autriche-Hongrie, il fut nommé en novembre 1918 professeur d’économie à l’université de Budapest, mais il ne fut pas en mesure de prendre ce poste en raison de l’intense activité politique du côté social-démocrate.

Le contexte était le suivant : le 23 octobre 1918, sur les ruines de l’Autriche-Hongrie, se produisit la révolution des asters, du nom de la fleur servant de reconnaissance aux partisans de la république hongroise.

Le comte Mihály Károlyi fut alors à la tête d’un gouvernement de coalition, avec également la social-démocratie, donc aux côtés du parti indépendant et du parti bourgeois. Les représentants sociaux-démocrates dans le gouvernement appartenaient uniquement à l’aile droite du Parti, tandis que l’aile gauche poussait à l’agitation, Eugen Varga écrivant notamment la brochure « Comment peut-on vivre sans travail ? ».

Il rédigea également un plan de réformes de la propriété agraire, à la demande du Parti qui n’avait pas encore établi de point à ce sujet dans son programme, n’ayant formé une commission en ce sens qu’en 1912, à son XIXe congrès.

Cependant, parallèlement s’était formé, autour de Béla Kun, un Parti des communistes de Hongrie, lié directement aux bolcheviks. La convergence des deux forces se produisit à l’occasion de l’ultimatum du traité de Versailles, qui privait la Hongrie d’une partie significative de son territoire.

Mihály Károlyi démissionna immédiatement, le 19 mars 1919, et les communistes créèrent dès le lendemain une agitation dans le sens du soulèvement, aboutissant à leur répression, mais provoquant en même temps une solidarité du côté de l’aile gauche de la social-démocratie, qui demanda que le gouvernement, désormais social-démocrate uniquement, les intègre dorénavant.

Au bout de deux jours de négociation, il fut procédé à l’unification, donnant naissance au Parti Socialiste de Hongrie, le 21 mars 1919, et proclamant en même temps la formation d’une république soviétique de Hongrie.

Eugen Varga participa à cela en étant au premier plan, prenant les fonctions de commissaire au peuple des finances du gouvernement révolutionnaire, puis immédiatement de commissaire à la production, et pas moins que celui de président du Conseil économique suprême de la République soviétique hongroise.

Sa ligne avait déjà été exposée dans un article de Nepszava, le 2 mars. Le capitalisme était en train de mourir et il fallait réorganiser la production à un rythme rapide pour former des grands regroupements productifs, centraliser pour échapper à la crise productive. S’il venait de la social-démocratie, cette ligne centraliste-volontariste correspondait à celle de ceux qui l’avaient quittée peu de temps avant dans le but de former un parti communiste autour de Béla Kun, et avec qui il était en désaccord pourtant encore une semaine auparavant, se méfiant du bolchevisme, dans un esprit proche de celui de Karl Kautsky.

La trajectoire d’Eugen Varga est ici exactement parallèle à celle d’un autre intellectuel bourgeois, Georges Lukacs, frappé par la vigueur du bolchevisme et qui prit pareillement des responsabilités importantes dans le gouvernement, dans le domaine de la culture. Eugen Varga fut d’ailleurs auparavant un visiteur irrégulier du « cercle du dimanche » lancé sur une base idéaliste par Georges Lukacs.

Tous deux, après avoir participé à la révolution hongroise qui échoua finalement en août 1919, rejoignirent par la suite l’Union Soviétique où ils servirent intellectuellement le régime, avant de se faire critiquer au point d’une mise à pied plus ou moins importante selon les moments.

Entre-temps cependant, les commissaires du peuple hongrois s’étaient réfugiés en Autriche, où le gouvernement leur avait accordé un laissez-passer. Cela signifiait toutefois une mise à l’écart, dans la prison du château de Karlstein.

Eugen Varga y passa six mois et en profita pour rédiger son appréciation critique des événements dans l’ouvrage intitulé Les problèmes d’économie politique de la dictature du prolétariat. Le titre du premier chapitre de l’ouvrage résume toute l’approche d’Eugen Varga pour les quarante prochaines années : La crise du capitalisme.