Centre MLM de belgique

L’économiste Eugen Varga et Khrouchtchev - 11e partie : une nouvelle définition du capitalisme monopoliste d’État

Le concept du capitalisme monopoliste d’État formulé en Union Soviétique est une définition qui ne se veut pas moins qu’une nouvelle définition du capitalisme. Il y a le capitalisme, l’impérialisme, et il est censé y avoir un nouveau stade, caractérisé par une fusion entre les monopoles et l’État.

Il y a là une double remise en cause de l’idéologie communiste : dans l’affirmation de l’indépendance de l’État par rapport aux classes d’un côté, dans l’affirmation de la fusion entre cette entité « indépendante » et une classe de l’autre.

Eugen Varga en a été le principal concepteur, toute sa démarche de l’après-guerre aboutissant d’ailleurs immanquablement à cela. En affirmant le premier l’indépendance de l’État dans le mode de production capitaliste au cours de la Seconde Guerre mondiale, il avait ouvert la boîte de Pandore d’une réaffirmation de la vieille thèse social-démocrate de l’indépendance de l’État dans le capitalisme « moderne ».

Il formalisa de la manière la plus tranchée ce concept de capitalisme monopoliste d’État dans l’ouvrage de 1961 intitulé Le Capitalisme du XXe siècle. Celui-ci fut publié juste après le 22e congrès du PCUS et sa diffusion mondiale assumée par l’URSS.

Saluant les études très récentes à ce sujet (Pevzner, Khmelnitskaya, Daline), ainsi que le fait que le PCUS assume désormais le concept, Eugen Varga y précise de manière approfondie ses traits principaux, qu’il décrit de la manière suivante :

« Le capitalisme monopoliste d’État qui a émergé durant la première guerre mondiale s’est pleinement développé.

L’émergence et le développement du capitalisme monopoliste d’État sont enracinés dans la position dominante des pays capitalistes dans les conditions au moment de la crise générale du capitalisme, quand le système capitaliste est à sa dernière étape d’existence et fait l’expérience de l’effondrement de son système social en entier.

Le capitalisme monopoliste d’État est l’alliance des forces des monopoles et de l’État bourgeois, afin de réaliser deux objectifs :

1. la préservation du système capitaliste dans la lutte contre le mouvement révolutionnaire dans le pays et dans la lutte contre le système socialiste mondiale, et

2. la redistribution par l’État du revenu national en faveur du capital monopoliste.

Il y a de grandes difficultés dans la manière de réaliser ces objectifs et ils impliquent beaucoup de contradictions.

En préservant le système capitaliste, les monopoles obtiennent le soutien de la bourgeoisie non monopoliste, des rentiers, des propriétaires terriens, et des capitalistes ruraux, etc., c’est-à-dire des classes propriétaires.

Mais en altérant la distribution du revenu national par les moyens du système du capitalisme monopoliste d’État à l’avantage des monopoles et au détriment de toutes les autres sections de la société, les monopoles élargissent le gouffre entre eux-mêmes et les autres sections propriétaires de la société, et augmentent leur isolement.

L’alliance des monopoles et de l’État est effectué principalement sous la forme de la fusion des monopoles et de la machine d’État. Les monopoles envoient leurs représentants à des postes dirigeants dans le gouvernement, comme ministres, sénateurs ou membres du parlement. La réciproque est également vrai – des généraux, des diplomates et des ministres quittent fréquemment le service du gouvernement pour des postes hautement payés dans les monopoles.

L’alliance prend aussi la forme de décisions communes au sujet de questions économiques importantes (…). Le capitalisme monopoliste d’État pleinement développé se manifeste principalement par la régulation étatique de l’économie, des entreprises possédées par l’État et l’appropriation et la redistribution d’une plus part du revenu national par l’État (…).

Le fonctionnement entier de l’État des pays impérialistes est directement ou indirectement au service du capital monopoliste. La police étatique et les forces armées protègent le système capitaliste.

Le capitalisme monopoliste d’État est extrêmement réactionnaire parce qu’il existe afin de défendre un système capitaliste condamné à fatalement s’effondrer.

En ce sens, il diffère grandement du capitalisme d’État qui, à une étape antérieure du développement capitaliste et dans pays sous-développés aujourd’hui, joue un rôle progressiste dans le développement des forces productives. »

Il n’est guère étonnant que cette thèse ait pu tromper des communistes sincères manquant de formation. En apparence, on a la dénonciation du fait que l’État soit au service des monopoles, ce qui correspond à la thèse classique. Tout est dans la subtilité de faire de l’État non pas un serviteur, mais un médiateur indépendant connaissant une fusion avec les monopoles.

jeudi 28 mars 2019


L’économiste Eugen Varga au service de Khrouchtchev