Centre MLM de belgique

L’apparition du site Rich Meet Beautiful et la question de la prostitution étudiante en Belgique

« Hey les étudiantes ! Améliorez votre style de vie Sortez avec un Sugar daddy »Le débat actuel sur les nouvelles formes de prostitution suscité par l’apparition d’un camion publicitaire lié au site de « sugar-dating » Rich Meet Beautiful, est un bon exemple de cette morale dépourvue de politique qui finit fatalement par drainer les mêmes abjections qu’elle condamne sur des bases idéalistes.

En Belgique, la prostitution connaît, avec la crise générale du capitalisme, une expansion faramineuse, bouleversant la société. Ainsi, vendre son corps, selon la bourgeoisie soutenue par les anarchistes qui ne sont que des ultra-libéraux, serait un « choix » relevant de « l’individu ».

Depuis les étudiantes jusqu’aux mères de famille, le coût de la vie force des personnes à la prostitution comme moyen de s’en sortir, alors que celle-ci – à l’instar de la pornographie − est célébrée dans tous les domaines culturels, depuis les films à succès tel « Fifty Shades Of Grey », en passant par la littérature (à travers des romans comme « Délivre-moi ! », de Julie Kenner dans lequel une jeune femme accepte de poser nue pour un tableau en échange d’un million de dollars...), ou encore la télé-réalité.

Et ce n’est pas tout, car cet horrible phénomène culturel est véhiculé de manière ouverte par certaines politiciennes bourgeoises comme Zuhal Demir qui, en mars 2015, alors députée fédérale, suscita la controverse après la parution d’une série de photos « sexy » réalisées dans l’enceinte du Parlement fédéral belge pour le magazine flamand P-Magazine.

En février 2017, lors de sa prestation de serment en tant que secrétaire d’État fédérale N-VA, Zuhal Demir portait à son poignet le foulard rouge lié à la tenue traditionnelle des mineurs que son père, ancien délégué syndical FGTB dans les mines du Limbourg, avait lui-même porté à l’époque où il descendait dans la mine.

Comme on le voit, ce lien familial n’implique en rien que Zuhal Demir soit elle-même une personne défendant les valeurs culturelles progressistes historiques de la classe ouvrière. Que du contraire ! Puisque la même applique avec férocité la politique ultra-libérale − tout en assumant le mode de vie individualiste bourgeois − mis en avant par le parti de Bart De Wever pour qui elle incarne l’exemple d’un modèle d’intégration très abouti pour la Flandre.

Peu après qu’un professeur eut dénoncé la présence du camion vantant les « avantages » du site Rich Meet Beautiful a proximité de certaines universités, un débat eut lieu au sein du Parlement fédéral.

Zuhal Demir qui, entre autres fonctions, exerce celles de secrétaire d’État fédérale à la Lutte contre la pauvreté, à l’Égalité des chances, aux Personnes handicapées et à la Politique scientifique, sera interpellée par ses collègues parlementaires sur la présence de cette publicité.

Assumant un style cher au nationalisme bourgeois oscillant entre dénégation, égocentrisme et provocation, Demir explique : « Tout le tapage vu ces derniers jours, est le meilleur marketing que l’exploitant du site pouvait espérer. (...) Des sites de ce genre existent depuis longtemps et font leur publicité dans les médias », a-t-elle fait remarquer.

S’appuyant sur les contradictions inter-bourgeoises, dont le nationalisme flamand, elle brandit un quotidien francophone aux annonces explicites, et ajoute que « certains font preuve d’une indignation sélective. »

Rien donc quant au fond du problème ! Rien sur la précarité étudiante, menant parfois jusqu’à la prostitution ! Rien sur l’idéologie ultra-libérale, cette barbarie qui sur les sites de « sugar-dating » où règne la guerre des prix, place les personnes prostituées dans une situation d’extrême dépendance vis-à-vis du client.

A ce titre, le témoignage de Barbara quant aux pratiques ignobles prévalant sur ce genre de sites est édifiant. Dans le quotidien Le Soir, elle explique :

« C’est beaucoup plus simple pour le client de te demander de casser les prix s’il ne te voit pas en face. Tu n’es pas réelle, donc ce n’est pas grave. Mais moi [...] je suis sûre qu’ils n’oseraient jamais proposer 15 euros la fellation à une fille en vitrine, ils seraient plus timides.

C’est en fait aussi clair que les sites sont faits plus pour les clients que pour les filles parce qu’ils font tout pour que ce soit la guerre à qui fait des prix les plus bas. (...) Ils ne sont pas idiots les mecs, ils savent que les clients doivent être content pour revenir payer sur le site, donc ils organisent des trucs comme des classements, des étoiles, des avis des utilisateurs, des forums et tout !

Tu vois, plus les gens râlent parce que tu n’as pas répondu, moins tu es dans le top. C’est comme AirBnB : des clients mécontents, c’est un score qui descend et donc moins de clients. »

Voilà qui est clair !

Pour la bourgeoisie décadente et corrompue, tout ceci n’est finalement qu’une forme managériale comme une autre. Plutôt que de vouloir des personnes épanouies tournées vers la nature et la culture, célébrant l’érudition et la sagesse, le travail et les arts, le capitalisme préfère des gens soumis au moyen de faire du profit, par l’exploitation. A n’importe quel prix.

Au final, la campagne des remorques publicitaires sera interdite par certaines autorités locales, mais − et c’est là toute l’hypocrisie d’une bourgeoisie devenue incapable de penser − le site Rich Meet Beautiful est à ce jour toujours en ligne.

Cela montre que l’Etat bourgeois et ses représentants ne peuvent que récupérer les faits-divers sordides de manière opportuniste et populiste pour ainsi préparer le terrain au fascisme. En clair, l’Etat bourgeois est le garant de toutes les abominations produites par le capitalisme et l’impérialisme, comme le tourisme sexuel ou la prostitution.

Le socialisme, c’est le collectivisme, la soumission de l’individu aux intérêts de la société. Ce n’est d’ailleurs qu’ainsi que l’individu peut s’épanouir : en s’appuyant sur la culture et la nature, combinées dans le projet communiste de dépassement des contradictions entre travail manuel et travail intellectuel, entre villes et campagnes.

Le communisme réfute par conséquent les thèses individualistes bourgeoises affirmant que la sexualité est une « liberté » pouvant aller en direction de la prostitution, de la pornographie, du sado-masochisme, etc.

La bourgeoisie décadente prétend s’affranchir de toute la nature et des corps eux-mêmes, au nom de l’esprit libre – le communisme combat ces prétentions barbares.

Pour nous, payer pour des relations sexuelles, quelle qu’elles soient et où qu’elles soient, est criminel !

Et il n’y a aucun compromis à faire avec les décadents s’imaginant « progressiste » et affirmant que la prostitution est un « métier comme un autre », position qui est le reflet du capitalisme dans sa version libérale.

Lorsque la révolution socialiste aura triomphé et que les fascistes auront été exécutés, la bourgeoisie expropriée, effectivement la prostitution et la pornographie seront écrasés, au profit de la romance et de l’érotisme, car l’épanouissement ne peut aller qu’avec la dignité et le caractère authentique des sentiments.

Seul le communisme incarné dans un parti au service du peuple est capable d’éradiquer cette horreur, comme l’a réalisé la Chine populaire de l’époque de Mao Zedong pour la prostitution, en s’attaquant de manière révolutionnaire à ses racines : le capitalisme et l’impérialisme porteurs de l’idéologie immonde du fascisme !

Centre Marxiste-Léniniste-Maoïste [B]
5 octobre 2017

jeudi 5 octobre 2017


Déclarations et communiqués du Centre MLM [B]