Centre MLM de belgique

L’Izostat - 5e partie : l’Isotype et la contribution de Gerd Arntz

Otto Neurath appela le système d’images qu’il avait mis en place ISOTYPE, acronyme d’International System of Typographic Picture Education (Système International d’Education par l’Image Typographique).

Il fut particulièrement aidé par sa femme Marie Neurath, qui jouait un rôle clef comme interface entre les statistiques fournies et les équipes de dessinateurs. Parmi ces derniers, celui qui joua le rôle de moteur fut Gerd Arntz, né en 1900 et mort en 1988, qui réalisa 4 000 pictogrammes.

Ce graphiste allemand, ayant produit toute une série de pictogrammes et d’images politiques cherchant à synthétiser une information de la manière la plus représentative possible, permit à Otto Neurath de mettre en oeuvre sa logique de systématisation.

La démarche de Gerd Arntz s’appuie sur deux ressorts : sa participation à la scène artistique « avant-gardiste » de Cologne, ainsi que son travail dans le cadre de la social-démocratie viennoise sous l’égide d’Otto Neurath, qui est le théoricien de ces pictogrammes.

Issu d’une famille d’industriels, Gerd Arntz rompit rapidement avec son milieu bourgeois et suivit une formation artistique, l’amenant à participer à la scène des artistes engagés, issus du mouvement Dada, proche de l’expressionnisme, rêvant d’une « culture prolétarienne », membre du Groupe des artistes progressistes de Cologne dont étaient membres le célèbre photographe August Sander, ainsi que les peintres Franz Wilhelm Seiwert et Heinrich Hoerle.

La logique de ces artistes, qui publiaient la revue « A bis Z » (De A à Z) et fréquentaient le café servant de rendez-vous des artistes la « petite cloche », allaient dans le sens de ce qui deviendra la « Nouvelle Objectivité », tout en cherchant à s’en distinguer au moyen d’une sorte de réalisme s’appuyant sur une géométrie symbolique devant être capable de former un argument en soi.

Voici deux tableaux de Heinrich Hoerle datant de 1922/1923 et 1931, tous deux intitulés Ouvrier.


Gerd Arntz vivait dans une certaine précarité, tout en réalisant des gravures sur bois, contribuant également au syndicat gauchiste, du courant dit communiste des conseils, la Allgemeine Arbeiter Union.

Il participa en 1926 à des expositions collectives à Cologne, Düsseldorf, ainsi qu’à Moscou, avant de rejoindre la social-démocratie autrichienne, travaillant à Vienne de 1927 à 1934.

C’est dans ce cadre qu’il mit en place toute une série de pictogrammes, en partenariat avec le psychologue Otto Neurath. Cela devint la « méthode viennoise de statistique picturale » ; en 1930 parut ainsi Société et économie, un catalogue de statistiques visuelles, c’est-à-dire de statistiques à la lecture rendue parlante au moyen de pictogrammes.

Gerd Arntz fut également très connu pour ses représentations de la situation politique en Allemagne, dénonçant le national-socialisme et les moeurs décadentes de la bourgeoisie.