Centre MLM de belgique

Jean Bodin : Différence du roi au tyran – 1583

Jean Bodin
Différence du roi au tyran (1583)

Or, la plus noble différence du roi et du tyran est que le roi se conforme aux lois de nature, et le tyran les foule aux pieds.

L’un entretient la piété, la justice, et la foi ; l’autre n’a ni Dieu, ni foi, ni loi.

L’un fait tout ce qu’il pense servir au bien public, et tuition des sujets ; l’autre ne fait rien que pour son profit particulier, vengeance, ou plaisir.

L’un s’efforce d’enrichir ses sujets, par tous les moyens dont il se peut aviser ; l’autre ne bâtit sa maison, que de la ruine de [ceux-ci]. L’un venge les injures du public, et pardonne les siennes, l’autre venge cruellement ses injures, et pardonne celles d’autrui. L’un épargne l’honneur des femmes pudiques, l’autre triomphe de leur honte. L’un prend plaisir d’être averti en toute liberté, et sagement repris, quand il a failli. L’autre n’a rien plus à contrecœur, que l’homme grave, libre et vertueux.

L’un s’efforce de maintenir les sujets en paix et union ; l’autre y met toujours division, pour les ruiner les uns par les autres, et s’engraisser de confiscations.

L’un prend plaisir d’être vu quelquefois, et ouï de ses sujets ; l’autre se cache toujours d’eux, comme de ses ennemis.

L’un fait état de l’amour de son peuple : l’autre de la peur. L’un ne craint jamais que pour ses sujets ; l’autre ne redoute rien plus que ceux-là. L’un ne charge les siens que le moins qu’il peut, et pour la nécessité publique ; l’autre hume le sang, ronge les os, suce la moelle des sujets pour les affaiblir.

L’un cherche les plus gens de bien, pour employer aux charges publiques ; l’autre n’y emploie que les larrons et plus méchants, pour s’en servir comme d’éponges.

L’un donne les états et offices pour obvier aux concussions et foule du peuple ; l’autre les vend le plus cher qu’il peut pour leur donner moyen d’affaiblir le peuple par larcins, et puis couper la gorge aux larrons, pour être réputé bon justicier. L’un mesure ses mœurs, et façons au pied des lois ; l’autre fait servir les lois à ses mœurs.

L’un est aimé et adoré de tous les sujets ; l’autre les hait tous, et est haï de tous. L’un n’a recours en guerre qu’à ses sujets ; l’autre ne fait guerre qu’à ceux-là. L’un n’a garde ni garnison que des siens ; l’autre que d’étrangers, l’un jouit d’un repos assuré et tranquillité haute, l’autre languit en perpétuelle crainte. L’un attend la vie très heureuse ; l’autre ne peut éviter le supplice éternel. L’un est honoré en sa vie, et désiré après sa mort ; l’autre est diffamé en sa vie et déchiré après sa mort.