Centre MLM de belgique

J. Staline : Aux Citoyens. Vive le drapeau rouge ! −1905

[15 Février 1905]

Grands espoirs et grandes déceptions ! Au lieu de haines nationales, l’amour mutuel et la confiance ! Au lieu d’un pogrom fratricide, une grandiose manifestations contre le tsarisme, fauteur de pogroms ! Les espoirs du gouvernement tsariste se sont effondrés : il n’a pas réussi à dresser les unes contre les autres les nationalités de Tiflis !…

Il y a fort longtemps que le gouvernement tsariste s’efforce d’exciter les prolétaires les uns contre les autres, longtemps qu’il cherche à disloquer le mouvement général du prolétariat. C’est pour cela qu’il a organisé des pogroms à Gomel, Kichinev et ailleurs. C’est dans ce but encore qu’il a provoqué à Bakou une guerre fratricide. Et voilà qu’enfin les regards du gouvernement tsariste se sont arrêtés sur Tiflis. Il a décidé de monter ici, au centre du Caucase, une tragédie sanglante pour la faire jouer ensuite dans les provinces ! Pensez donc : exciter les unes contre les autres les nationalités du Caucase et noyer dans son propre sang le prolétariat caucasien ! Le gouvernement tsariste se frottait les mains. Il a même fait diffuser des tracts appelant à courir sus aux Arméniens. Et il comptait bien sur un succès. Mais voilà que tout à coup, le 13 février, une foule de plusieurs milliers d’Arméniens, de Géorgiens, de Tatars et de Russes, comme pour contrecarrer les desseins du gouvernement tsariste, se réunit dans l’enceinte de la cathédrale de Vank ; et là, ils jurent de se soutenir mutuellement « pour lutter contre le démon qui sème entre nous la discorde ». L’unanimité est complète. Des discours appelant à « l’union » sont prononcés. La foule applaudit les orateurs. Trois mille exemplaires de nos tracts sont diffusés. On se les arrache. L’enthousiasme grandit. Bravant le gouvernement, on décide de se réunir le lendemain dans l’enceinte de cette même cathédrale pour « jurer », une fois encore, « de s’aimer les uns les autres ».

Le 14 février. Toute l’enceinte de la cathédrale et les rues adjacentes sont noires de monde. Nos tracts sont diffusés et lus ouvertement. la masse se scinde en groupes, discute le contenu des tracts. Des discours sont prononcés. L’enthousiasme va croissant. On décide de manifester en défilant devant la cathédrale de Sion et la mosquée, de « jurer de s’aimer les uns les autres », de s’arrêter au cimetière persan, de prêter serment encore une fois puis de se disperser. La foule fait ce qu’elle a décidé. Chemin faisant, près de la mosquée et au cimetière persan, des discours sont prononcés, on distribue nos tracts (il en a été diffusé 12.000 ce jour là). L’enthousiasme de la foule grandit toujours. L’énergie révolutionnaire accumulée cherche à s’extérioriser. La foule décide de manifester rue du Palais, sur la perspective Golovinski, et de ne se disperser qu’ensuite. Notre comité profite des circonstances pour organiser séance tenante un petit noyau dirigeant. Ce noyau, un ouvrier d’avant-garde à sa tête, se met au centre, et un drapeau rouge improvisé est déployé devant le palais même. Le porte-drapeau, juché sur les épaules de manifestants, prononce un discours nettement politique où il demande avant tout aux camarades de na pas se laisser troubler par l’absence d’un appel social-démocrate sur le drapeau. « Non, non , répondent les manifestants, il est dans nos coeurs ! » Il explique ensuite la signification du drapeau rouge, critique les orateurs précédents d’un point de vue social-démocrate, dénonce l’insuffisance de leurs discours, affirme la nécessité de renverser le tsarisme et le capitalisme et appelle les manifestants à lutter sous le drapeau rouge de la social-démocratie. « Vive le drapeau rouge ! » répond la foule. Les manifestants se dirigent vers la cathédrale de Vank. A trois reprises, ils s’arrêtent en chemin pour écouter le porte-drapeau. Celui-ci appelle de nouveau les manifestants à lutter contre le tsarisme et demande qu’on prête le serment de se retrouver pour l’insurrection aussi unanimes qu’aujourd’hui à la manifestation. « Nous le jurons ! » répond la foule. Puis les manifestants arrivent à la cathédrale de Vank et, après une légère échauffourée avec les cosaques, se dispersent.

Telle a été « la manifestation de 8.000 citoyens de Tiflis ».

C’est ainsi que les citoyens de Tiflis ont riposté à la politique pharisaïque du gouvernement tsariste. C’est ainsi qu’ils ont tiré vengeance de ce gouvernement infâme qui a versé le sang des citoyens de Bakou. Gloire et honneur aux citoyens de Tiflis !

Devant les milliers de citoyens de Tiflis rassemblés sous les plis du drapeau rouge et qui ont à plusieurs reprises condamné à mort le gouvernement tsariste, les infâmes valets d’un gouvernement infâme ont dû reculer. Ils ont renoncé au pogrom.

Est-ce à dire, citoyens, que le gouvernement du tsar ne cherchera plus à organiser de pogroms ? Tant s’en faut ! Aussi longtemps qu’il subsistera et plus il sentira le sol se dérober sous ses pieds, plus il aura recours aux pogroms. le seul moyen de faire cesser les pogroms, c’est d’abattre l’autocratie tsariste.

Vous tenez à votre vie et à celle de vos proches ? Vous chérissez vos amis, vos parents, et vous ne voulez pas de pogroms ? Sachez alors, citoyens, que c’est seulement en mettant fin au tsarisme que l’on mettra fin aux pogroms et aux effusions de sang qu’ils entraînent !

Renverser l’autocratie tsariste : voilà à quoi vous devez vous efforcer avant tout !

Vous voulez mettre fin à toute haine nationale ? Vous cherchez à réaliser la solidarité complète des peuples ? Sachez alors, citoyens, que c’est seulement en mettant fin à l’inégalité, en supprimant le capitalisme, que l’on mettra fin aux différents nationaux !

Le triomphe du socialisme, voilà en fin de compte à quoi vous devez tendre !

Mais qui balaiera de la surface de la terre l’odieux régime tsariste, qui vous délivrera des pogroms ? Le prolétariat, dirigé par la social-démocratie.

Et qui détruira le régime capitaliste, qui fera régner sur la terre la solidarité internationale ? Encore une fois, le prolétariat, dirigé par cette même social-démocratie.

Le prolétariat, et le prolétariat seul, conquerra pour vous la liberté et la paix.

Ralliez-vous donc autour du prolétariat et rangez-vous sous le drapeau de la social-démocratie !

A bas l’autocratie tsariste !
Vive la République démocratique !
A bas le capitalisme !
Vive le socialisme !
Vive le drapeau rouge !

15 février 1905

Tract édité par l’imprimerie du Comité de Tiflis du P.O.S.D.R.
Signé :
le Comité de Tiflis.

samedi 20 juillet 2019


Oeuvres de J. Staline