Centre MLM de belgique

Georgi Dimitrov – 11e partie : la seconde guerre mondiale impérialiste et le Front de la Patrie

En mars 1941, la Bulgarie rentra dans la Seconde Guerre mondiale impérialiste, en rejoignant le pacte tripartie (regroupant l’Allemagne nazie, l’Italie fasciste et l’Empire du Japon). Elle participe à l’offensive contre la Grèce et la Yougoslavie.

Les communistes lancèrent alors comme appel :

« Pas un grain de blé bulgare, pas un morceau de pain bulgare pour les fascistes allemands ! Pas un seul Bulgare à leurs service ! »

Les unités partisanes furent formées dès 1941, alors que la production dans une part importante de l’industrie fonctionnant pour l’Allemagne nazie s’effondre de moitié.

Georgi Dimitrov mit alors en place une stratégie de Front populaire antifasciste et le programme du Front de la Patrie fut alors rendu public le 17 juillet 1942.

Sa base correspondait aux exigences antifascistes : libération du pays de son statut de pays satellite de l’Allemagne nazie, abolition de la dictature monarcho-fasciste, instauration d’une république populaire s’alliant à l’URSS face à l’Allemagne nazie.

Voici le programme du Front de la Patrie.

La politique antipopulaire du gouvernement du roi Boris constitue un véritable danger national. Aujourd’hui, la Bulgarie devient pratiquement vassale d’Hitler, et le peuple bulgare — esclave des impérialistes allemands.

Une débâcle inévitable sera le sort du projet maniacal d’Hitler de dominer le monde. Toute reconduction de la politique de trahison menée par les gouvernants bulgares signifie donc précipiter délibérément le peuple bulgare dans l’abîme et ruiner son indépendance nationale.

Le devoir suprême du peuple bulgare, de son armée et de son intelligentsia patriotique, en ce moment historique, est de se rassembler dans un puissant Front de la Patrie pour sauver la Bulgarie.

Le Front de la Patrie se pose les tâches immédiates suivantes :

1. Ne pas permettre qu’on entraîne la Bulgarie dans une guerre fasciste, criminelle et pernicieuse pour le peuple bulgare.

2. Retirer immédiatement les troupes bulgares envoyées pour étouffer la lutte du peuple serbe frère contre le joug allemand et italien.

3. Rompre l’alliance de la Bulgarie avec l’Allemagne nazie et les autres États de l’axe, libérer la terre bulgare des troupes fascistes allemandes et des bandits de la Gestapo.

4. Suspendre les exportations de vivres et de matières premières vers l’Allemagne et les autres États de l’axe. Assurer la nourriture du peuple et de l’armée et approvisionner la population en produits de première nécessité à des prix accessibles.

5. Garantir, conformément à la Déclaration atlantique, les intérêts nationaux du peuple bulgare par un accord avec les autres peuples des Balkans, et par l’amitié et la coopération étroites de la Bulgarie avec l’Union soviétique, l’Angleterre, les États-Unis et les autres peuples épris de liberté.

6. Libérer immédiatement toutes les personnes civiles et militaires persécutées pour leur lutte contre le fascisme et l’Allemagne nazie.

7. Rétablir les droits politiques du peuple et, surtout, la liberté de la presse, des réunions et des associations ; abolir toutes les lois anticonstitutionnelles, antipopulaires et fascistes.

8. Arracher l’armée des mains de la clique fasciste et monarchique et prendre des mesures décisives pour qu’elle ne soit pas utilisées à des fins antipopulaires. Garantir les droits des officiers, sous-officiers et soldats en tant que citoyens à part entière.

9. Dissoudre les organisations fascistes du type de « Brannik », « Sayouz-na-ratnitsité ». « Léguion ».

Mettre hors d’état de nuire les bourreaux et les criminels fascistes et prendre des mesures pour leur châtiment exemplaire.

10. Préserver la richesse et le travail du peuple de toute atteinte étrangère et créer des conditions nécessaires au développement économique de la Bulgarie en tant que pays libre et indépendant.

11. Assurer les moyens de subsistance, le travail, les revenus et une existence humaine à la population laborieuse des villes et des campagnes.

12. Déraciner l’obscurantisme fasciste, la haine raciale et l’humiliation de la dignité nationale de notre peuple.

L’accomplissement de ces tâches d’importance vitale pour notre peuple nécessite de créer au plus tôt un véritable gouvernement national, capable de conduire fermement et avec esprit de suite la politique salutaire du Front de la Patrie. Aussi le Front de la Patrie pose-t-il comme objectif immédiat de sa lutte le renversement du gouvernement actuel, un gouvernement traître, antipopulaire et hitlérien, et la formation d’un gouvernement bulgare véritablement national.

S’appuyant sur la volonté et le soutien de l’ensemble du peuple bulgare, ce gouvernement préparera les conditions à la convocation d’une Grande Assemblée nationale qui déterminera la future forme de gouvernement de la Bulgarie et créera les garanties constitutionnelles et matérielles nécessaires à la liberté, à l’indépendance et à l’épanouissement de notre pays.

Durant l’hiver 1942-1943, les partisans de la Sredna Gora (une chaîne montagneuse du centre de la Bulgarie) tinrent tête à 20 000 policiers et soldats ; en mars-avril 1943, le pays fut divisé en 12 zones sous direction militaire unique, les partisans rassemblant au début de 1944 une force suffisamment grande pour que la monarchie lance pas moins de 100 000 soldats contre eux.

Dans « Tout pour le front ! », écrit en septembre 1944 comme message au Comité Central du Parti Ouvrier bulgare (communistes), Georgi Dimitrov annonce de la manière suivante la stratégie à suivre.

Le titre fait référence au mot d’ordre « Tout pour le front, tout la victoire rapide et définitive sur le fascisme, sur les malfaiteurs et esclavagistes allemands ».

« Je partage les sentiments de joie profonde et de fierté que vous éprouvez, avec tous les patriotes bulgares et notre vaillante jeunesse, je me réjouis avec vous tous de voir enfin notre peuple, qui a tant souffert et tant lutté, secouer le joug infâme des Allemands et des fascistes bulgares et prendre sa place dans le camps des nations unies avec en tête l’Union soviétique, l’Angleterre et l’Amérique.

Il l’a fait en se soulevant pour une insurrection antifasciste et en s’appuyant sur l’aide fraternelle de l’Armée rouge victorieuse.

La victoire du Front de la Patrie revêt une importance historique pour notre pays. Le neuf septembre a ouvert une ère nouvelle dans l’histoire de notre peuple.

La rupture avec l’Allemagne nazie, le renversement du pouvoir des agents allemands et fascistes perfides, des traîtres et des fossoyeurs de la Bulgarie, la création d’un gouvernement du Front de la Patrie et le rétablissement des droits et libertés populaires bafoués, la participation de l’armée bulgare rénovée à la guerre de libération contre les hordes de brigades allemands du côté des grandes puissances démocratiques – tout cela a permis d’asseoir sur une base solide l’édification d’une Bulgarie nouvelle, libre, indépendante et puissante.

Or, ce n’est qu’une base, tout comme la victoire du Front de la Patrie n’est qu’un début. »

Le 5 septembre 1944, l’armée rouge pénétra en Bulgarie, le 9 ce fut l’insurrection générale du Front de la Patrie.

La nouvelle Armée bulgare participa alors avec l’Armée rouge et de l’Armée de libération nationale yougoslave, à chasser les nazis de la Croatie, de la Slovénie, de la Hongrie et de l’Autriche.