Centre MLM de belgique

Ernst Thälmann : L’Action antifasciste comme le bon « maillon de la chaîne » − 1932

tiré de « Sur notre stratégie et de tactique dans la lutte contre le fascisme » - 1932

Le camarade Lénine a dit en 1920 :

« Trouver, sentir, définir correctement le chemin concret ou la meilleure tournure des événements qui conduit les masses à la dernière, vraiment décisive grande lutte révolutionnaire, voilà en quoi consiste la tâche principale du communisme aujourd’hui en Europe de l’Ouest et en Amérique. »

Cette question du chaînon correct que nous devons saisir afin de mobiliser les masses pour la lutte contre la dictature de la bourgeoisie et de ses satellites et pour développer cette lutte de masse en des formes plus élevées, le Parti Communiste d’Allemagne y a répondu en lançant l’Action antifasciste.

L’Action antifasciste doit combiner toutes les formes de résistance prolétarienne de masses au fascisme, la faim et la guerre et les développer en lutte active de masse.

Elle doit nous rendre possible une solide organisation d’un mouvement de millions de personnes du front rouge d’Unité en marche. Elle cherche également à faciliter au Parti à rassembler les masses pour la lutte contre toutes les voie capitaliste de sortie de crise et à préparer la lutte pour la sortie révolutionnaire, pour la révolution prolétarienne.

Ainsi, l’Action antifasciste est le prochain maillon de notre politique révolutionnaire, la forme sous laquelle nous appliquons la tactique du front d’Unité par en bas, sur la base des entreprises, des lieux d’embauche, des quartiers ouvriers, de manière la plus large possible.

Mais il ne suffit pas de reconnaître ce maillon, nous avons aussi besoin de développer dans notre pratique révolutionnaire toutes les méthodes qui sont nécessaires pour mettre en œuvre cette politique.

Nous devons avec la plus grande énergie prendre l’offensive, au sein de l’Action antifasciste, dans le travail au sein des syndicats pour la réalisation d’un large mouvement d’opposition aux syndicats réformistes.

Nous avons besoin d’améliorer le travail du RGO [Opposition Syndicale Révolutionnaire] comme une des plus importantes courroies de transmission du mouvement révolutionnaire des masses, qui nous aidera à libérer les masses laborieuses de l’influence de l’ennemi de classe et facilite d’aller vers les entreprises.

Nous avons besoin d’éveiller en les masses la compréhension de la signification que revient au passage des luttes partielles dans le développement de la lutte de masse à la grève politique de masse.

Nous avons besoin de profiter de l’Action antifasciste pour consolider l’alliance entre la ville et la campagne sous de l’hégémonie du prolétariat, ce qui est actuellement de la plus haute importance dans la lutte contre la contre-révolution fasciste.

Nous mettons tout l’ensemble de notre campagne pour les élections législatives au service de l’Action antifasciste.

Cela signifie également que nous exploitons cette campagne entièrement sur la base de la concentration de nos forces dans les entreprises et les lieux d’embauche, pour la mobilisation de masses extra-parlementaire vers la lutte.

Plus est forte le fait de se reconnaître par millions dans le communisme, que nous voulons atteindre à travers l’exercice de toutes nos forces dans les élections législatives, plus les masses dans la bataille seront plus heureuses et plus déterminées en dehors du parlement pendant les grèves et la défense de leur Parti révolutionnaire.

C’est là que réside la grande importance extra-parlementaire de ces élections générales, dont doivent prendre conscience par notre travail tout ouvrier conscient, chaque travailleur, chaque jeune travailleur, les travailleurs des villes et des campagnes.