Centre MLM de belgique

En continuant à poursuivre avec acharnement son complot de « l’indépendance de Taiwan », l’impérialisme américain essuiera un échec encore plus cuisant – 1971

Hsinhua, 31 octobre 1971

Après l’adoption du projet de résolution présenté par l’Albanie, l’Algérie et 21 autres pays à la 26e session de l’Assemblée générale de l’O.N.U. et la banqueroute du complot impérialiste américain visant à créer « deux Chine » à l’O.N.U, certains personnages américains au pouvoir, tout en. Déplorant leur défaite à laquelle ils ne peuvent se résigner, continuent à déployer des efforts désespérés dans leur complot pour créer « une Chine et un Taïwan » ou « un Taïwan indépendant ».

A la suite de l’adoption du projet de résolution des 23 pays, le 25 octobre au soir, le secrétaire d’Etat américain Rogers a tenu à la hâte, le lendemain, une conférence de presse à Washington pour dire que la politique américaine à l’égard de la clique tchiangkaïchiste ne sera pas affectée par le vote de l’O.N.U. ; il a soutenu avec insolence que la clique tchiangkaïchiste, bien qu’expulsée, « continue d’être un membre respecté et estimé de la communauté internationale, et les liens entre nous [les États-Unis et la bande tchiangkaïchiste] ne sont pas affectés par l’action des Nations unies ».

Le 27 octobre, s’adressant au Comité des Relations étrangères du Sénat, Rogers a clamé que la décision de l’O.N.U. « ne changerait en rien la politique des Etats­Unis vis-à-vis de la Chine » et a affirmé que les Etats­Unis continueraient à prendre des « dispositions défensives » avec la clique tchiangkaïchiste.

Le 27 octobre, le sénateur américain Javits, dans une proposition extravagante, a réclamé un « référendum » à Taïwan de sorte que l’« autodétermination » intervienne un jour à Taïwan, lequel serait ainsi admis à l’O.N.U. en tant que « pays indépendant ».

Ce beau rêve montre clairement qu’après sa défaite à l’O.N.U., l’impérialisme américain poursuit toujours son complot pour la création d’« une Chine et un Taïwan », ce qui équivaut au fond à « deux Chine », et pousse activement la machination de « l’indépendance de Taïwan ».

Le 28 octobre, le Sénat américain en est venu à décider de ne pas abolir la soi-disant résolution d’urgence de 1955 selon laquelle le Sénat et la Chambre des Représentants des États-Unis autorisent le président américain à utiliser les forces armées américaines dans le détroit de Taïwan.

L’abolition de cette résolution avait été proposée en juillet dernier par le Comité des Relations étrangères.

La résolution a été adoptée par le Congrès U.S. après la signature du prétendu « traité de défense mutuelle » en 1954, par les États-Unis et la clique tchiangkaïchiste en vue d’intensifier l’occupation militaire de Taïwan et d’intervenir dans les affaires intérieures de la Chine.

Il est rapporté que, lors de la discussion de cette décision, un sénateur s’est écrié : Jamais nous ne devons dire à qui que ce soit et en aucun endroit du monde que nous avons l’intention d’abandonner la protection de ceux qui vivent à Taïwan. Voilà un aveu spontané qui montre que l’impérialisme américain caresse l’ambition démesurée de perpétuer son occupation de Taïwan et de diviser le territoire sacré de la Chine.

Dernièrement, des journaux bourgeois américains ont répandu sans scrupule des sophismes tels que : « le statut de Taïwan reste à déterminer » et « un Taïwan indépendant », alléguant que « le régime à Taïwan peut continuer à exister et jouer son rôle hors des Nations unies » et que le Gouvernement de la République populaire de Chine ne peut pas parler au nom de la population de Taïwan, etc.

Il convient particulièrement de faire remarquer qu’une poignée de gens qui tentent de créer « un Taïwan indépendant », dansant sur la musique de l’impérialisme américain, mènent des activités fébriles aux États-Unis.

Selon une information d’A.P., Tchen Long­tche, un des meneurs de la soi-disant « Ligue pour l’Indépendance de Taïwan », a donné le 26 octobre à New York une conférence de presse, pour réclamer une soi-disant « élection libre et honnête » « sous surveillance internationale » pour faire de Taïwan « un Etat indépendant ».

Tout homme sensé peut constater que c’est là une farce mise en scène exclusivement par l’impérialisme américain.

Le complot visant à créer « un Taïwan indépendant » mené avec une énergie redoublée par l’impérialisme américain est la continuation de sa politique d’hostilité à la Chine et de création de « deux Chine ».

Cependant, à l’instar du fiasco complet de leur complot de « deux Chine » à l’O.N.U., « une Chine, un Taïwan », « un Taïwan indépendant » et autres intrigues auxquelles les États-Unis continuent de se livrer connaîtront une fin encore plus lamentable, et l’impérialisme américain n’aura fait que soulever une pierre pour se la laisser retomber sur les pieds.

dimanche 31 octobre 1971


Les documents de 1971