Centre MLM de belgique

Continuons à mener à bien la critique de Lin Piao et de Confucius − 1974

A l’heure actuelle, tout le Parti, toute l’armée et tout le peuple traduisent consciencieusement dans la réalité les directives du président Mao et du Comité central du Parti.

La situation sur tous les fronts de la révolution et de la production est toujours meilleure.

Devant cette situation excellente, faut­il encore poursuivre le mouvement de critique de Lin Piao et de Confucius en tant que tâche primordiale ? Certainement oui.

Continuer à mener à bien ce mouvement, c’est justement une composante importante des directives du président Mao et du Comité central du Parti.

Ce n’est qu’en popularisant, approfondissant et perpétuant ce mouvement que nous pouvons consolider et développer lasituation excellente et remporter de nouvelles victoires. La situation excellente a été réalisée dans la lutte et elle est un résultat de la critique de Lin Piao et de Confucius.

Au cours de cette grande lutte politique et idéologique, nous avons critiqué la ligne révisionniste de Lin Piao et la doctrine de Confucius et de Mencius, élevé le niveau de conscience de centaines de millions d’hommes quant à la lutte de classes et à la lutte entre les deux lignes et étendu les positions du marxisme dans les divers domaines de la superstructure, stimulant ainsi puissamment l’approfondissement de la révolution socialiste et le développement de l’édification socialiste.

Le mouvement de critique de Lin Piao et de Confucius a consolidé et développé les acquis de la Grande Révolution culturelle prolétarienne victorieuse, et son influence profonde et durable sur la cause socialiste chinoise s’est fait et se fera sentir de plus en plus pleinement.

Sans la lutte victorieuse du marxisme contre le révisionnisme, sans la lutte victorieuse du prolétariat contre la bourgeoisie, il ne pourrait y avoir l’excellente situation d’aujourd’hui. Toute présomption, tout relâchement nuira à la bonne poursuite de la critique de Lin Piao et de Confucius et au développement continu de la situation excellente. « Une tâche importante nous incombe sur le front idéologique, celle de développer la critique contre le révisionnisme. »

Il faut critiquer de façon approfondie la ligne révisionniste de Lin Piao et les inepties qu’il a répandues pour diviser le Parti, scinder les rangs révolutionnaires, s’opposer à la dictature du prolétariat et combattre les nouvelles choses socialistes. Ceci revêt une grande importance pour renforcer l’unité. La critique de Confucius est plus difficile que celle de Lin Piao.

La doctrine de Confucius et de Mencius a été largement critiquée. Mais pour liquider ses influences, nous devons mener encore une lutte de longue haleine.

Nous devons continuer d’étudier, conformément à la position, au point de vue et à la méthode marxistes, l’histoire de la lutte entre les écoles confucianiste et légaliste et celle de la lutte de classes dans son ensemble.

Nous avons beaucoup de travail à accomplir pour ce qui est de lier étroitement la critique de Lin Piao et de Confucius à la lutte-critique-­transformation sur les divers fronts, de faire prévaloir le marxisme dans tous les domaines de la superstructure, dont la philosophie, l’histoire, l’enseignement, la littérature, les arts et le droit, de soutenir et développer les nouvelles choses socialistes, de continuer dans la voie socialiste et de critiquer la tendance capitaliste.

La critique de la ligne révisionniste contre-­révolutionnaire de Lin Piao et de la doctrine de Confucius et de Mencius est loin d’être suffisante. Il nous faut continuer de s’y appliquer et de s’efforcer de bien l’accomplir sans retard.

Nous devons avancer sur la lancée de nos succès et mener jusqu’au bout la révolution socialiste dans le domaine de la superstructure, sans jamais déposer l’arme de la critique. Continuer à faire de la critique de Lin Piao et de Confucius une tâche primordiale revêt une très grande importance pour le développement de la situation excellente.

Avec l’approfondissement du mouvement en cours un nouvel essor impétueux se dessine dans notre économie nationale. En cette occasion propice, nous devons travailler de tous nos efforts pour accélérer l’édification socialiste.

Nous devons, dans cette conjoncture, garder présent à l’esprit cet enseignement du président Mao : « La ligne, c’est la corde principale du filet ; quand on la tire, les mailles s’ouvrent » et nous occuper des questions capitales et de la ligne.

L’expérience acquise nous montre que ce qui est le plus fondamental pour mener à bien la production, c’est de bien faire la révolution et suivre la juste ligne.

La révolution bien menée, la juste ligne appliquée et les masses unies, la production se développera. Sinon, elle piétinera. Aussi devons-­nous constamment nous en tenir à faire la révolution et à impulser la production, à prendre la politique prolétarienne comme pivot de l’économie et du travail professionnel.

Plus lourde est notre tâche, plus prenant notre travail, et davantage nous devons veiller à mener à bien la critique de Lin Piao et de Confucius et le travail politico­idéologique. Il en est ainsi pour la production comme pour tout autre travail. A l’heure actuelle, nous devons porter principalement notre attention à l’étude et à la critique.

C’est ainsi qu’il faut continuer d’élever notre niveau de conscience quant à l’assiduité à l’étude et d’organiser cadres et masses pour qu’ils étudient avec une grande application le soeuvres de Marx, d’Engels, de Lénine, de Staline et du président Mao.

Ce n’est qu’en assimilant le marxisme, cette arme idéologique acérée, qu’on peut critiquer de façon approfondie, démonstrative et convaincante le révisionnisme et la doctrine de Confucius et de Mencius, qu’on peut faire scientifiquement le bilan de l’expérience historique de la lutte entre les écoles confucianiste et légaliste et de la lutte de classes dans son ensemble, en tirer les lois et réaliser réellement le principe : « Que l’ancien serve l’actuel ».

Suivant les enseignements du président Mao, il faut unir étroitement l’étude de la théorie, l’étude de l’histoire et l’étude de la réalité. Ici, la clé du problème, c’est d’étudier et d’assimiler la théorie marxiste.

En menant à bien l’étude, on pourra mieux lier la théorie à la pratique, l’histoire à la réalité, porter le niveau de la critique à une nouvelle hauteur et faire progresser le mouvement de critique.

« Les masses sont les véritables héros. »

Dans le mouvement en cours, elles ont eu beaucoup de créations qui ont frayé des voies à l’approfondissement du mouvement. Nous devons nous rendre parmi les masses pour étudier et critiquer avec elles, et dégager des exemples types. Nous devons savoir découvrir les créations des masses et synthétiser leurs nouvelles expériences pour les populariser à temps.

Il faut faire en sorte que le contingent de théoriciens ouvriers, paysans et soldats joue dans ce mouvement un rôle de pointe, qu’il soit renforcé et élève son niveau dans la lutte. Nous devons en même temps adopter divers moyens pour que les théoriciens professionnels et ceux issus des ouvriers, paysans et soldats fusionnent.

Le mouvement progresse et de nouvelles circonstances et réalités ne cessent de surgir.

Nous pourrons populariser, approfondir et perpétuer le mouvement et mieux promouvoir la production à condition que nous appliquions résolument les diverses directives sur la critique de Lin Piao et de Confucius données par le président Mao et le Comité central du Parti, renforcions le rôle dirigeant du Parti et l’unité révolutionnaire.

Saluons l’arrivée de 1975 par de nouvelles réalisations dans le domaine de la révolution et de la production !

27 décembre 1974

lundi 25 juillet 2016


Les documents de 1974