Centre MLM de belgique

Georges Politzer

Le Parti Communiste, parti des forces d’avant-garde de la Société, est le Parti de la raison militante…

Dans notre Parti, il ne saurait être question d’élaborer des résolutions par voie de conciliation et de synthèses entre les opinions ayant les origines les plus variées.

Les résolutions de notre Parti sont destinées à fixer son action par l’analyse des faits et les intérêts des masses populaires.

Cette science, qui est la nôtre, est le fruit d’une longue évolution dont la philosophie des lumières est l’une des étapes les plus décisives.

Voilà pourquoi nous en sommes les héritiers et les continuateurs.

Nous le sommes encore parce que seul notre Parti accomplit méthodiquement ce travail qui fut, au XVIIIe siècle, celui des Encyclopédistes.

Notre Parti est seul à diffuser dans les masses les lumières de la science sur les questions économiques, sociales et politiques.

Ailleurs, sans aucune exception, il ne s’agit pas d’éduquer les masses, mais de leur faire prendre, selon le mot de Descartes, « un peu de cuivre et de verre pour de l’or et du diamant ».

Et cela dans le meilleur des cas.

Mais, en même temps, c’est notre Parti qui défend seul, d’une manière conséquente, la science contre l’obscurantisme, et c’est ce qui lui vaut la sympathie des meilleurs représentants de la science et de la littérature française.

Ailleurs, l’abdication devant l’agresseur sur le plan politique, se double d’une abdication devant la mystique obscurantiste : Esprit de Munich et Munich de l’Esprit.

Les mystiques de lâcheté et d’esclavage traduisent la décadence d’une classe qui fut révolutionnaire.

Le Parti Communiste, parti des forces d’avant-garde de la Société, est le Parti de la raison militante.

C’est ainsi que notre Parti continue la pensée la plus française, celle des Encyclopédistes.

Il s’en montre le vrai continuateur ; il la continue en l’enrichissant, en la rendant vivante et agissante. »

Georges Politzer : La philosophie des lumières et la pensée moderne